Normandie Héritage

Le criminel qui a fait veile. Ballade purine


Auteur : David Ferrand

Mots clé :

David Ferrand

|

Langue normande

|

Purin

|

A Rouen, en 1648, il arriva un incident qui réjouit alors beaucoup David Ferrand : un condamné à mort bas-normand sauta au dernier moment de la charrette dans la foule où il «  fondit ainchin qu’un créton ». Le tour lui parut si plaisant qu’il en traita le sujet deux fois dans la même année, sous forme de pièce et de ballade intitulée « Le criminel qui a fait veile »

Gens de Roüen qui voulais tout vair faire
Et tout scaver les curiositais,
Qui vos plaisez tant à ses nouviautés
Que su su pis tous les z ans no diffère
A vo prosner dans ses solennitais,
Venais, caleux , écouter en silenche
Un tour subtil digne de l’audienche
Que fit un sair un matois de Houyvet
Ma fey ! che fust une grande prudenche
Et vou devais louer de su biau traict
Le criminel sauvay de la potenche.

J’étais présan à tieulle belle affaire
Que n’eust pas fait asteur loc un niais,
Quand o marchay qu’o z appelle o poulais
Dans un carosse à trente six portières
Je veis venir su bourrel o gros nais ;
Ly qui n’a point oncor grande scienche
Ny mains oncor biaucoup d’expérienche
De sen mestier coume Canappe avet,
Ne tenant point se n’homme par la manche,
qui vist bientost, ne fezant point le guet ;
Le criminel sauvay de la potenche.

Parbieu, ch’estait estre bien téméraire
De s’avancher le prumier o dégrais
De st’équelle où no monte par drière
et que nos Bons en leu langue vulgaire
ont batizay du nom Monte à regret.
No ne pâle de rien de tieul en Franche :
Lascher ainchni sa prinse ; O l’imprudenche !
Laisser s’enfir du gibier à gibet !
Y dévret bien por sen outrecuidanche
Estre fessay, mais revenons o fet :
Le criminel sauvay de la potenche.

Sen confesseux estait un dévot père
D’entre ceux là qui n’ont point de collais
Qui ly preschait de Dieu les véritais
« Mourais dict-il, paciamment men frère
Mais yl avet bien d’autres volontais.
Y pensait bien pu à sa délivranche
qu’i ne songeait à ceste remontranche
En furetant par où y sauterait.
De la quarette y print une éminenche
Et sautit bas, ainchin qu’un homme adret
Le criminel sauvay de la potenche.

Ses quevaliers aveuque leur rapière
Sus des mazette à queval mal montais,
Bien éperdus demeurirent plantais
Sans que pas un sut trouver la manière
Pour empescher de sauter su (çu) mitais .
Vo z ussiais dit a veis leu contenanche
Que leu journaye estet poyée d’avanche ;
Y n’en brannest à n’en pu qu’un piquet
Mais seulement aveuq grande prestanche ;
Un chequn d’eux regardet et luquet
Le criminel sauvay de la potenche.

Y s’écapit dedans le chimetière
De Sainct Sauveur qui trouvit là oprais
Car y craignet qu’o n’accourut oprais
Et que quequ’un ne fust à sen drière
Qui supportist du pendeux l’interest.
Mais, bon por ly, no n’eust pas l’assuranche
De l’arrester, ne ly porter nuisanche ;
Tout o rebours un checun l’honret :
« Dieu (disait-on) te donne patienche ! »
De là sortit et s’en allit tout dret
Le criminel sauvay de la potenche.

ENVAY

Larrons, filous, esprits de vitupaire
Qui recherchais mille subteletais
Imitais lay dans ses subtilitais
Quand vous serez d’une mort exemplaire
Sentenciais por vos meschancetez
Surtout ayais de Dieu la souvenanche
Prenez en ly certaine confianche,
Ayez le sens jusqu’à la mort segret .
Ch’était un traict du païs de sapienche ;
Vous pouvez donc éviter le segret
Le criminel savay de la potenche.

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.