Normandie Héritage

L’assainissement. 


Auteur : Audjusse

Mots clé :

Langue normande

|

Boujou à toues, c’est mé Audjusse. Allou red’ bi c’t’année oui ? C’est qu’cha n’dévient paôs bi kmode d’avé la gnaque avec tot s’qué nos en-tend à la télé ou dans l’pétit posse ! Si nos écoute cha d’prés, nos vé qu’y a paôs bi tché qui touorne rond ast’heu, y auré d’tché avé l’moral dans les cauches si no s’arrétait à tout cha !

Ani, j’vaôs vos causer un brin d’assainissement. J’sais bi qu’vos éte comme mé, ch’est d’tché qui vos frait bi derchi l’poil sul dos, fit’taupin ! Pour mé c’est bi simpe, y a co tchèque temps, jé n’savais même paôs bi tchi qu’c’était qu’cha .

C’est men vésin qui m’dit Audjusse, quand tchi qu’tu vaôs t’mette aux normes por l’assai-nissement ? J’fus bi interlotchi avec cha, j’li dis tout net : veux tu bi m’esplitchi tchi qui faut qué j’fache por cha ?

D’la d’sus, i m’ répondit : oh c’est bi simpe, i faut qu’tu mettes eune fosse toute z’ iaux et qu’t’envie tout d’dans : les cabinets, la douche, l’évier et pu et pu sauf les gouttiéres. Dérriére cha, faut qu’tu faches un épandaôge avec des tuyaux perchis plachis à fieur dé terre por qu’cha sé la térre qui bève tout cha doucement.

J’li dis, té bi genti mais ou qu’tu veux qué j’mette tout cha ? I m’répondit dèrechef « Dans ton couortil Audjusse, puqu’t’as paôs d’piache autrement. Ch’est paôs grave, tu vaôs fére dé la plouse à la piache et t’auras pu qu’aller ach’ter tes lédjumes,au marchi ou tcheu not’boulangi, i l’est paôs mal achalandé n’tout li, t’auraos bi moins d’ma ! »

Ah mé j’peux vos dire qué cha m’a foutu l’bourdon d’entende cha. D’autchins coups nos dit vaut mu entende cha qu’d’éte souord, m’en-fin por mé j’cré qué j’aimerais mu éte souord qué d’entende dé tché comme cha. Supprimer mon couortil ! Tchiqu’nos verra co !

Jem’ démande bi portchi nos nous fait débal-ler avec tot cha ast’heu. Dans l’temps y avait paôs tout cha, cha n’en allait paôs pu ma, bi au contrére ! Mais men vésin qu’ a l’air d’éte assez savant su tout cha m’a tout esplitchi, j’vaos vos l’rdire, vos en frait tchi qu’vos voudrez !

Dans l’temps les gens n’avaient paôs la méme vie, ya paôs bésoin d’sorti d’saint cyr por avé vu cha ! I s’lavaient bi moins sovent et co dans eune malheureuse tchuvette d’iau. I né s’changie paôs bi sovent n’tout et quand i fésaient la léssive, i n’méttaient qué du savon ou d’la chende.

Ast’heu, y en a bi qui font deux ou trouais léssives par jouor et jen ‘dis paôs les poudes qui faut mette la d’dans pou qu’cha rempiache l’huile dé coud’ ! Parel pou la vaisselle, autfés nos donnait les lavures aux cochons pasqué cha n’était qué d’iau kaude, d’tché comme eune bonne soupe, ast’heu les poudes ou autes ma-chins qu’nos mé avec, vos fraient bi créver l’co-chon ! Por les toilettes, nos avé la cabane au fond du couorti.

C’est por cha, comprends tu Audjusse, qué nos peut pu fére couori toutes ces iaux là dans la couor ou dans la rue. J’li répondi « Nos est bi d’accord la d’sus mais tcheu mé tot va débaôilli dans un puisard, c’est quand méme mu, chpé ? Alors la, j’peux vos dire qui m’a coupé la chique, i m’a dit qu’c’était pas méyeu, bi loin d’la pasqué totes ces iaux là allaient carrément s’mélangi d’avec les bonnes iaux d’profondeur et qu’cha les empouésonne.

En tout caôs, ast’heu qué j’sus entchéri d’tout cha, cha s’ paôsse qué cha m’caôsse un brin la téte, nos vâ taôchi d’fére po’ l’mu, m’enfin fau-dra co trouver des pikaôillons por cha nom dé zo ! Z’ont l’air dé dire qui vont nos aindji un brin à payi la note m’enfin i z’arrivraient co bi à changi d’avis avant qu’nos z’aie l’temps de bou-gi ! Et pi tchi qui m’contrarie l’pu, c’est qué j’vodrais bi garder un brin d’couortil tot de mé-me.

La chronique du pére Audjusse
Cormol’info N°14 - Décembre 2014