Normandie Héritage

La Vendeue. 


Auteur : Louis Beuve

Mots clé :

François Enault

|

Langue normande

|

Louis Beuve

|

Régionalisme

|

La Vendeue, illustration François Enault

A Ch. GOHEL, le grand artiste Normand et tchidbouorgiais.

Annyi qué les mait’s sus leus terres
Ount byin de la pouène à s’ravei,
Des pouors fermis y en a biâofaire
Qui n’sav’nt paè seument étalaer :
Ch’est coum’ Mait’ Gueuste d’la Quesnaie,
A forch’ dé tréjous s’atergi,
Eun jou sen bouonhoum’ rabat-jouée
L’fit saisi à la Saint-Micchi.

L’huissi et sen crious,
Gueulaint coum’ des pitous ,
S’y r’trouvît’nt eun biâo jou !
Veir’ ! et touot’ la foul’ qu’était v’neue
Des geins jusqué d’par Tchu-du-Pount,
D’Quérente et d’Saint’ Mareie du Mount,
Pour assistaer à la vendeue :
SA vendeue !

I dyisaient : « Gueust’ louait d’bell’s herbages
Dans l’Hâot-Pays par Querquebut ;
Et dains les feir’s, dains touos ses viages,
Ch’est qu’i mouniait pus d’eun étchu !
Tcheu li, ch’était eun’ vraie pil’reie :
Deux coups la s’mouainn’ la soupe âo boeu ;
Et des deinniâos ! d’la chai rôteie !
C’ qu’i l’a perdeu ch’est sen bouon quoeu !

L’huissi et sen crious
Gueulît’nt coum’ deux pitous :
« ALLOUNS LES BOUONNES GEINS, ALLOUNS Y ÊT’OUS ?
Mais, tcheu li, s’muchait à leus veue,
Mait’ Gueust’ dains sa graind chaimbre en hâot,
Bougui derrir’ ses biâos ridiâos,
Plleurait en guettaint la vendeue :
SA vendeue !

Dains la cour, pllein’ dé grou et d’plise
Grâce âo bouon gros beir’ qué servait
L’graind valet qui faisait l’service,
Touot l’pétit meubll’ dam ! cha s’ fllaimbait !
Cha fit touot eun sacré coumerche,
Jeain qu’était sâol, à c’qu’ no m’ countit,
Acatit eun rain pour eun’ guerche
Et le pouéyit aco byin chi !

L’huissi et sen crious
Gueulît’nt coum’ deux pitous :
« ALLOUNS, JEAIN, LEVE LI ACO LA COUE !
Mais, tcheu li, s’muchaint à leus veue,
Mait’ Gueust’ dains sa graind chaimbre en hâot,
Bougui derrir’ ses biâos ridiâos,
Plleurait en guettaint la vendeue :
SA vendeue !

L’graind al’zain qui sus la carriole,
Dréchait la tête et l’vait les pids,
No né l’vendit qu’trent’ chinq pistoles ;
Aotaint ma fei, l’bailli pour ryin !
Pyis, cha feut l’tou d’la poulich’ neire,
Qu’avait valeu --- tel qué j’vous l’dyis ---
Pus d’huit cheints fraincs âo tchu d’la mère ;
Yeun’ des pus bell’s rach’s du pays !

L’huissi et sen crious
Gueulît’nt coum’ deux pitous :
« ALLOUNS LES BOUONN’S GEINS, POUR SESAINT’ PISTOLES,
LA VOUL’OUS ? »
… Plleuraint sa firtaè rabatteue,
Mait’ Gueuest’ dains sa graind chaimbre en hâot,
Muchi derrir’ ses biâos ridiâos,
Erjuait en guettaint la vendeue :
SA vendeue !

Apraès l’quétoun et la graind trie,
L’s avers jusqu’âo drényi vêtu,
No s’en allit souos la quertrie
Y où qu’no vendit le vuus tap’tchu :
Ch’était eun’ anciann’ bell’ veiteure,
Et quaind Mait’ Gueust sortait d’avé,
Ryin qu’âo trot d’sa bidett’ d’alleure
D’pus d’eun’ lue louan no l’counaissait.

L’huissi et sen crious
Gueulît’nt coum’ deux pitous :
« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, POUR QUINZE FRAINCS
ET QUINZE SOUS, L’VOUL’OUS ? »
Ch’était pus l’teimps où dains les reues,
A Pries coume eun fo il allait …
A ch’t heu coume eun qu’nâle y plleurait,
Plleurait en guettaint la vendeue :
SA vendeue !

Pyis, la brindie qu’était hâot plleine,
L’toré qu’no-z-am’nit touot bônaé,
L’gros boeu cailli, qui sus eun’ trainne,
Touot sou pouvait m’naer eun touné !
Cha s’vendait pus ma qu’ dains les feires
Et coume i fallait byin d’l’ergeint,
No s’jétit sus les bell’ ormouères
Et touot l’mobili qu’était yains.

L’huissi et sen crious
Gueulaient coum’ deux pitous :
« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, LA GRAINDE ORMOUERE
SI BYIN ARSTCHULPTAEE, LES BELLES QUEMINSES,
LES BIAOS DRAPS QUI N’SOUNT PAE DE LA TELLE
D’ACAT, LES BIAOS DOUBLLIS, LES VOUL’OUS ? »
La fème à Gueust’ touote éperdeue,
Dains eun couan d’sa bell’ chaimbre en hâot,
(Sa bell’ chaimbre qu’avait pus d’ridiâos !)
Plleurait en guettaint la vendeue :
SA vendeue !

La Bouonn’ Virge âo pid du Calvaire
N’a p’têt’ paé veu d’quei d’âossi deu
Qué ch’té pour’ fèm’, qué ch’té pouor’ mère,
Quaind o vit touot sen fait vendeu !
O s’évanint ch’té pouor’ Mareie,
Quaind eun houm’ qui s’seintait eun miot,
Dains la chaimbre enl’vit d’eun‘ brachie
L’vuus ber en boués d’sen défunt p’tiot.

L’huissi et sen crious
Gueulît’nt coum’ deux pitous :
« ALLOUNS, VOUS AOTES LA JUNESSE BOUONNE A MAYAER,
POUR EUN FRAINC ET TROUES SOUS, L’ VOUL’OUS ? »
Mais Mait’ Gueust’, la raisoun perdeue,
D’valit Pouossaint des sacrèmeints,
Car i v’lait minchi touos les geins,
Qui mettaient d’ssus à la vendeue :
SA vendeue !

Li qui d’vaint les moussieus d’ la R’mounte,
Aot’feis coume eun co sé dréchait,
Eun matin i creut mouori d’hounte,
En emportaint sen restaint d’fait.
Et l’loung d’ses pyich’s touos les vuus hêtres
Trouvît’nt chenna byin étounnaint,
D’veis parti Gueust’ dount les aincêtres
Mouorût’nt ilo d’pyis troués cheints ains.

D’l’huissi et d’sen crious
Gueulaint coum’ deux pitous
Ah ! noun ! l’pouor houm’ n’avait pus pôu !
Mais en quittant sa belle av’neue
No-z-érait dyit sen enterr’ment
Taint y s’n allait si tristement
Peinsaint aco à la vendeue :
SA vendeue !

I mouorut sus dyis vergies d’terre,
Ma fei d’du ! pas à l’hôpita ;
Sa fèm’, qu’eut pouortaint d’la minsère,
Avait trop d’glorieus’taè pour cha …
I feut prins d’ma la matinée,
Et no m’countit qué quaind l’tuchraè
Li portit l’Bouon Dieu l’erlevaèe,
Sav’ous byin qui qu’i creut qu’ch’était ?

L’huissi et sen crious
Gueulaint coum’ deux pitous :
« ALLOUNS, LES BOUONNES GEINS, SEN POUOR MALHEUREUX
MIOT D’RESTAINT D’FAIT, POUR TROUES CHEINTS
FRAINCS, LE VOULOUS ? »
Quaind ch’est le Bouon Dieu qui vous teue,
Ch’est aco d’quei byin naturé,
Mes pouors bouonn’s geins ch’est byin âot’sei,
Quaind ch’est la peinsaèe d’eun vendeue,
D’SA vendeue !

Poésies et Chansons Normandes de LOUIS BEUVE
Illustrations de François ENAULT
Se trouve : chez JACQUELINE , Imprimeur-Editeur
A SAINT-LO, rue des Images, 18-23

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.