Normandie Héritage

A propos d’môques. 


Auteur : Bram Bilo

Mots clé :

Jèrriais

|

Jersey

|

Langue normande

|

A propos d'môques

Tout a s’n’utilitai sus chutte terre dé minzaithe, a ch’qui pathait, quœq’ les savants n’ont pou oquo déscouért l’utilitai des môques, si ch’n’est a sérvi d’ patuthe ès éthognies.

Quan Noé emplyt s’n’arche, chose-seuthe qui n’oublyit pon d’y’introduithe un couplye d’môques - malheutheuseman ; persounne né sés sait plyaint s’y les avé laissis s’nié toutes dan l’déluge. En sortant d’l’arche, chu couplye là s’otchupi en l’heuthe d’faithe des p’tits du matin ô sé, et lus d’sendants n’ont pon abandounét l’mèstchi.

Y’a nonnante-très difféthantes moniéthes dé tué les môques. Au Maroc, les Moricos emplyient d’z’aviérs a l’z’enfilé sus d’z’adjullies d’ruoge fi ; y’en fôt chinq chens chinquante pour faithe eunne glienne, et y sont payis très sou la glienne. Dans d’buonnes années y’a des aviérs qu’ont gagni jusqu’a eunne pièche d’estchu la s’mainne.

Au Portunga, les Portundjais, dans lus villages, ont des muochios d’môques. Tuos les Dinmanches, d’van qu’d’allé a la messe, tout l’monde dèsjeunne sus d’z’oignons, du frommage dé gruyéthe ét du chibot, et ôprès dèsjeunné y s’mettent tous a soufflié contre la pathé. Y’a pas for dé môques qu’en rèscappent ; y tchaient coumme grille sus l’aithe. Chès ov chès môques la qu’nou fait “l’Spanish Fly” pour faithe des vessicatouêthes.

Y’a hardi d’môques a Terreneuve. En Estai, ches môques là s’engraissent sus les têtes dé muothue suos l’chauffaud. Quan vin l’hivé, y’s’muchent d’un bor et d’ôstre et géllent, duthes coumme d’la grainne dé lièrru. Un hivé qué j’tais a la Pointe pour les Messieux Collas, j’vendi un d’mié bathi d’corrinte a un pèstcheux. Chu pèstcheux la vin faithe un divérs trains tchiques jours ôprès. Y prétendai qu’auprès avé fait d’la gache dé corrinte - ch’tai pour les neuches dé sa fille Jemmima - ov eunne partie d’la corrinte, y mins l’restan a sitchi au sollé, sus eunne telle, et qué, quan l’sollé avé cauffé d’sus, eunne buonne maintchi d’la corrinte sen tai envollée en l’air. Ch’tai des môques tchi s’taient désgelés, et y fut sévétheman r’primandé pour les avé laissis éscappé.

En Cochén Chine y m’y prenne d’eunne drôle dé moniéthe pour cachi lus môques. Y déssinent dé grosse éthognies sus la pathé, au pliaffon, sus les ôzaines, et v’la tchi ser d’éspeuthas. Quan nous lus fait la r’mérque qu’y’a tout d’maime oquo des môques dans lus tchuisenne, y réspounne qué ch’n’est jomais les maimes tchi venne deux jours dé siette.

Yeunne des millieu moniethes counnus pour déstruithe les môques est chet’chin. Nou q’manche par attithé toutes les môques d’la maison dans un appartéman en y pliéchant du jaunne shucre, d’la m’lasse, du mi ou d’la j’lée d’aigriottes. Quan y sont a p’près toutes rentrées, nou froumme l’hue, et non s’en va chérchi un couplye d’poutchies d’rabotténs ou un d’mié chan d’soubats. Non met les rabboténs sus l’mittan du plianchais, et, ôprès avé satchi eunne alumette, n’ou s’on va tchillyi un pot ou deux d’grouézilles. Les gens tchi s’servent dé chutte moniéthe la ont généralleman amor d’asseuthé lus maison pour pus d’sa valleu.

Un jeunne garçon d’not’ counnaissance avé énventé eunne moniethe a li tousseu. Quant y viyait des môques à torchi lus pis sus sa trempée, ou a l’vé la gambe contre un morcé d’chucre, y s’mettai a kappuchi d’sus atou eau chabot. Ch’tai rare qui’l’asoummisse l’annima mais jommais y’n mantchai l’vaissé. Chutte moniethe la ès cuotouse a mains d’avé d’la vaisselle en bouais.

Enfén ya ôquo l’papi a môques qu’nou z’acatte siez l’z’appotitchéres, mais, y pathait qu’les puores bêtes sé déstchilbouèquent les hanques en esprouvant a s’descliatté, et la veue d’lus m’zéspé fait plieuthé les membres dé la Sociétai protectrice des Animos. Chès-tan-tchi, chutte moniethe la n’est pas nintou erquémandablye. La miyeu moniethe dé toutes pour tué eunne môque sans trop la faithe souffri, chest d’l’attrapé entre l’pouce et l’maitre-dé, d’allé dans la rue attendre qui passe un hérnais-a-èsclon chérgi d’fain ou d’glyi, et d’met’ la môque suos la reue. Autan’ qu’pôssiblye y fôt taschi dé’n pas laissi pus d’yieun d’ses déts suos la roue.

Y’a ben oquo hardi d’moniethes dé s’dèsfaithe d’ches maufaites bestiolles là. Non peu l’z’empouèzounné ov d’la lyie d’biethe dé spruche ; les nié dans du vinaigre ; les esgliammi suos un maillot ; tithé d’sus ov un connon ; lus coppé l’co ov un sérpé ; l’z’assoummé a coups d’casse-bouais ; bouchi lus trompette ov d’la chithe ; les brulé ; les nuorri sus du frommage pour qui crève d’indigestion ; l’z’abreuvé d’limounade pour lus boursoufllié l’ventre ; les pendre ès roués ov du fi d’tchéthai ; lus faithe prendre des lavmans d’yielle ; lus joué d’la fliute jusqu’a qui s’endorment ; tappé d’sus a coups d’flyiais ; les funtchi ov d’la feummée dé p’tun ; les engardgichounné ov d’la molle graisse ; lus emplyi l’z’ouies d’empais ; lus faithe tuonné les sens en lus prèschant un sermon sus l’enfé ; les faithe sorti d’hors quan y grille ; s’assiéthe dessus quan y sont sus eunne tchaise ; les rôti sus un grille ; l’z’ëstouffé suos un liet d’plieummos ; les fliantchi des gallots sus la héthéque du dos ; lus crévé l’z’iers ov eunne adjulle a cauches ; lus catuoilli l’ventre ov eunne plieumme dé rèté jusqu’a qué mort s’ensieve, etc., etc. Né’v la deus-très moniethes pratiques dé tué les môques san les faithe souffri pus qué d’raison. Si y reste pus d’chen chénquante mille set chents môques en Jerri l’ésté préchain, jé ’s’sa pas par né savé coumman s’en dèsfaithe.

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.