Normandie Héritage

La mort du rat. Conte en Haguais moderne


Auteur : Jean François Bonaventure Fleury

Mots clé :

Contes et légendes

|

Haguais

|

Langue normande

|

Le rat et la ratesse tchùesaient d’la bouèllieie d’sérasyn dans une pèle de cuivre. L’feu flaombait, la bouèllieie bouèllait, la ratessse touèrnait la palette pouer l’émpêchiei d’brûlaé, le rat la r’gardait faire.

— J’ai oublié l’sàé, dit la ratesse. Le rat ! mounte jusqu’à la salieire qui est pendue dans la chimnàée et m’doune une pouègnieie d’sàé !
Le rat grympe jusqu’à la salieire et prend une pouègnieie de sàé, mais en voulant la j’tàe, i lâquit prynse et tumbit dans la bouèllieie bouèllante.
La ratesse qui attisait l’feu n’en vit riein et continuit à touernàé sa bouèllieie, mais quand o fut tchuète et qu’no voulit la mouèjiei, o trouvit le rat dedaons et se mit à plleuràé.

En la véiant plleuràe, la pèle lit dit :
— La ratesse, qu’est qu’os avaéz doun à plleuràé coume cha ?
— Le rat est mort, ch’est pouér cha que j’plleure.
— Et mé j’vais m’mettre à pèlotàé, dit la pèle à bouèllieie.
— Qu’est que tu as à pèlotàè ? li d’maondit l’trepiei.
— Le rat est mort, la ratesse en plleure et mé j’en pèlote.
— Eh biein, j’vais m’mettre à trepiotàè, dit l’trepriei.
— Qu’est qu’tu as à trepiotàé ? li demandit la pèle.
— Le rat est mort, la ratesse en plleure, la pèle en pèlote, et mé, l’trepiei, j’en trepiote.
— Eh biein, dit la pèle, j’vais mettre à daonchiei.
— Qu’est que tu as à daonchiei ? li demaondit l’balai.
— Le rat est mort, la ratesse en plleure, la pèle en pélote, le trepieie en trepiote et mé j’en daonche.
— Eh biein, dit l’balai, j’vais m’mettre à nettié l’aire.
— Qu’est que tu as à nettié l’aire ? li demaondit la porte.
— Le rat est mort,la ratesse en plleure, la pèle en pélote, le trepiei en trepiote, la pèle en daonche, et mé, j’en nettie l’aire.
— Eh biein, dit la porte, j’vais m’mettre hors des gounds.
— Qu’as-tu à te mettre hors des gounds ? li d’maondit la quérue.
— le rat est mort, la ratesse en plleure, la pèle en pélote, le trepieie en trepiote, la pèle en daonche, le balai en nettie l’aire, et mé, j’en sors hors des gonds.
— Eh biein, j’men vais quéruàe amount les caomps.

Quaond la quérue eut assàéz quéruaé, la porte assàéz sorti hors des gounds, le balai assàéz nettié l’aire, la pèle assàéz daonchiei, le trepiei assàéz trepiotàé, la ratesse assaez plleuràé, le rat fut enterràé, le p’tit oisel fit cui ! cui ! et men counte est fini.

Essai sur le patois normand de la Hague
Jean Fleury, 1886

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.