Normandie Héritage

L’portaobe. 


Auteur : Audjusse

Mots clé :

Langue normande

|

L'portaobe

Boujou à toues, c’est mé Audjusse, allou red’ bi ? Por mé paôs pire qu’l’année derniére, j’vos r’mercie, vos étes bi gentis. Fidjurous qué st’année jem’sus mis rudment à la paôge, pensous à Nouél mes effants m’ont payi un télé-phone portaôbe !

J’sais bi qu’cha n’a rin d’rare ast’heu, d’autchins coups nos vé des moufflets d’sept huit ans avec cha, c’est por dire si j’ai rin d’un phénomène !

Quand j’ai déballé cha, cha m’a un brin interlotchi pasqué jem’sus dmandé si j’allais éte capaôbe dé m’servi d’cha. Pensous y a co tchèque temps quand j’véyais tchéqu’un tapé la d’su pendant pu d’chin minutes, jem disais fit’ d’taupin cha n’dé paôs éte kmode dé s’rapler d’son numéro à sti là. Nos m’a dit qu’c’était paôs cha, qu’c’était por envier des messaôges, j’étais paôs bi fin !

En tot caôs, c’est eune bélle trovaôlle tot d’méme : t’néz l’aut’ jou qu’j’étais en train d’fére du bouais dans les pièches, vla t-i paôs qu’jem’ trou-vi en paône dé benzine por méte dans ma trançonneuse, eh bé jem sus dit tout net, c’est paôs cha mais j’vaôs prende mon portaôbe et d’mandé qu’nos m’en apporte un brin ! Cha m’a gaôgni du temps, vos povez m’crére !

Et pi a présent avec cha, j’sus jognaôbe partout, c’est bi pratique c’est seur, mais d’un aut’sen c’est bi n’handicapant itou : cha finit par m’ fére l’ef-fet d’éte entravé comme si j’avais eune tchéne à la patte : i n’dé y avé qu’mé qu’cha géne pasqué nos en vé d’autchins si sont pu d’deux heures sans s’cau-ser dans st’engin là, c’est tout jusse si vont paôs s’mette à apler les pompiers.

Oh pi y a aut’ chose qué j’vé itou, c’est qu’y a sovent d’la détourbe por paôs bi tché avec cha. D’autchins coups itou, y a eune ménagiére qui m’apéle por m’causer d’men forfait ou dé je n’sais paôs tchi mais pensous y a paôs moyen d’essplitchi avec, é l’a l’air bi gentile mais é veut seument paôs qu’nos li cause. C’est paôs eune fachon d’fére créyou pé ? C’est comme cau-ser lad’dans partout sans géne comme si nos était tcheu sé, i ‘m’sembe qué c’est paôs fére bi d’caôs des gens qui sont autouor, m’enfin j’s’rai bi un brin dépaôssé pa l’s-événements !

J’vodrais paôs fére d’la péne à mes éffants mais quand j’ai vu la note pour cha à la fin du mé, jem’ su dit qu’cha n’valait djére l’coup dé s’mette dans ces frais la. Quand nos vé qu’i y’en a qu’en ont eune démi dozaine dans eune famile, j’cré qu’c’est d’l’argent bi mal plachi, m’enfin chacun fait tchi qu’ bon li sembe !

Por fini, j’dirais qu’avec tot cha, les gens n’ont brin d’ma à s’causer por rin dire, mais c’est paôs por cha qu’i s’comprénnent mu ! M’enfin j’vaôs paôs m’mette à dégoisé su tout cha, pasqué nos y srai co eune pause et vos étes comme mé, vos n’avez paôs qu’cha à fére !

La chronique du pére Audjusse
Cormol’info N°10 - Avril 2006

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.