Normandie Héritage

Les treis cllercs qui n’savaient paè l’latin. 


Auteur : Jean François Bonaventure Fleury

Mots clé :

Contes et légendes

|

Haguais

|

Langue normande

|

Il y avait un’ feis un bouénhoume de caompàygne qui avait treis garçouns. Il avait d’qué et n’était pas à cha preis. En lùé d’les mettre à t’nyn la quérue ou de lus dunàé un fouet en mayn pouér cachiei les j’vàoux d’vaont une quérette, biàou temps mouais temps, i les enviit à Paris étudié l’latyn. Vo coumprenàéz bieyn qu’une feis à Paris, che ne fut pàé pouér prié l’bouén Dieu et alàé à l’école, il eurent bieyn d’àout’ beunettes à enfilàé. L’s étchus du peire s’myntent à couéri les qu’myns et s’en alitent si louén qu’no n’les a jamais r’veus. Mais il n’est si belle feite qui n’ait sa fyn. Vie tchi druge n’est pas vie tchi dure. Au bout d’laon arrive un’ lettre qui lus sinifie qu’il aient à rentràé ou logis. V’la mes gas bieyn gênàés. L’bouén houme de peire n’est pas mignoun quaond il s’y met. S’il n’y avait qu’li pouèrtàont, no l’afin’nait p’t être enco, mais l’tchuràé s’ra là, il n’fàoudra pas d’lus préchiei latyn ; comment li répoundre ? Il savaient à peu preis outàont d’latyn que l’boeu d’la raie.— J’sais pouértaont deux ou treis mots, mé, dit l’aînàé ; Bonum vinum loetificat cor hominis. — Cha veut dire : Le bouén vyn réjouit le cueur de l’houme. — Eh bieyn, cha ira tout seu, dit l’segound, l’tcuhràé nous doun’na d’sen vyn, tu diras : Bonum vinum, j’dirai : loetificat cor hominis. — Et mé, qu’est que j’dirai ? demaoundit l’tréisieime, qui était le bedot.— Ch’est enhiei dimaonche, bouén joué, bouéne œuvre, alouns à l’égllieise, dit l’aînàé, un’ feis n’est pas couétume. — Alouns à l’égllieise, dit l’segound, ch’est coume le cieyn qui écopissait ou tchu d’sa vaque malade, si cha n’fait pas d’bieyn, cha n’f’ra pas d’màl. — Les v’là doun alàé à la messe. Quaond il entrirent le préitre chaontait la préface : Vere dignum et justum est, aequum et salutare … — V’la m’n affaire, dit l’bedot , chacun not’ phrase. Tribert dira : Bonum vinum, Glliàoume : loetificat cor hominis, et mé : Vere dignum et justum est. Ch’est dygne et juste. — Il a, ma fé d’Dué, raisoun, l’petiot, dirent les aînàés, et, cache, les v‘la partis !

Lus tchuràé était un bouèn vivaont qui n’savait d’latyn que tout ou juste pouèr ne pas dire des ynjures ou bouén Dieu et à ses saynts en luésaont sen brevieire, mais il n’en savaient rieyn. — Eh biyen, mes gas, qu’il lus dit en les veyant, j’avouns étàé à Paris et j’avouns apryns l’latyn ? Cha les déroutit un’ miette, il avaient coumptàé sus l’vyn pouér quemenchiei, mais l’bedot n’perdit pas la têite : Vere dignum et justum est, répoundit-il. — Optime, dit l’tchuràé. A propos, vous savàéz qu’vo s avàéz perdu votre onclle ? — Aequum et salutare, ajouta l’bedot. — Salutare ? Ch’est vrai apreis tout, pieis qu’o s en héritàéz. L’fait est que l’bouén houme l’vait l’coute pus souvent qu’à sen toué et à s’n âge. — Bonum vinum ; ch’est bouén, l’vyn, dit l’aînàé. — Loetificat cor hominis, dit bieyn vite l’s’gound qui avait peu de n’savàé où mett’ sen mot. — V’la tchi brave ! dit l’tchuràé, j’veis bieyn qu’o n’avàéz pas perdu vot’ temps à Paris. (Il n’criait pas si bieyn dire, le chieir houme !) Alouns gouétaé de men bonum vinum et laissouns là l’latyn que j’ai un’ miette oumblié. Vo-s y serieiz bieyntot pus savaonts qu’mé.

Essai sur le patois normand de la Hague
Jean Fleury, 1886

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.