Normandie Héritage

L’récaufment. 


Auteur : Audjusse

Mots clé :

Langue normande

|

Boujou à toues, c’est mé Audjusse. Allou red’ bi st’année oui ? C’est qu’nos commenche à bi s’connéte ast’heu. Pensou, vla d’ja doze ans qué j’dégoise dans sté ptit journa. D’autchins coups, j’en vé de vos autes qui m’disent : cha c’est bi vrai s’qué vos avez dit l’dernier coup Audjusse ! Dame, c’est paôs pasqué jenn’sus paôs à la paôge qué jénn’vé paôs pu kié qu’d’autchins !

St’année, j’vaôs vos causer du récauffment : y a tché en avé la téte farcie pasqué i n’parlent pu qué d’cha dans l’posse ast’heu et nos vé bi qu’c’est paôs d’la rigolade nom dé zo ! C’est bi vrai qué st’année nos a paôs breulé bi tché d’bouais. Dans un sen, c’est tant mue pasqué c’est qu’cha d’vient paôs bi kmode d’ trover des raies à couper, y’en a pu mé biaucoup. Co tchèques z’années et nos aura bitot pu qu’eune pièche dans tote la commeune. C’est paôs révaôbe mais c’est comme cha. Si nos anciens véyaient cha, i s’démandraient si no bat paôs la berloque.

Por en r’véni au récauffment, i nos disent qué la guiache des montanes et des poles va bitot n’éte fondue, qu’cha va fére déborder la mè et qu’i en y a gros qui vont s’trover niés avec cha. Nos dévré n’éte à l’abri d’cha à Cormolain m’enfin nos n’sait jamais !

J’ai bi compris à l’z’écouter causer qué tout cha n’arrive pasqué nos gaspile bi d’trop et qu’y a bi trop d’engins à mugi d’l’énergie mal à propos. C’est paôs d’anieu qué j’ai vu cha m’enfin j’nos vé bi mal partis por pover y fére dé tché. Partout no vé des tchérettes tchu à tchu qui n’avanchent djére pu qu’des colimachons, i font toujou des nouvelles routes mais cha n’arrange rin ; Djétez itou l’ciél chin minutes, vos y vérez au moins quate ou chinq avions, cha n’arréte paôs d’détchi-rer l’plafond !

Et le cauffaôge ? ast’heu faut pover s’prome-ner dans tote sa méson sans rin su l’dos. Si i nos arrive d’avé fré, putot qu’dé rmette un morcé d’pu su l’dos, nos z’aime mu raugmenter l’cauffaôge. Combi qu’nos en vé qui s’proménent en pienne hi-ver avec des affaires qui leu défagotent la falle et l’nombri ! Tot cha pasqué y faut éte a la mode ! Mé j’porte eune ceinture dé flanelle autouor des reins, nos m’a toujou dit qui fallait paôs l’si rentrer l’fré pa la.

C’est comme dans ma chambe en pienn’ hiver dé paôs fére pu d’chinq ou six dégrés, cha n’géne brin quand nos a eune bonne co-verture pitchie et eune bonne bouillotte. Enfin j’dis cha mais c’est vrai qu’faut co en trover des bouillottes : l’aut jou j’ai du fére totes les tchint-challeries de saint lo por en trover eune et j’ai bi vu qu’nos m’ prénait por un martien d’vouler tché comme cha. J’vos dis paôs comment qu’cha s’est passé quand j’ai volu payi eune cauffrette à ma seu pou nouel. J’aurai du penser à am’ner les pians por en fabritchi eune. C’est i paôs malheureux !

Forcément pasqué ast ‘heu nos n’sait seument pu rin fabritchi tcheu nous ; c’est paôs rentaôbe qui parait, nos va tout trachi en Chine, c’est paôs la porte à coté, créyous pé qu’cha nos arrive à dos d’aône ? Faut co mugi jenn’sais combi d’benzine por ramner tout cha ; Avou seument vu ya tchèque temps l’baté qui vnait d’illeu et qu’a mantchi d’tout dépoté dans la mè, c’est paôs créyaôbe nos pourrait y mette tout l’bourg dé cor-molain !

Jenn’ vé paôs comment tout cha va pouvé s’ralenti si nos est toujou à paôs savé s’paôsser d’tout cé bric à brac là qu’nos a dans les maisons et qu’nos rempiache à n’en pu fini pour avé toujou mu, toujou pu biau. Et co pu qu’cha ! Tchiqu’nos fait de toutes ces nuées la comme par illo en chine ou en inde, qui n’ont co paôs bi tché ast’heu et qui s’mette a fére comme nous : cha va paôs éte vi-lain !

Am’n’idée, nos est paôs quitte dé récauffer, tot cha finirait bi en sauna !

La chronique du pére Audjusse
Cormol’info N°11 - Avril 2007