Normandie Héritage

Le Vier Garçon . Poème Jèrriais


Auteur : Sir Robert Pipon Marett

Mots clé :

Jersey

|

Langue normande

|


Texte lu par Geraint Jennings, Membre de la Section de la langue Jèrriaise.

Qu’i’ sont heureux, les viers garçons.
I n’ont ni èfants ni maisons,
Ni femm’s à leux badrer la tête.
Je dis pour mai, qu’i’ faut êt’ bête,
Quand nou-z est libre et sans souci,
De prendre une femm’ pour vos plaigui.
Je ne l’ f’rai pon ! - nennin ! - nennin !
Quand nou -z est ben, i’ faut s’y tenin !

Non non ! non non ! je ne l’frai pon !
Je resterai bouan vier garçon :

Quand nou-z est comm’ je sis à-ch’teu,
Assis à s’n aise auprès du feu,
Fumant sa pipe à san tout-seu’ :
Dites-mai ! n’y fait y pon millieu’,
Que d’ avé matée endrait sai,
Une femme, ufutche à vos gronner !
Et d’s èfants, par dessu’ l’marchi.
A vos assommer de leux brit !

Oh ! oui, oui, oui : qu’ou n’ m’en pâl’ pon,
Je sis et serai vier garçon !

Ch’ n’est pas, quand quiqu’fais nou s’ennyie.
Un’ femm’ vos tiendrait compagnie ;
Et si l’ ma’ vent vos empoigni,
I’ n’y a qu’les femm’s pour vos soigni.
Et qui sairait ioù en trouver
Un’ belle et bouonn’,. qui vos aim’rait,
Nou-z y pens’rait quiqu’ petit : - mais,
Nou peut ben s’y brûler les daigts !

Le mus ch’est de n’ s’en mêler pon !
Et d’rester tranquill vier garçon !

Car ben des femm’s sont comm’ not’ catte ! -
Tout s’pass’ de charm’ tant qu’nou la flatte,
Ou vent se frotter contre vous,
En miaunant, et fait patt’ de v’lous,
Que tout d’abord en viyant ch’la,
Nou dirait qu’ou n’peut faire de ma’,
Mais qu’ non la prenne à la r’bours pé,
Ou sort ses griff’s pour vos grimer.

Le pus seû’, ch’est de n’ s’y fier pon !
Pour mai je reste vier garçon !

Ch’est vrai qu’i n’ sont pas tout’s comme’ ch’la ;
J’en connais iune ! - Ah ! pour chett’-là !
Qu’oulle es donc bell’ ! - ch’est comme un’ fleur ! -
Et pis oulle est d’si bouonn’ humeur,
Ou n’ dit jamais un mot d’travers !
Ov ch’la oulle a d’si nobles yiers !
Quiqu’fais quand ou vos r’garde ov-eu,
De vrai ch’la vos èscauff’ le coeu.

Il y a d’s instants, i’ n’ s’en faut pon
Fort que j’ne cess’ d’êt’ vier garçon !

Par sus tout oulle a une vouaix
Pus douoch’ que mié ! que j’ l’ècout’rais
Pâler, ofut-ch’ deux heures de temps !
Un’ bouoch’ si fraîche, et pis qui dents !
Et qu’ oulle est jolie quand ou rit !
Si chutt’ fill’-là sait picagni,
Oulle est capabl’ de mauvaitié.
Ch’est une hypocrit’, ma fé !

Pour ma part, mai, je n’le crai pon !
Tout d’ même ch’ est mus d’êt’ vier garçon !

Si n’fallait qu’ prendre un’ femme au mains !
Mais ch’est l’s aviers ! V’là chen que j’crains !
J’vais siez not’ frère de temps en temps.
Ch’est là que j’vai chen qu’ch’est qu’d’èfants !
Il en a une raccachie !
Quand i’ sont touos ensemble, i crient
Et font leux sabbat que de vrai,
Nou n’en a que d’en raffoler !

Quand j’vai ditai, je m’dis bon ! bon !
Ah ! que j’sis ben d’êt’ vier garçon !

Ocquo s’i’ restaient tréjous p’tits !
Nou-z aime assez à ouir leur d’vis,
Et ch’est fort amusant que d’vais
Les drols de tricks qu’i’ font parfais,
Mais dès qu’ un co’ ils ont grandi,
Nou’ n’ peut pus, dam ! s’en arrangi ;
Ils us’eraient jusqu’au fé des reues,
Et faut êt’ tréjous souotre ieux.

I vaut ben mus n’en avé pon !
Et vivre en paix comme vier garçon !

Qui n’ airait qu’ des garçons ocquo !
Nou n’ sen aperchevrait pon trop,
Car disons qu’i’ faich’nt les mutins,
Et s’mett’nt à galloper les qu’mins,
Tout d’suit’ nou les paque à Terr’neuve.
Là i’ dèshal’nt du mus qu’i’ peuvent.
Et gagnent leux vies, et à leux r’tou
I’ vos rapport’nt ocquo quiqu’ sou.

Ov tout ch’là, nou n’me dira pon
Ch’est pus d’profit d’êt’ vier garçon !

Mais ch’est les fill’s ! - chez jeunes drinettes,
I’ leux faut tréjous tant d’atouettes !
I’ venn’nt sans cess’ vos tormenter,
Que nou-z’en est tout hors de sai
"Papa par chin - papa par là !
"Don’-mai chen-chin - donn’-mai chen-na !
"I’ m’ faut un’ robe ! - i m’ faut des gants !"
Ou ben "j’ai besoin de ribans !"

Pour mai la tête m’y tiendrait pon !
J’aime mus ocquo êt’ vier garçon !

De pus chen qu’il y a d’ pière ocquo
Nou crains trejous qu’i n’faichent quiqu’ dro ! -
Il est ben vrai, chen qu’nou peut faire
Dès qu’i’ sont d’âge à à s’en défaire
Ch’est d’les marier hors de la vaie
Sans perd’ de temps, et pis après,
Nou-z’en est quitt’ de tout souci,
Ch’est à leux hommes à en soigni !

Oui - mais - si nou n’ les marie pon !
I’ vaut mus rester vier garçon !

Les gens mariés sont ben à pliaindre !
Bon ! j’ai laissi man feu s’èteindre.
Je n’ gagn’ ren de l’ètiboqui.
Le mus ch’est d’ s’en allé s’couochi -
Ch’est trop bouonn’ heur’ - pourtant - je crai
Qu’au lieu d’ chla j’prendrai man chapé,
Et irai siez l’bouon homme Elie,
Vaie si sont ocquo touos en vie !

Je m’ennyie, pour n’en menti pon !
Vla l’pièr, quand nou-z est vier garçon !

I’ faut y aller ; - j’verrai Nancy
Et j’airai un p’tit d’fonne of lii !
De vrai je song’ trop à chutt’ fille !
Aussin ch’est qu’oulle est si gentille !
Oulle a des yeux ! - Mais si j’yallais
P’têtr’ ben qu’les gens en dvis’raient.
— Je n’irai pon ! - Djantr qu’i’ fait fraid !
— Nou tremble ichin ! - Eh ben j’irai !

Et après tout, ch’la n’ m’empêch’ pon
Si j’veurs, de rester vier garçon !

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.