Normandie Héritage

L’An 2000. 


Auteur : Audjusse

Mots clé :

Langue normande

|

Eh bé ça y est tsu coup, nos vla arrivés à l’an 2000 !
I nos en ont fait vé avec cha dans le posse !
J’ai bi compris qui volaient nos fére changi tousse qué nos a tcheu nous.
Cha paôsse pas l’an 2000 qui nos radotaient !

Mé qui sus malin comme un vieux singe, jé n’créyais brin à cha. Bi n’heureux !

Changi la machine à lavé ?
A présent qué jé n’ fais pus valé, jé n’mé salis djère, y a vraiment paôs bi tché lavé.
J’peux co bi garder ma l’ssiveuse un bâole, o l’est un brin rouillie, mais nos va s’en arrangi !

Changi la tchéne hifi ?
J’ai bi eune tchéne, j’en sais rin si ô l’est hifi, mais d’la briche !
J’peux vos dire qu’é m’a servi à pitchi des taurés jaôdis qui ralaient rudment du ; c’est paôs ast’heu que j’sus à la r’traite et que j’n’ai pus qu’eune tchéve à pitchi que j’vas m’mette à la changi !

Changi l’ordonnateur ?
J’ai paôs cha tcheu mé. Nos m’a toujou complimenté pour éte bi ordonné : jamais un fétu d’travers dans la couor.
Sans m’vanté, jé r’troverais eune aidjulle dans eune botte dé foin.
Créyous bi qu’un ordonnateur pourrait m’fére cha ?

Changi l’ micro-ondes ?
Cha n’tout, j’ n’en ai paôs. Pensous !
Bi faôchi, nos peut m’entende à deux tchilomètes à la ronde, alors tchi vos volez que j’fasse d’un micro, bi méme qu’ cha en sait un avec des ondes ?

Avé l’téléphone portaôbe ?
Y a bi lontemps qu’ j’ai l’mien d‘téléphone, cha dé bi fére quarante ans j’cré.
Ah mais, j’avais pris tché de bi, cha oui, j’vos asseure que j’n’ai brin d’ma à l’porter, puque c’est cha qu’à l’air dé géner ast’heu.
J’sus co paôs pou l’changi n’tout. Bi sûr ceux qui n’ont qu’eune cabine téléphonique, z’ont bi réson d’changi, c’est quasiment inlouabe !

Vos veyez, tout c’ qui y a à r’tirer c’est qui vodraient bi nos fére mougi la baraque, nos faire breuler la chandelle pa les deux bouts.
N’importe c’est paôs pasqué nos vlà en 2000 qu’nos va commenchi à batte la berloque !

P.S. Pendant que j’vos tiens , y a tché itou que j’dé vos averti : mon vésin m’a dit l’aut’ jou qui yavait p’téte des virus sur les CD-RHUM, alors un bon consel, faites comme mé n’buvez qu’du calva, vos srez trantchilles, i m’a dit itou qui fallait s’méfier en navidjant su Internet. J’vos l’dit, mais j’n ‘vas paôs m’entchéri d’cha pasqué j’ai déjà l’mal dé mer su les pédalos d’Torigni, alors pensous !

La chronique du pére Audjusse
Cormol’info N°4 - Avril 2000