Normandie Héritage

Les bllasouns dauns la Maunche. 


Auteur : Maurice Fichet

Mots clé :

Langue normande

|

Maurice Fichet

|

Statue de Saint Gerbold - Abbaye Notre-Dame de Hambye

Dauns les coumeunes, les bouones gens ount des avernoums, i sount bénoumaés pas leus veisins ; cha peut yête rapport à leus ohis : le graund co câochi avait des poumets maigues et ses gambes lochaient dauns ses bottes, Patte de bouore, ch’était quemode, âo matin, no le suusait dauns la rousaée sauns se mouilli les pyids, le boumbardyi était daru coume eune gode et counséquent coume eun touné de treis chents pots, la poule à tchaé avait des babènes de vra, la vyirge enfumaée, à retou de temps dauns sa chimenaée, était talbotaée des pyids jusqu’âo coupé de la tâete, pyid d’alu avait eune gambe de fé, le baroun était eun miot craquette, Maria couique groumait coume eun vêtu de seie et le crottin, coume de juste ch’était le fisset à la crotte.

Parfeis, ch’était rapport à de dequei que no-z-avait dit ; eun jou, le maîte d’école demaundit :

« - Qui qu’ol a ta soeu, d’où vyint qu’ol est paé à l’école annhyi ?
- Berthe a le fllus ! » Et o feut bénoumaée « Berthe a le fllus
 » !

D’où vyint que les bouones gens d’eune coumeune, d’eun hammé aient eun avernoum : no counaît les Touins de Sant Vaast, les Innochents de la Fuuillie, les Ouées de Lessay, les Crignots de Criaunches, d’iyou que cha vyint ? Ch’est leus veisins mahène byin qui les ount ménoumaés coume chenna et ch’est jammais byin jatil ! I sounts malins les veisins.
En v’là toute eune litonin que j’i trouaée dauns « La Normandie traditionnelle » de Fernand Lechanteur. Dauns des coups, j’i merqui quiques dépllicatas seument, fâot paé trop y creire !

- Cosqueville – Câoqueville – Les cocus : les Câoquevillaises éraient brin de coundite ?

- Servon – Servoun – Les meneus de loups
- Auxais – Aussais – Les bouorots, les canards

- Saint-Clément – Sant-Cllément
Maupertuis – Mâopertuis – Les coucous

- Beslon - Besloun - Les huants ( Les chouettes)
- Anneville en Saire - Aoneville - Les ânes
- Saint Germain sur Ay - Sant german de Fouquerville - Les plours - Les araignées de mer

- Saint Sauveur Lendelin- Sant Sâoveu lendlin - Les Bédachouns. Eun Bédachoun, ch’est quiqu’eun qu’a eune belle bédache, qu’est daru coume eune gode et prenre eune bédache, ch’est se foute bas. Les Bédachouns sount-i paé boujus rapport à la beuchoun ? Ou byin, ch’est-i rapport qu’i sount pllens à retou de temps qui se patrassent.

- Saint Ursin - Sant Ursin - Les fets - les enfants de fée
- Saussey - Sâossey - Les bédasses, ch’est quasiment coume les syins de Sant Sâoveu, les gros ventres.
- Saint Pierre église - Sant Pyirre égllise - Les Rablotins - Les roitelets
- Ver - les Habins
- Clitourps - Cllitouorps - les dahus
- Haineville - les racaillons
- Neville - les orgis - Les ogres
- Canteloup - Caunteloup - Les tâetes d’ourme - Les têtes d’orme
- Carneville - Les quênes - Les chênes
- Réthoville - Les climpins - Les boiteux

- Varouville - Les rhodins - Les niais - No counte que les Rhodins ount muus aimaé déplléchi leus égllise qu’eun fouore de quyin !

- Réville - Râéville - Les Tchous - les Sâolard - Les Saltins - Les fabricants de sel. I sount byin gréyaés les Râévillais, treis bénoums ! Les déeus prémyis sount byin quemodes à coumprenre. A la Salène eun hamé de Râéville, les Saltins, dauns le tout vuus temps, faisaient du sé.

- Le Becquet - Les visiouns

- Cherbourg - Tchiquebouorg - Les Cllichards ou byin les pairs à barons. Personnes qui se croient au-dessus des autres. En 1366, le roué de Navarre, Charles le Mâovais demaundit byin mens d’ergent es villoués de Tchiquebouorg qu’es bédas du trige. A la partie de chenna, les Tchiquebouorquais fîtent des embarras et devîntent fyirs coume des pouis sus eun mâloun, i se mîntent à se creire, à niquetaer les bzous d’alentou.

- Vesly - Les viâos
- Cerisy la Salle - Cherisy le Salle - Les faux témoins
- Rouxeville - Rousseville - Les faux témoins . « Coume je beirouns, je dirouns » I deivent yête de la goule dauns çu trige-lo !
- Villedieu les poêles - Les Sourdins. I deivent yête jodus rapport qu’i capuchent sus le tchuuvre à retou de temps.
- Fleury - Flleury - Les ernaés - Les éreintés
- Montbray - Mountbray - Les va de travers

- Barfleur - Barfleur - Les Cllichards ou les Cllichous. Les Tchiquebouorquais, les Bajocasses et les Barfllotais ount le même bénoun ! Ount-i la déripette pus que l’s âotes ? Pouor Les Bajocasses, ch’est rapport à leus évêque Sant Gerbold qu’il ount c’t avernoum-lo. L’évêque Gerbold (688-695), ch’est paé d’hyi tout chenna, eut du câtu d’aveu les vilotins de Bayeux, i quinnit sen teur dauns la mé et dit à ses parouéssians : « Vous allaez avei la décorse jusqu’à quand que no-z-artroue men teur. » Héyeusement pouor les mâodits villoués, eun pêqueus happit eun héyeng qu’avait le teur dauns ses bouâles, La va-vite cessit.
A Barflleu, Sant Gerbold a paé venun. D’âoqu’euns countent que Cllichous, cha serait rapport es pêqueus qui chiquaient du tabac à carotte. Quaund qu’il écopissaient et ch’était coupassous, il avaient des barbes de vra, dreit coume eun tchu de poule qu’est en souen de tchaer et leus écopi arsembllait à de la fouore de bouore qu’a la clliche.

- Céaux - Les Aurifs - Les précoces
- Le Buisson, village de Créances - Les Bédouins. Eun bédouin, ch’est eun voleus
- Créances - Criaunches - Les Crignots. Eun crignot, ch’est eun bouessoun de souie que no troue sus les dents d’eune herche quand que no-z-arsouord eune pyiche.
- Huisnes - Les timbaliers
- Mesnil-Hue - Les grincheux
- Contrières - Countryires - Les dichouns - Les pots
- Orval - Orva - Les carottes - Les fessus - Les pendus. Enco des gens byin gréyaés.
- Dangy - Daungy - Les enfumés
- Guéhébert - Les pommes de terre
- Saint-Denis le vêtu - Sant-Denin le vêtu - Les têtus
- Fermanville - Les sacs à deux bouts
- Saint Barthélémy - Sant Barthélémy - Les ratiers
- Bricqueville/mer - Les tchus salaés

- Gouvets - Les saltins - Fabricants de sel ou les trous de chou - Les tiges de chou
Mont saint Michel - Mount sant Michi - Les caricacas - Nom de la coiffure des Montoises

- Vessey - Les gamachiers - Les porteurs de guêtres
- Brillevast - Bresillevast - Les Talochyis - Y’avait-i à Brésillevast des chabotyis ou byin des gens de métyi qui féchounaient des galoches à sumelle en boués ?
- Saint James - Sant James - Les Basquous
- Bacilly - Les culs rhabillés
- Pontorson - Les stupides
- Fourneaux- Fouorniaus - Les bégâods - Les niais

- La haye - Bellefonds - La Haie Bellefounds et
La Feuillie - La Fuullie - Les Innochents. Cu Bénoum-lo leus vyint rapport à leus sant patroun : Sant Nicolas. Déeus éfaunts étaient éguéraés dauns eun boués, il’tait nyit, i vîtent eune chaundelle oû louen dauns eune vuule cranyire, i pensîtent se récâoffaer(les pouores petiots i grégeolaient de poue et il’taient crétis) et magi eun miot. I toquîtent à l’hus , eun vilan bounhoume les fit entraer et s’avisaunt qu’i yavait du piquet à même, du bllaunc sus le baté, i les escoffyit, les arraungit et les mint oû sinot. Pusurs semanes ou pusurs meis ampraès, éguéraé li itou, le graund sant Nicolas s’en vint demaundaer à magi et voulit de la chai du sinot iyoù qu’étaient l’s éfaunts. Le graund sant fit eun miraclle et arbaillit la vie es petiots. Les Fuullouns, i sount coume les quenâles, il ount paé besouen d’allaer puchi leus linsive rapport qu’il ount jamais péchi ! Ch’est paé rapport qu’i sount paé byin fins.

- Canisy
Quettehou - Quedhou - Les fous
- Carantilly - Les étourdis
- Sainte Cécile - Sante Cécile - Les tards
- Vergoncey - Les chasseurs de nuées

- Domjean
Soulles
Teurthéville-Hague - Teurtâeville
Le Theil - Le Thé - Ch’est touos des chorchyis

- Montfarville - Mountfarville - Les grenouoles
- Coulouvray - Les brûlous
- La Trinité - Les fripons - Eun demin-chent de Braffillouns, eun demin-chent de Chaiserouns d’aveu eun demin-chent de Trinitouns fount eun chent et demin de fripouns.
- Gatteville le phare - Les rebelles - Les Gattevillais ount ’taé touos seus en 1792 et 1793 à acataer les byins de l’égllise, ch’est rapport à cha que no les a bénoumaés les rebelles.
- Agon - Les marpas - Les lourdauds, les sales ou les goinfres no sait paé byin cha que cha veurt dire.
- Blainville - Bllainville - Les allumettes
- Gavray - Les friands
- Saint Georges de Livoye - Les Sauçouns
- Curey - Les saute au lard
- Moidrey - Les cllape à l’auge
- Pontaubault - Pountaubault - Les sas - Ch’est-i les souls ou byin les saules ou byin enco les tamis ?
- Cormeray
Le Chefresne - Les huguenots
- Montmartin sur mer - Mount martin - Les founiâos : les fours à chaux ou byin les Turpins, ch’est des peissouns tout petiots que no troue dauns le sablle d’aveu le launchoun.
- Sauxemesnil - Sâosseméni - Les godiâos - Poterie en terre pour boire. Dauns le temps yavait des potyis à Sâosseméni.
- Percy - Les coutiâos - Les couteaux.

- Néhou - Les potyis de Mourot. Mourot est le mot normand de Montrond, village qui occupe la plus grande partie de la commune de Saint Jacques de Néhou. Ch’est ilo que les potyis féchounaient leus godiâos.

- Margueray - Les pucetiers - Les colporteurs ou les avares
- Les loges marchis - Les binotyis - Fabricants dse binots ou bingots : des corbeilles
- Genêts - Les pieds rouges ou les pieds jaunes
- Les loges sur brécey - Les mêletous - Consommateurs de nèfles
- Carnet - Les pimpants
- Le Vast - les fiérots
- Nay - Les messieurs ou les Parisians
- Villiers le pré - Les manants
- Tourlaville - Touorlaville - Les gloriotins ou les choux
- Saint Nicolas des bois - Sant Nicolas des boués ou Sant Nicolas du boués
Baudoin
Argouges - Les glorieux

- Quibou - Tchie bouc - I sount byin gréyaés itou, no les noume le glorieux, les cônus ou byin enco les jaumbouns de boués. Et, en pus de chenna, i sount graunds, gueus et glorieus !
- Saint Vigor des monts - Sant Vigor des mounts - Les glorieux ou les cartouches
- La Chaise Baudoin - Les huppés ou les tricotiers (vient du mot trique)
- Saint Ebremond de Bonfossé - Sant Ebremound de bouonfossaé - Les sâovages
- Beauvoir - les caignes (les brebis) ou les quercots ( les mauvais chevaux)
- Crollon - Les poultrouns ou les petites misères
- Ducey - Les pouillous
- Poilley - Les lentous, les morvous ou les patauds
- Ardevon - Les jambes pourries
- Montanel - Les gruellins - Les mangeurs de gruau
- Ronthon - Les beloces - les prunes
- Saint Jean le thomas - Les prunes
- Brécey - les ventres pelés ou les baretous (ceux qui baratent)
- Marigny - Les bartias (ceux qui baratent)
- Vernix - Les douves (maladie de la douve du mouton)
- Beaucoudray - Biâocoudray - Les birets - les blaireaux
- Saint Martin de chaulieu - Les piternes - Les fouines
- Sourdeval la barre - Les rats
- Trelly - Les souris
- Le Guislain - Les poulains
- Hambye - Les pôneys - Les Hambyons sont tous fripons
- Roncey - Rounchey - Les crottes de mulet

- Périers - Pries - Les quyins - Le roué Louis IX, sant Louis, a venun à Pries en 1256, i s’accotinit tcheu moussieu Grosparmy le frère de sen chauncelyi. Les gens counséquents du trige li baillîtent les cllés de la ville et li mountrîtent le bllasoun sus qui que no viyait déeus liouns. Les liouns, mahène , announchaient paé reide byin et le roué dit : "Ch’est paé des liouns, ch’est des quyins !" Cha tumbit paé à terre.

- Tessy sur Vire - Les tchians - Les chiens
- Mesnil-Aubert - Mesnil Aobé
Saint sauveur de Bonfossé - Sant Sâoveu de bouonfossaé
Ecoquenéauville - Les chats
- Romagny - Les brûlous de toré - Dauns le tout vuus temps, eun toré majit le bout de la lie de la clloque dauns l’égllise. I feut jugi et i feut rousti sus la graund pllèche.
- Précey - Les chats grillés
- Céaux - Les chats rôtis ou les tentarilles (Mouche cantharide)
- Notre dame de Livoye - Les horettes (petites vaches maigres)
- Barenton - Les guibets ( les moucherons)
- Longueville - Les forbans
- Notre dame de cenilly - Les Jacobins

- Lessay - Les ouées ( les oies) Les ouées de Lessay, ch’est -i rapport que les gens du trige cachaient gros d’ouées dauns la launde ? Il ’taient pt’ête paé byin fins inetou !

- Montebourg - Moundebouorg - Les cassins
- Le grand celland - Les tiques ou les louvettes
- Hyenville - Les carpelouoses (les chenilles)
- Lingreville - Les calimachouns ( les escargots)
- Laulne - Les loques (Limaces grises) Les gens éraient mins des loques dauns le bénityi de leus égllise.
- Saint Gilles - Sant Girres
Jersey - Les crapâods (les crapauds)
- Guernesey - Les ânes
- Tirepied - Tirepyid - Les homards
- Champeaux - Les pléciaus ( les petites plies)
- Bouillon - Les doucerons (les anomies)
- Chanteloup - Caunteloup>
Saint Michel des loups - Les loups
- Le fresne poret - Les ours
- Saint Martin de Bonfossé - Sant Martin de Bouonfossaé - Les sangliers
- Villebaudon - Les cochons
- Saint Sébastien de raids - Les renards
- Quettreville sur Sienne - Les singes
- Avranches - Les hiboux
- Juilley - Les chouettes

- Marcey les grèves
La croix avranchin - La croué avraunchin - Les chats huants

- Regnéville - Les côrouan ( les cormorans)
- Agon - Les pllaquous. Les Graunvillais, de byin vilanes gens, noumaient coume chenna les Agonais et les Regnévillais, les pouores bouones gens avaient paé de boués pouor se câoffaer, i brûlaient des bouses de vaque séquies dauns les chimenaée.
- Saint Nicolas de Pierrepont - Sant Nicolas de pyirrepount - Les étourneaux
- Bolleville - Les cônillots (les petites corneilles)
- Doville - Les pitiâos ( les petites pies)
- Glatigny - Gllatigny - Les pucerons
- Hauteville sur mer - Hâoteville - Les taons. Les Hâotevillais étaient byin incmodes que disaient leus veisins.
- La Beslière - La Bêlyire - Les hannetons
- Millières - Les hannetons ou les houstouns
- Mesnil Drey - Les hannetons ou les houdris ( les malpropres)
- Troisgots - Tresgoz - Les équerbots (les étourdis)
- Angey - Les barbelots (les varrons qui trouent la peau des bovins)
- Octeville l’avenel - Les vaques à lait

- Saint Vaast la hougue - Les touins. D’auqu’euns décllament qu’eun touin ch’est eun saligaud, je creis mei que ch’est eun peissoun, la "baudroie" eun reide bouon peissoun ! Seument ya paé graund de dequei magi, il est nachu, il a eune graund goule, il est dreit coume les Sant Vaastais qu’ount tréjous la goule ouverte et qui prêchent hâot : les touins, il ount eune graund goule et.... eune petite coue ! Ch’est eun Râévillais qui le dit.

Ya itou des ditouns sus les gens et ch’est paé byin jatil in’tou :

- Gens de sant micheu, yeux de boeu.
- A Beauchamps tout pimpant, belles filles, belles ormouères et ryin dedauns.
- A Biâochaumps tout est pimpant, de la dentelle et des sabots et du pain d’orge pas trop
- A Mortain, plus de pierres que de pain.
_Gens de Mortain, tous meurt de faim.
- Le Neubourg, quel faubourg ! Trois maisons et pas un four.
- Pontaubault écorche les chevaux, Céaux en mange les boyaux.
- A Carolles et en Carollais, les filles accouchent au bout de treis meis et seulement la première feis.
- A Millières et en Millièrois, les filles accouchent au bout de trois mois et seulement la première fois.
- Avranches le pimpant,
- Granville le puant,
- Coutances le friand,
- Saint Lô le marchand.
- Granville grand vilain, une église , un moulin, voilà Granville tout à plein.
- Granville grand vilain, une honnête femme, une putain, à la porte une sentinelle qui tremble, voilà Granville tout ensemble.
- Granville grand vilain, toute fille, toute catin.
- A Muneville le Bingard, trois putains pour un liard et une bochue par-dessus.
- A Muneville le Bingard, trente-six filles pour un liard, qui les marchande byin les a pouor ryin.
- Sottevast, sottes gens, belles maisouns et ryin dedauns, belles files à marier et ryin à leus dounaer.
- Octeville l’Avenet plus de putains que de vaques à lait.
- Marchuus : les fllés
- Sant Sébastian de Raids : les r’nards

Les Normaunds itou ount leus bllasoun : i sount gratte-tchu, quyins, intéressis, pinche-mélingue, ergardaunts, puchetyis, cochouns, gangnis, mucris, grédins, hale sus tout, i sount bouons ménagis, i sount coume les cochouns, i ferount du byin quaund i serount morts,i se ratouorneraient à magi leus fouore, il embracheraient la fesse oû diablle pouor gangni chinq sous, i graissent leus cllos d’aveu de la fouore de coucou, ya paé de souen qui leus tumbe eun u : ch’est des crochus ! Tcheu nouos,quaund eun petiot a naqui, sen père l’envie âo pllaunchi, si i s’enrêque es rouis d’aveu ses deigts, CH’EST EUN BOUON NORMAUND,UN BOUON CROCHU.

Vuus décembe 2012

Bibliographie : La Normandie Traditionnelle Tome II Fernand Lechanteur Editions O.C.E.P --- Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche François de Beaurepaire éditions Picard --- Mémoire de maîtrise Jean Michel Adam Blason populaire sobriquets collectifs dans le Val de Saire --- Cllémence le vilan à pépère Maurice Fichet.