Normandie Héritage

La Graind-Lainde dé Lessay. 


Auteur : Louis Beuve

Mots clé :

Langue normande

|

Lessay

|

Veire ! Dains les soumbres nyits de varouage,
quaind no-z’enteind les veints vîpaer,
quaind les pouores geins qui sount en viage,
devaunt tei fount le sène dé la croué,
ch’est en vain que Carterêt qui s’alleume
t’envie le sourire dé sen écllai.
T’es triste souos ten manté de breume
et ryin oû mounde né te distrait
ô ma belle lainde, grainde coume la mé,
ô ma graind-lainde dé Lessay.

Grainde millorenne désolaée,
tu ne souoris qu’eune feis touos les ains.
Quaind la sainte croué, à pllennes quertaées,
sus ta brière amouène nous geins,
tu troublles la vuule abbaye
des beugllements de dyis mille âomés
et pendaint les troués jours de folie,
le Cotentin n’a paé ta fyirtaé,
ô ma belle lainde, grainde coume la mé,
ô ma graind-lainde dé Lessay.

Men âme, coume eune vuule touornyiresse,
qui, souos les teintes, vous teind la main,
révyint, ô lainde dé ma jeunesse,
té demaindaer l’âomône d’eun souvenin.
Jé té ressemble car touotes les jouées
achteu maisi ne durent paé tcheu mei,
et ma pouore âme touormeintaée
est demeuraée triste touot coume tei,
ô ma belle lainde, grainde coume la mé,
ô ma graind-lainde dé Lessay.