Normandie Héritage

Conte de Noué pour les vûles files. 


Auteur : François Enault, alias MOB

Mots clé :

François Enault

|

Langue normande

|

Aôt’ fais, quaind j’étais petiot, et y a déjà d’s’années d’cha, y avait au moulin d’Angounet eunn graind’ basse qui s’app’lait Azélie et qui m’avait pour dire él’vé.
Tous les sairs, quaind ses caôdires étaient lavâes, o m’prenait sus ses genoux, et o m’en disait, o m’en disait qu’la langue y’en teurquait parfais.
V’lo c’ qu’om’racontait les sairées de messe de mingnit :
« Inchin donc, quaind l’ bouon Guieu vint au monde, mon pouor petiot, à pus d’ chent lues loin d’illo, dans la Terre Sainte de la Palestaine, tous l’s’ ainges du Paradis s’abbattîrent sur terre, sensément coumm’ un volli d’airondelles, et y s’ mintent à chanter de tous bords à travers les caches et les piches : Noué, Noué ! la bouonne Virge Marie a ieun p’tit fisset !
Mais la sinne qui les entendit la proumire, cha fût eunne vûle file, coumme de juste. O s’appelait Nonnon la Salmonne et o restait au hâot du village de la Cardinerie, à tros quat’ portaies d’ fusi de Bethlaîme. Cha fait quaind ol’ entendit cha , o’ s’ dit : Nom de d’ là, faut qu’ j’aille vaîs la Mère et l’Petiot.
La v’la qu’o prend sa caôffrette d’eune main, sa lanterne d’ laôt ‘ et pou s’ dounner eune compangne dans la gnit, o s’en va trachi la vûle Joséphaine Carabin qui restait dans la maisounette du fond de la cour.
Nos deux cryatures s’en futent en chapinant de toutes yeux forches tout à tra d’ la vallaîe de Josapha, car ol’ taient pressies mitan par la poux, mitan parla cuyosité. Cha fait qu’o ratteignîtent deux amoureux qu’avaient itou entendu l’s’ainges et qui s’n’ allaient à yeux laisi, tout en d’visant, bras d’sus, bras d’sous, dans la gnit, piur vaîs l’ petit Jésus.
Nonnon la Salmonne étaient grichue coumme toutes les vûles files quaint o veyait d’s’amoureux.

— Lo, qu’o dit en tournaint sa lainterne d’ yeux côté, qui que c’t’e balaindire-là fait encopar les qu’mins d’aveu sen bouon amin ?
C’t’ichin l’entedit bi et li répounit :
— J’ no’s’n’allons vaîs l’ petit Jésus tous deux pou qu’i no bénsisse !
— Et ch’est pou li qu’t’as acaté çu p’tit paquet là qu’t’as sus l’ bras ?
— Ma fé d’ dingue, qué li repyquit l’amoureux, si n’en tît qu’à mé, In n’éra sa part.

Y continuîtent coumme cha à marchi ensembye tous quatre, et coumme y z’entraient dans l’étable, le jeune homme qu’était un miot farceur et qu’avait acaté un paquet de marrons pour sa bouonne anmin au marchi à Jérusalem, en fiquit deux dans la caôfferette de Nonnon sains qu’o s’en avisit.
Quaind les fèmes vîtent l’ petit Jésus qu’était couchi tout nu et tout byeui de fraid sus eune poingnain d’étrain dans eune mangeoère, o s’écriitent :
— Hélas, le pouorre petiot du Bouon Guiei, coumme il est genti ! mais coumme y dait aver fraid !
Pou lorss, la jeune fille tirit ses mitainnes et y’en env’loppit les piys, piso li mint san d’vainté sus l’ corps. Joséphaine Carabin li fiquit sa pelisse sous la tête, et l’amoureux s’en fut au derrire de l’âne li dounner une volée d’coups d’piy à travers les guérets pour y’apprendre à mouégi l’étrain coumme un gourmaind.

Mais la vûle Nonnon, qu’avait tréjous poux d’ senrhymer s’en fut s’assire à la tête de la mangeoère, les piys sus sa caôfferette bi muchie sous ses cotillons, et o happit les p’tites minottes du p’tit Jésus dans les sinnes et s’mint à souffyi d’sus, coumme l’ boeu, pour les récaôffer, en disaint :
— Hélas, pouorre Bouonne Virge, coumme vot’ petit Jésus a fraid ! A vot’ pièche, j’serais bi débaôchie, car y n’ vivra pé, çu pouorre petiot-là !
Et o prêchait, o prêchait coumme cha, les pyis bi caôds sus sa courtine, n’s’arrêtant que pour yusser un coup d’ temps en temps sus les p’tits daigts noués d’ fraid, qu’o tenait tréjous.
_Tout d’un coup, pan, ça fit un gros brit sous les cotillons à Nonnon. Ch’était ieun des marrons qui v’nait d’ craqui !
Dème, v’là la vûle Joséphaine Carabin, qu’entendait un miot haôt, qui s’artourne sus Nonnon et qui li dit :
— A tes souhaits, Nonnon.
V’là Nonnon qui rougit et qui s’ardrèche pour s’arlever. Mais, pan, v’là le deuxime marron qui pète et qui fit voler d’la chendre jusque chu la crèche où que l’ petit Jésus c’menchait à dormin.
Pou lorss, la Joséphaine dit :
— Guette, Nonnon, t’en souffles la poussire !

Tout juste, les vaisins d’s’alentours et les bergîs qu’avaient entendu l’s’ainges itou arrivaient à la porte, et Nonnon qui n’ s’expiyquait pas c’ qui v’nait de s’ passer , en était si confusiounée qu’o s’en mit à pieurer.
Cha fait que l’petit Jésus en eut piti sans faire minne de ri, et pour la consolerun miot, coumme l’étable n’avait pour dire pé de couverture, Il fit tumber d’la neige sus l’ pays et sus li pour muchi la chendre qui taquait l’ devainté do qui qu’il tait couvert.

Mais, ded’pis çu temps-là, toutes les vûles files ont tréjous fraid ès piys quique temps qui fèche, et ch’est ded’ pis cha qu’o vont à la messe de mingnit d’aveu yeux caôfferettes.
Ch’est pour cha, itou, qu’y tumbre tréjous d’ la neige dans quiques pays la gnit de Noué.

Le Bouais-Jan - Noël 1898.