Normandie Héritage

Dauns l’temps. 


Auteur : Louisot L’Fève / Louis Lefèvre

Mots clé :

Langue normande

|

Louisot L’Fève

|

Val de Saire

|

Dauns l’temps no-z-avait tréjouos l’temps
Achteu, de ryin no-z-a pus l’temps.

Dauns l’temps no mouogeait du bouon gras
Achteu y’a que d’l’a chai sauns gras.

Dauns l’temps no s’aindait ent’ veisins
Achteu no-z- en counaît pus yeun.

Dauns l’temps l’lard , ch’était dauns l’sinot
Achteu il est dauns eun frigo.

Dauns l’temps no b’vait que du pur jus
Achteu, du beire y’en a même pus.

Dauns l’temps l’lait était byin crammé
Achteu, ch’est à pâone du p’tit lait .

Dauns l’temps pou l’iâo t’allais oû pits
Achteu, no fait qu’la gasouilli .

Dauns l’temps les gens no-z-enterrait
Achteu, touot l’mounde se fait brûlaer.

Dauns l’temps no sortait brin jâomais
Achteu, no-z-a tréjous l’tchu l’vaé.

Dauns l’temps, no faisait brin d’vuus auns
Achteu, no va jusqu’ès chent auns.

Dauns l’temps le pan ch’était sarchaé
Achteu no n’en brinotte même paé.

Dauns l’temps no marchait oû solé
Achteu, no-z-a eune heure d’étaé.

Dauns l’temps, vaques allaient oû toré
Achteu l’toré mounte pus jâomais.

Dauns l’temps les quyins avaient eune cote
Achteu dauns les lyits no l’s accotent .

Dauns l’temps j’y byin counin touot cha
Achteu, j’fais eun drôlu counstat.

Poème reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur