Normandie Héritage

Le cochon du curé de Liguehaire. 


Auteur : François Enault, alias MOB

Mots clé :

François Enault

|

Langue normande

|

Régionalisme

|

J’lai entendu raconter à man père, qui l’tenait d’man grand’père ; çu conte là, et man grand’père l’avait bi seûr entendu dire à ses gens. IL est si vûs qu’un moussieu d’Paris, à qui j’lai dégoisi une fais, m’dit qu’cha d’vait ête un fabliau du Moyen Age, parc’qu’on y daôbe un p’tit miot l’t’churé, et qui paraît q’nos ainçaîtres daôbaient et pilacraient tréjous leu t’churé ou leu seigneur dans yeus histouères. Cha ne les opposait pas d’être bi erligionnaires tout d’même.

Cha fait qu’un coup, y a d’cha bi d’zannées, M. l’t’churé de Liguehaire s’adounit a avé un cochon gras à vendre, dans l’zentours d’la Faire ès Morts. Cha n’tait guère sa pièche dans l’marchi ès vêtus, coumme de juste, il envyit donc san bedeau, Filotin Pouillard, qui dait ête iun des grands de Marotaine ffouillard des Bucailleries, pardi, d’aveu l’cochon, respect d’vous, dans san banné.
— Et combi qui faudra en d’mander , mouçieu l’t’churé, que dit Filotin, avaint d’parti.
— C’est un bon porc, pesant et bien tassé de chair, demandes-en dix pistoles, si tu peux rouler le marchand, et ne le cède pas à moins de six.
— Bi, mouçieu l’t’churé ! Dia Pinchard, hue ! qui criit à san g’va.
Et Filotin partit, d’aveu Sophie sa femme, pour vendre l’élève du probytère.
Sus l’ coup de six heures du matin, à deux portaês d’fusi du champ d’faire, v’la-ti pas qu’un cochouni s’pendit au qu’chu du banné. Filotin s’atournit :
— Combi çu vêtu-là, q’dit l’merchand ?
— Dême y n’est pas maôvais not’cochon, respect d’vous, et il a pus d’paids qui n’a d’mais ! qu’li répounit Filotin.
— Ch’est un bouon avers, mais n’y a pas d’qué en faire tant d’crac ! dit l’merchand.
— Savous bi, q’li ripostit Filotin, que tel que vo l’viyiez, cha n’est pé un cochon de pouores gens ! Et qu’il a été élevé dans un probytère ! Vère, et dans le probytère de Liguehaire, enco !
— Ah vos êtes de Liguehaire, itou comme cha ! vous ?
— Vère, ch’est mé qui sis l’bedeau d’la parouesse, et l’homme d’confianche d’mouçieu l’t’churé !
— Et bi mais, vous ériez deu m’le dire tout d’go qu’vos étiez de Liguehaire. J’counais raide bi mouçieu l’t’churé de Liguehaire, j’avons été élevés porte à porte et nos gens et ses gens étaient t’réjous l’s’uns t’chu l’sâotres. Si j’counnais l’t’churé de Liguehaire ! mais j’avons fait l’école bissounire ensemble ; prêchez li des t’chulottes qui l’a écalées eun fais quaind j’avons dénichi l’nid d’ pies du haôt d’san courtin et vo verrez coume il en rira enco. Taindis que j’sis dans les parages, faudra qu’j’aille l’arvais iun d’ces dinmanches et li faire payir à dînner.
— Vo s’rez bi n’archeu là, car il a l’coeu su la main c’t’homme-là, q’dit Filotin.
— Et ch’est pour li çu cochon là ? Combi qu’il en d’mande ?
— Ma fé, il en d’mande dix pistoles et un écu d’vin por la servainte !
— Ah ! mais ch’est d’lergent cha, au prix qu’sont lé cours d’agnit !... Si j’vos en baillais huit pistoles et vingt sous, cha f’rait-y ?
— Non, j’en veux dix pistoles et un écu.
— Eh bi là, j’vas vos dire, ch’est bi trop chi, mais j’vas vos l’prendre parce que j’veux faire piaisi à mouçieu l’t’churé de LigueHaire. Vos allez emberqui l’avers dans ma vaiture et j’vas vos l’payi, mais vos allez en être d’un d’min et d’un p’tit pot d’la bouonne. Cha vos va-t-y ?
Pour lors, Filotin bi content susit l’cochouni et emberquit l’vêtu dans la vaiture ; pis y s’en fûtent prendre un d’min.
En b’vant, l’merchand dit, comme d’un apansement, à Filotin : « Au lieu d’vos payi coumme cha, tout d’go, j’irai payi à mouçieu l’t’churé de Liguehaire Dinmanche, cha s’ra eune occasion d’aller l’ervais et cha nos f’ra bi piaisi à tous deux ! N’est-che pas ? ch’est entendu !
— Bi seur, bi seur, q’dit Filotin ; la fille payous d’ches trais d’mins là.
— Eh bi, au r’voir m’n’ammin, à dinmanche ; nos vos r’verra au mouains pendant la grandmesse ?
— Mais vos m’n’avez pas seurment dit vot’ nom, qu’dit Filotin, por que j’l’ardise à mouçieu l’t’churé.
— Ti, ch’est vrai ; que j’sis t’y bête. Ch’nest pé bi la peine n’tout, car vos n’érez qu’à dire au t’churé de Liguehaire : « J’ai vendu vot’ cochon dix pistoles et un écu d’vin à votr’ ammin d’enfance et pus proche vaisin, ses gens d’meurent porte à porte aveu vos gens », qu’i vos dira « Tiens, t’as vendu man cochon à man vûs Zorobabel, qu’y a si longtemps que j’ni veu. »
Le bouonhomme Filotin s’en r’fut bi content et annonchit la grande nouvelle au t’churé de Liguehaire, qui fut bi content itou . Pourtant Filotin n’vait janmais pu s’rappeler l’nom du cochouni.
« Attendons jusqu’à dimanche, nous verrons bien quel est ce camarade d’enfance ; mais je ne me souviens pas de la culotte écalée ; ni du nid de pies ; enfin nous verrons. »
Vo savez bi que l’dinmanche en v’nant Zorobabel n’vint pé à Liguehaire, et qu’l’Avent s’était passé sans que l’cochon fût payi.
Cha fait que l’jou d’Noué, à la messe de meniit, quand arrivit l’Evangile, Filotin dépendit la croué, s’mint aveu les deux t’choeurets en face du t’churé qui q’menchit à lure l’Evaingile. Et l’Evaingile du jou d’Noué enumère toute la généialogie du p’tit Jésus.
... Abraham genuit Isaac, Isaac genuit Judas ... etc. Quand il arrivit à çu passage : Joroboam autem genuit Zorobabel, Filotin s’écriit tout haôt dans l’Eghyîse :
— Ho, ho, mouçieu l’t’churé, v’la l’homme au cochon, arrêtez-le.
L’t’churé de Liguehaire resti tout éberluisi et dit à Filotin :
— Oh ! mon pauvre Filotin, notre cochon est bien mangé.
Pardi si tous les gens que vos v’vnez d’lure étaient alentou, n’y en pas eu por longtemps à l’néquier et qui que vos voulez trachi après tous ces gourmands ?

Le Bouais-Jan, Noël 1897

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.