Normandie Héritage

Maôdite luquerne. 


Auteur : Louisot L’Fève / Louis Lefèvre

Mots clé :

Langue normande

|

Louisot L’Fève

|

Val de Saire

|

Il est quasiment dyis heu’ et demin. Cénéric vyint d’éteinre la petite luquerne et dé devaunt qué de s’n’allaer se juqui, i fait eun petit bécot à sa bouorgouèse Cadie.
Tu m’as l’air byin grichu à c’sei qu’o li dit en le guettaunt du couen de l’uu.
Forchiment, ch’est tréjous les mêmes histouères dauns c’tu maôdite luquerne.
Putôt qué de rabicotaer, tu férais muus de payi noute erdévaunche.
T’as raisoun, j’m’y mets illico coume cha, cha s’ra fait.
Oussitôt dit, oussitôt fait ! De sa pus belle plleume Cénéric a fait soun chèque pouor les maôdits grippe-sous des impôts.
Dis doun, Cadie, tu vas oû marchi de Sant Pyirre deman oû matin, pourras-tu mette le courryi à la Poste.
Dame, byin seû.
Mais, dé devaunt qué de le mette pourras-tu faire eune photocopie du chèque ?
Et porqui faire, t’as poue qué y’en ait yeun qui le mette dauns sa pouquette ?
Byin seû que nennin mais j’vas faire coume yeus et je vas te les pêqui à eune churguette.
J’vourrais byin veî cha, de qui qu’tu t’es encou démentaé ?
Cha f’ra dreit coume le film qué no-z-a guetti à c’sei. La photocopie du chèque j’lus enverrai l’annaée qui vyint coume cha i pourrount dire coume mei : j’lis déjà veu.

Texte reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur © Louisot L’Fève

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.