Normandie Héritage

Un bouon souv’nin. 


Auteur : François Enault, alias MOB

Mots clé :

François Enault

|

Langue normande

|

Régionalisme

|

Coumme Virginie vos l’a écrit, il y a quinze jours, j’y fêté les Rouais d’aveu tous nos gens, t’chu m’n’oncle Loustalot, et coumme ch’est d’saison, entre Avent et Querême, ma fé d’du j’avions deux amoureux dans nout société.
Tiémentaine, la fille à not’défunt cousin L’Ossli, avait amené san bouan anmin pou l’montrer à not’oncle. Bi n’atendu quo n’tait pé vnun toute soule d’aveu li : sa sœu Aingèle qu’est pu jeune de quinze mais, li servait de démoaiselle de compangnie, vo séz bi.

Cha fait que quaind y z’arrivitent tous trais dains la carriole, au bout d’la cache, Loustalot leu criyit, en les veyant deux sus la bainquette de d’vaint et Aingèle toute soule dains l’derrire :
— C’te pouorre Aingèle, cha n’li fait de ri à li, que l’Avent sait passé et que le Quérême apprèche !
— Et pour qui donc qu’li repounit Tiémentaine, d’aveu san genti rire de junesse qui partit coumme eune fusée de bère doux d’un fausset qui s’écappe, et por qui donc, m’n’oncle ?
— Pasqu’ol est coume l’s’arondelles, qu’o n’fra san nind qu’après Pâques ach’teu.
— Hélas, tout d’même, c’qu’il est farceux nout’oncle, s’écriyit Aingèle devenue rouoge coumme eune poumme de saignette.

Taindis cha, les deux cryatures étaient d’vallées d’la carriole et embrachaient nout’oncle et la compangnie, trais coups chacun. Mé, je m’en fus aingui l’amoureux à dét’ler san g’va et à l’mette à l’etchurie, car i m’faisait l’effet d’eune mannire de mouçieu aveu ses deux pal’tots et ses soulis à becquet et à la craque, dont je m’dis : « Man garçon, si je n’te doune pé un coup d’main tu n’ t’en haleras pé coumme cha, sains minsère. » Mais y s’y entendait tout de même, et j’nos trouvîmes à rentraer dans la maison, quasiment aussi à coup qu’tout l’monde.

Mageine que Tiémentaine n’avait pé perdu d’temps por digouési l’nom d’ san prétendu, car quand j’ rentrîmes nout’ oncle Loustalot dit à c’t’ichin.
— Ah coumme cha, vos vos appelez Pierre Noël ?
— Oui, qu’y dit.
— Et d’qui pays qu’ vos êtes ?
— Moi je suis second clerc de notaire à St-Sauveur ; mais nos gens sont de Bolleville, à côté de la Haye.
— Ah vos êtes de Bolleville ! et l’fils à qui qu’ vos êtes ?
— Je suis le fils du défunt François Noël,du Ruisseau.
— Lo, j’counnais quasiment tout Bolleville, mais j’ n’y janmais attendu prêchi d’ vos geins ! et je n’sais pé y ou qu’cha s’ trouve le Ruisseau ?
— Ah pas mains, m’ n’oncle, qu’dit Tiémentaine, vos s’ez tout d’même bi que l’Ruisset ch’est tout à coâté du pont du q’min de fé, su la route d’ Saint-Nicolas.
— Bi seur, qu’ répounit Loustalot,mais j’ ni jamais counneu à la farme du Ruisset qu’ Frainchinot Noué qu’a été d’sus pu d’ quarainte ains d’ temps ! Ch’est sa veuve qui y est aco seurment, j’crais.
— Eh bien c’est mon père et ma mère, dit le prétendu.
Pour lors not’ oncl’ li répounit :
— Ah m’n’anmin ch’est vous l’ garçon à Franchinot Noué ! Assisous. J’allons baire eun coup, car j’sis bi n’aise d’vos vais là ! Si j’i conneu vos geins, man garçon ! défunt vout père et mé j’avons été d’grands ainmains. J’nos simes racontrés à la Haye tous les mécredis taint qu’il est v’neun au marchi, et l’après-médi coumme cha, en jasant, t’chu Phrasie Maigras, qu’était à la pièche ou qu’est Robert, j’avons beu pus q’ quarainte tounnés d’bère ensembye !

Mais le laindmain, Loustalot m’a dit :« Je ne sais si ch’est l’ parti qu’y faôt à Tiémentaine, mais à soixante chinq ains, l’vùs Noué tait co pus solide à tabl’ qu’ san garçon ... Ch’est vrai qu’achteu no n’sait pus baire ! ... »

Bouais-Jan, janvier 1898

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.