Normandie Héritage

Les deux Canards. Monologues Humoristiques en Patois Normand


Auteur : Henri Ermice

Mots clé :

Langue Normande

|

Régionalisme

|

Les deux Canards - Monologues Humoristiques en Patois Normand - Henri ERMICE (Vire) - Carte Postale ancienne

Y nous fallait un « brin » d’trémaine
Pour mettre dans la grand’ pièce de haut.
« Va au marché, m’dit Joséphaine,
T’y trouveras ben tout c qui t faut. »

Et ma foi, comme c est pas la peine
De s’en aller s’faire tremper l z’os,
J’ai pris « l’parapie » à baleine
Et j’emporte les deux « bourots ».

C’est d’ la volaille qu’est pas facile
Sous l’rapport qu’o va sû « l’ vaisin, »
En la vendant j’vais être tranquille
Et ménager mon sarrazin.

Mais malgré que m’dise Joséphaine,
Tous ces « viages-là » m’donnent du tourment ;
Car d’un sens no r’grette ces volailles
Qu’on a la peine de mettre « à coué, »
Qu’on voit l’jour « couri » do les « qu’nailles »
Et s’coucher en même temps au « sé ».

Puis, comme disait après la messe,
En causant l’aut’ jour not’ curé,
« Ces « bourots-là » sont d’une espèce
Qu’est pas facile à s’procuré. »

J’peux pourtant pas laisser not’ terre
A labourer faute d’un bourot …
J’pourrais y s’mer d’la pomme de terre
Mais c’est d’ la trémaine qu’il y faut …

Et pis, je m’suis entendu d’veille
Pour faire l’marché avec l’cousin ;
Faut pourtant pas q’ j’ m déconseille,
I la trouverait drôle à la fin !

No doit parti sû l’coup d’ six heures,
A seul fin d’arriver à temps,
Car « veyez » les marchés d’a c’theure
ça ne dure plus du tout longtemps.

Et c’qui n’y a d’sûr si no m’ marchande
C’est que j’ n’en « laquerai pas d’un sou ;
Des « boures » pareilles, ça vaut d’ la viande
Et tout d’suite è sont chères comme tout.

Mais v’là t’y pas, durant que j’ prêche,
Que j’sens l’cœur qui « m’ sèque » tout d’un coup,
Et d’vant d’parti et qu’y a d’la « pièche »
Si no zen prenait pour un sou ?

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.