Normandie Héritage

Proverbes et Dictons Normands. 


Auteur : Collectif

Mots clé :

Langue normande

|

Régionalisme

|

Reflet d’une sagesse populaire, héritage d’une littérature orale, les dictons et proverbes de Normandie, formulés en normand ou en français, sont l’expression d’un mode de pensée, d’un mode de vie ; l’affirmation d’une identité normande ancrée au plus profond de son histoire et de ses traditions.

  • A la Saint Vincent, tout gèle et tout fend.
  • A la Sainte-Croix, cueille tes pommes et gaule tes noix.
  • A la Saint Martine, l’hiver s’arreute ou se mutine.
  • A Pâques, tout haut ou tout bas,Y’a des p’tits mêles dans les hâs.
  • Ce qui vient de flot s’en va de jusant.
  • C’est aussi vrai que Carême se trouve en mars.
  • Changement d’herbage réjouit les petits veaux.
  • Couesnon fit une Grand’folie, mettant le Mont en Normandie.
  • Décembre de froid trop chiche ne fait pas riche le paysan.
  • Faut pas mettre tout à corps et rien sur les manches.
  • Février trop doux, printemps en courroux.
  • Franc comme un âne qui recule.
  • Grand diseu, p’ti faiseu.
  • Gros vent, point d’abri ... Pauvre homme, point d’ami.
  • Juillet sans orage, famine au village.
  • La Normandie fait le Normand.
  • Le vent d’amont se couche avec les moutons.
  • Les grandes familles font les p’tits lots.
  • Les p’tits sillons produisent plus qu’les grands.
  • Liard à liard, coutume se ramasse.
  • Neige à Sainte Isabelle fait fleurs belles.
  • Neige épaisse et longtemps, nourrit trèfle et fruits de l’an.
  • Notre-Dame de la mi-août arrange le temps ou défait tout.
  • On ne fait pas de gros noeud avec de la petite ficelle.
  • P’tit lundi, Grand’ semaine.
  • Quand il tonne à Noué, l’hiver avorte à mitan.
  • Quand il tonne en mars, la pomme vaut un hart.
  • Qui a bien soin de son corps se purge à la saint-Isidore.
  • Qui a fait Normand a fait Gourmand.
  • Si bonne n’était Normandie,Saint-Michel n’y serait Mie.
  • Si la Chandleu est claire, l’hiver est derrière.
  • Un Normand ne dit jamais ni oui ni non, ni ver ni nenin.
  • Aen mouissaon a la main vau mu que daeu qui vole.
  • A grand amasseux, grand réquerpisseux.
  • A la saunt-Aunselme, les drényires flleurs no sème.
  • Âot meurit les frits, stembre les ramasse.
  • Âot sauns iâot fait maigri les vaques.
  • Âot ramène cha que mâr emmène.
  • Arage en stembre, nige en décembe.
  • Au mei d’ou, l’hivaer se noe.
  • Bllaunche mé et neir Jérri, y a d’ l’iâo à pllens pannyis.
  • Biâo temps à la Sante Emilie doune des frits à la folie.
  • Cha que le meis d’âot meurira paé ch’est paé stembre quile f’ra.
  • Ch’est la pêle qu’appelle l’ caôdron : ner tchu !
  • C’ qué no z’apprend ou ber no n’ l’oubliera qu’ou ver.
  • D’avri les oundées fount les flleurs de mai.
  • En jullet, iâo du matin est boune pouor le vin.
  • Flleur de feuvrieu, n’va pas au pommieu
  • Flleur de Saunt-Jeaun dure loungtemps.
  • Gros vent, pé d’abri ... poûr houmme, pé d’amyn.
  • Iâo de juin suine le moulin.
  • Iâo en mai doune pan et fouen pouor l’annaée.
  • Jullet sauns arage, famine oû villâche.
  • L’ jeudi absolu, l’ quèrême est sû l’ tchu.
  • Le temps est recâoffaé pa la leune de mai.
  • Mâovaise fème s’apparie en mai.
  • Mieux vaut belle panche que belle manche.
  • Oû meis d’âot, le vent est fo
  • Oû meis de jullet ni boujaroun ni corset.
  • Oû meis de juin, la fâos à la man.
  • Oû meis de stembe, le feignaunt peut allaer se penre.
  • Quand i plleut su’l’curé, ça dégoutte su’l’vicaire.
  • Quand nou pense, y a pa bian laong dvan qu’I n seit Noué.
  • Qui ben gagne et ben despense n’est pas pus riche au but de l’an.
  • Qui veut bouon navet le sume en jullet.
  • Si jullet est câod apare les tourniâos.
  • S’i plleut à la Sant-Denis, la rivyire sort neu couops de sen lyit.
  • Tandis qu’le marinier beit, la mair maonte.
  • Vaôt mus usa ses soulllis qu’sen capet.
  • Vent d’ norouêt ravala pir qué tchyn affola.
  • Y n’ia pas qu’ait l’air pus d’un honnête homme qu’un voleux.

    Si taôpe vyiait,
    Si môuron entendait,
    Houmme sû terre né vivrait !

    Enneyi Frévi,
    D’man Chandlyi,
    Apreis d’man Bliaisi

    Cherne dé heune
    Nabat ni mât ni heune,
    Cherne dé solei
    Les abat quand i s’rait d’ fé.

    Chaoud vaôt payn
    Chaoud d’ navet
    Réjouit l’ chervet.

    A la Saint-Michel regarde le ciel
    Si l’Ange se baigne l’aile
    Pluie jusqu’à la Noël.

    Breune dans la vallée, fais ta jouornée,
    breune sur les monts, reste à la maison.

    Dimfront, ville d’mâlheu !
    Arrivé à médi, pindu à eune heu !
    S’ment pas l’timps d’dîneu !

    Gelée blanche au croissant :
    Beau temps ;
    Gelée blanche au décours :
    Pluie sous trois jours.

    A la Saint-Georges,
    Sème ton orge ;
    A la Saint-Mar,
    Il est trop tard.

    A la Chandeleur, les grandes douleurs ;
    Les jours rallongent d’une heure.

    Rougie du Sei
    Met la mare à sé ;
    Rougie du matin
    Met la mare au chemin.

    Quand le soleil est rouge au matin et que ça noircit,
    c’est de l’eau sous trois jours.

    Bourgeon n’est pas fleur,
    Fleur n’est pas pomme,
    Pomme n’est pas beire.

    Qui vé une pomme à la Saint Jean en vé cent.
    Saint Jean les d’cend,
    Saint Pierre les r’monte.

    Arc en ciel du matin
    Meut l’iau en ch’min ;
    Arc en ciel du ser
    Euspoère.

    Autant d’heures de soleil à la Toussaint,
    Autant de semaines à souffler dans tes mains.

    A Noué,
    Les jours croissent du saut d’un bibet ;
    A la Saint Luce,
    Du saut d’une puce ;
    Aux Rois,
    Du saut d’une oie ;
    A la Saint Antoine,
    Du repos d’un moine ;
    A la Chandeleu,
    Du saut d’un boeu.

    Nou vla à la fin du mei et coume les viaers disaie, Au mei d’ou, l’hivaer se noe.

    Si taupe voyait,
    Si mouron entendait,
    Homme ne vivrait.

    Quand tu verras le blanc Moutier,
    Prends garde au rochier.

    Cent ans pour grandir,
    Cent ans pour fleurir,
    Cent ans pour vieillir,
    Cent ans pour mourir.

    De quelque côté que le vent vente,
    L’Abbaye de Fécamp a rente.

    Quand on voit les îles, c’est qu’il va pleuvoir.
    Quand on ne les voit plus, c’est qu’il pleut déjà.

    La Vierge du 15 Août
    Arrange tout ou défait tout.

    Le normand, c’est le plus beau sourire de la nature tempérée.

    Le Normand est toujours en deçà de la vérité ;
    Et le Gascon, toujours au delà.

    Le Normand vous attrape quand il peut,
    Et le Provençal, quand il veut.

    Quiconque se marie en Août
    Souvent n’amasse rien du tout.

    Un instant : baise ta mie.
    Une heure : dîne céans.
    Un jour : saôle-tei.
    Une semaine : marie-tei.
    Un mois : tue un cochon.
    Une année : trouve un trésor.
    Toute la vie : fais-tei cuai.

    Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
    Gestion de contenu spip(3.0.17)
    Copyright © normandie-heritage.com
    Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.