Normandie Héritage

La Télé. 


Auteur : Audjusse

Mots clé :

Langue normande

|

Boujou à toues, c’est mé Audjusse.
Allou red bi ? Tchi qu’vos avez fait st’hiver ? Un brin pu qu’mé, j’éspére, pasqué mé j’ai paôs fait bi tché, j’en ai quasiment ronte.
Pensou ! mes effants m’ont péyi eune télévision ! Fidjurous qu’j’ai djéti cha eune pause avec man vésin qu’a paôs fait bi tché eun’ tout li pasqué i m’a dit qu’i l’était payi en Resse Tcheu Té, qui z’appellent cha ; c’est révaôbe ! !

C’est qu’i y en a tché vé la d’dans ; No porrait resté pitchi d’vant du matin n’au sé et pi tote la nieu, z’ont toujou tché préchi. M’enfin j’cré quand méme qui dévent nos prende por des cabochards, nos répétent dix coups la même chose por qu’nos achétent tchi qui veulent nos vende. Por mé, cha m’fait ni kâo ni fré mais dé y en avé gros qu’attrapent la fiéve acheteuse avec cha.

Hella ! avous t-i pé vu itou leus jeux ? Tchi qui veut gaôgner des miyons ? J’cré qu’ c’est paôs la péne dé poser la tchestchion, i n’dé paôs avé d’fénients por cha, tot l’monde est bi d’accord lad’sus. Mais tot d’méme, jem’ démande bi d’iou tcha timbe tote sté monnaie là ; c’est paôs possibe, dèvent avé eune machine à fére des billets. M’enfin l’gaôs qui chapote cha est tout d’méme bi aimâobe, c’est paôs comme la ménagière qui cause dans l’ maôyon fébe, avou tchéqufés vu pu mal affaôbe ? I z’ont toues la téte baôsse et n’disent jamais rin por li replitchi, ah mais cha n’frait paôs longtemps avec mé, nos m’coserait paôs comme cha , j‘m‘effarfaôlerai d‘bôn‘heure.

I y a co aut’chose qué nos vé d’autchins coups l’samedi n’au sé : star académie qu’i z’appellent cha. Jem’ démande bi tchiqu’cha a vé avec l’académie, z’ont paôs l’air si savants qu’cha. Et pi, c’est qui n’dé paôs fére fré dans leu bazar pasqué quand j’vé tchi qui z’ont su l’dos en pienne hiver ! Oh pi ch’est – i pé laôssant d’les vé s’tortilli comme cha comme des vers au bout de la line !

Je m’sus dit mon vieux Audjusse tu vaôs paôs timber dans sté folie là dé rester à djéti cha tote la sainte jornée, d’abord jem’ démande si cha n’donnerait paôs la maximatose : d’autchins coups quand j’djète cha trop longtemps, j’ai les ues rouôges comme un lapin russe. Et pi c’est qu’nos s’entchiloserait de bonne heure à n’pâos bougi comme cha.

Avec tout cha pensou j’ai cru qu’j’allais jamais fini d’couper la raie qu’j’avais commenchi à l’arriére. Comment qué j f’rais por m’quauffer ?J’s’rais bi géné, pasqué jé n’sais paôs si vos étes comme mé, mais jé n’peux paôs allé m’jutchi sans m’quauffer les pids auprès d’eune fiambée. Et j’vos asseure qu’c’est paôs kmode dé djéti la télévision en méme temps, cha m’ prend dans l’co,après cha j’en sus à bougi la téte comme un vieux dindon, mais,jé n’cré paôs qué j’pusse la mette dans l’fond dla chminée, nom dé zos !

La chronique du pére Audjusse
Cormol’info N°7 - Avril 2003