Normandie Héritage

Travaillons. 


Auteur : Raymond Mensire

Mots clé :

Cauchois

|

Langue normande

|

Je n’sis qu’un méchant laboueux

A J. De La Varende

Je n’sis qu’un méchant laboueux
Qu’a toujous travaillai la terre.
J’en sis natif d’mes père et mère,
Pis j’mourrai sus man bien, comme eux.

Bié qu’j’âille sus mes quatre-vingts ans,
J’ trouv’ co la vie bien agréâbe.
Je n’ don’nais pin ma place à tâbe ;
Mais j’sis t’un p’tieu rheumatisant.

Je n’ me plais pus qu’ dans man fauteuil
En fait d’bonn’s amies, j’ai pus guère
Qu’ ma canne aveuc ma tabatière ;
Mais... j’atends bien..., pis j’ai bon œil !

J’luis co l’jôrna sans bricoler.
Je m’dis mêïme queuc’ fais, comme j’ pense
A tout ch’ que j’vèye qui s’ pâsse en France,
Que j’sais mieux d’vaie un p’tieu mouïns clé !

D’man temps, j’crais qu’ jétions pus hureux ;
J’nos occupions gué d’politique ;
Les maîtres comm’ les domestiques,
J’ nos cotentions d’ète des terreux !

J’nos tracassions que d’not’ travail :
La saison ... la moisson... les pommes ...
Les viaâs nos souciaient pusque z’hommes !
Not’ parti, nous, ch’était l’ bétail.

J’avions deux o tois vaq’ à lait ;
J’graissions queuc bétons dans s’herbâges ;
Cha nos donnait assez d’ouvrâge ...
J’faisions not’ beûrre ... pis cha allait !

Deux douzaines d’ poul’s, j’avions d’s œufs ...
J’col’tions quinz’ lapins dans l’annèïe ...
I nos s’sait janmais v’nu l’idèïe
D’trâcher midi à quatorze heus !

An’hui, y a des tas d’ galvaudeux
Qui vos prêch’nt la grève agricole !
Mai, j’aïm’mais mieux que l’diâb’ m’accole
Qu’ d’écouter leux potins d’caleux !

I voudraient-i pin nos fé craire
Qu’i sont v’nus ichit nos trouver
Pou montrer à pou’ls à couver
Pis d’apprend’ à bourriqu’s à braire ?

Queul ouvrage ! I sont là qu’i palent
Qu’i gesticul’nt, qui font un train !...
Marchèz, est tertous des gâs d’balle
Qui n’val’nt pin les quat’ fers d’un quin !

D’abord. s’i pal’nt, ch’est qu’no z’écoute :
Si no z’écoutait pus, ch’est sûr
Qui n’brâill’aient pin rien qu’ pou les murs !

J’avons-t-i pin aôte chose à foute ?

Dans l’temps j’étions pus coûrageux,
J’travaillions les set jous d’ la s’maine
J’ nos plaisions, nos aôt’s, dans la plaine
Pis ... l’travail n’ippos’ pin d’ viv’ vieux !

J’ dansions tois quat’ fais dans l’annèïe.
J’avions pin besoin d’ casinos ...
Ni d’cinémas ... Nous, les tornèïes,
Euj’ les jouïons à dominos.

J’allions au marchai ... d’temps en temps ...
J’avions les Rois, j’avions la choule ...,
Dans ces jours-là j’tuïons eun’ poule,
J’buvions un coup, j’étions cotents !

Pis j’payïons not propriétére
(Six mois en r’tard, bien atendu !)
Donnant donnant, chacun san dû
Pis qu’ ch’est nous qui vivions d’sa terre.

J’teumbions d’accord : tu m’loues, j’ te paye.
J’avions pin besoin d’ décrets-lois.
L’bail était l’bail, d’bonne et due foi :
Mâq’ ta soup comm’ tu l’as trempèïe !

Je t’nions à respecter not’ sène,
Mêïm’ ceuss qui n’avaient fé qu’eun’ croix.

Si j’vendions not’ blai, j’mettions l’poids ;
Pis, pou z’œufs, j’treizions la douzaine.

Cagnas comm’ des mulets d’Auvergne,
J’étions harlandeux ... j’ marchandions ...
J’comptions nos sous
Pis j’ les r’comptions
Pou les mette à la Caisse d’Epergne.

Si j’avions un p’tieu trop d’ergent
J’allions la porter cheux l’ notère :
J’ach’tions eun o deux acres d’ter e,
Ou bien j’prenions du tois pour chent ...

Pis j’dormions la-d’sus sans trembler.
Je n’connaissions ni Banq’ ni Bourse ;
Si cha n’ donnait qu’ des p’tites r’sources,
J’nos faisions mouïns souvent voler !

J’prenions toujous l’temps d’nos r’saisi.
A c’te heu, no vit comme des machènes,
No va ... no vire ... no toupène ... !
No pense qu’à s’donner du plaisi !

Cha peu pus du’er : no s’ détruit !
J’ dis pin qu’i faut fé péintence,
Pis carainme toute s’n éxistence ...,
Pis vivre comm’ des bonnets d’nuit !

J’dis qu’i faut pin cacher d’travers.
Piaffer comme des côs sans cervelle,
Brûler les deux bouts d’la chandelle,
Pis manger tout san treuffe en vert !

Amusons-nous ..., a’s assemblèïes ...
A neuch’s, à premiés commeunions ...
Et pis, tandis l’ restant d’ l’annèïe,
Bien ..., ch’est bié simple ... travaillons !

Le Patois Cauchois
Raymond Mensire, 1939.

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.