Normandie Héritage

La Pipe à Maître Jacques. Monologues Humoristiques en Patois Normand


Auteur : Henri Ermice

Mots clé :

Langue Normande

|

La Pipe à Maître Jacques - Monologues Humoristiques en Patois Normand - Henri ERMICE (Vire) - Carte Postale ancienne

Y en a de toutes les « manires, »
Y en à même en écume de « mé »
Et d’autres qu’on des « cordelires »
Pour les pendre, « amont » l’ mur, au « sé. »

Entre nous, pourtant, la bonne pipe
C’est co la celle qui coûte un sou ;
Quéquefois qu’o brûle l’ coin d’ la lippe,
C’est tout d’ même la meilleure de tout.

Et pour l’empli, j’ai une manire
Que je n’ « vois » pas à tous les gens ;
Je r’ tourne l’ tabac sans mot dire
Avec mon « daigt » dans l’ fond d’ mes « maôns ».

Et quand j’ veux une pipe ben tassée,
Surtout je n’ manque pas entre temps,
(C’est ça qui fait la bonne « pipée »
Tout en l’ frottant de crachi dedans.

Y en a qui portent dans leu culotte
Leu z’éternel scaferlati,
Pour mé j’l’y préfère la carotte
Malgré q’ çà soit « dû » à « parti. »

Et quand « j’ alleume » dans la « chimnée »
En m’ servant du plus gros tison
Au « pianchî » no voit la fumée
Monter « drait » comme une une oraison !

A propos, dans l’ fond d’ mé j’espère
Que l’ bon Dieu n ’m’en voudra pas trop,
Mais que de fois, en f’zant ma prière,
J’ m’endors en fumant mon culot.

Ma femme au début d’ not’ ménage
M’ faisait la vie d’ fumer au « sé »
J’ l’y dis : « N’ te fâche pas d’ c’ t’usage,
Tu sais ben qu’après lé,c’est té. »

N’y a plus qu’une chose qui m’ fait d’ la peine
(No z’ en perd tous en vieillissant),
Les trois quarts du temps, c’est pasd’ veine
Je n’ peux la « t’ ni » qu’en rabattant.

J’aime ben ma femme, j’aime ben mes « vaques »
Et mes « qu’ nailles » qui m’ r’ssemblent comme tout,
Mais aussi vrai qu’on m’ nomme Maît’ Jacques
J’aime ben ma pipe en terre itou.

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.