Normandie Héritage

A Moussieu Jeules Barbey d’Aur’villy. 


Auteur : Louis Beuve

Mots clé :

Langue normande

|

Louis Beuve

|

Saint-Sauveur-le-Vicomte, le 1er Août 1937 : Hommage de Louis Beuve à Jules Barbey d’Aurévilly

l’jou d’inauguration de s’n’ estateue, à Saint-Saûveux, le dainmanche 28 du mais d’ novembre dix-neuf-cheints-neu.

Ils m’appelaient Monsieur JEULES (Barbey d’Aurévilly).

L’houmm’ qu’est d’vant vous et qui vous prêche,
J’sis seur d’avainche’ qu’i vous piaît byi :
J’sis Maît Tainn’bouy d’Raôvill’-la-Pièche.
Saleut, Moussieu Jeul’ d’Aur’villy !

-----------------

J’sis paé d’eunn’ joleie z’éloqueinche
Coumm’ chès moussieus d’ l’Académins :
Mei, j’ counnais ryi n’à fair’ des sienches,
Ch’est, ma fei, sans cérémonins
Que j’ prêch’ dans le loçais d’nos pères …
Ch’est-i pâé vrai, n’l’av’ous paé dit :
Q’z’étiez « pûs Normaind q’ littéraire. »
Dit’, Moussieu Barbey d’Aur’villy ?

Près d’mei : Louisaine et sa hachette
Et le tournious qu’o capuchit ;
Jeanne couëffi d’sa graind coumette ;
La vûl’ Malgainn’ du Mont d’Taill’pyi ;
Néé qu’à l’hôté d ’la Victouère,
Am’nit ses g’vas et les saôlit :
Tous les bouonn’ geins de vos histouères
Vous saleuent, Moussieu d’Aur’villy !

Ch’est pas tout : nos callaine’ ieûx mêmes,
Sous leu mantet d’brière et d’jein,
Reines couronnaies d’un diadème
D’éghyise’ et d’vûs moulins à veint,
Semblent tout’ par dessûs la Douve
Se haôchi pour mûs vous guetti
En çu biau jou où no vous r’trouve
Moussieu Jeul’ Barbey d’Aur’villy !

Pyîs, s’avainch’ la superbe att’laie
D’Olonde et d’tous vos vûs châstets ;
L’Quesnay dont les f’nête’ enfiammaies
Egaluaient coumm’ le feu d’ l’enfei !
Leues bell’ salle’ à tous sont haintaies
Par eun’ « Dame » à qui qu’no n’peut ryi …
Ch’té graind daîm’ ch’est vot’ arnoummaie,
Moussieu Jeul’ Barbey d’Aur’villy !

Vous rapp’loûs du Mouen’ de Bianch’-Lainde
Qu’ervyi’nt dir’ sa messe à maingnit ?
J’vous contis cha dans la Graind-Lainde
Un sei d’hivet qu’no s’éguerrit
Man g’va, bian coumme eun’ Milloraine,
Sûs male herbe avait paôsé l’ pyi …
Mei, j’vous baillis ma limousaine ;
V’z’en rapp’loûs, Moussieu d’Aur’villy ?

Ch’té limousain, vous c’maindîtes
De la doubli d’ soueie et d’velou ;
Pyis, dans Paris vous la portîtes
Dainmanche et fêt’ coumm’ tous les jou !
Vous vouliez mageinn byi, q’ no dyise
Que z’étiez fir coumme un querti
Qui condit chyin g’vâs, à la plyise !
Ch’est-i vrai, Moussieu d’Aur’villy ?

-----------------

Ichin, à la carr’ de la reue,
Un raôdoux m’disait : « Ch’est raide seux
« Qu’Moussieu Jeule eire s’n’ estateue,
« Un jou av’nain dans Saint-Saûveux ! »
I veiyait cha dans sa mirette
Qu’en savait long, a ch’ que no dit …
(Vlà co d’quai q’ vous n’voulût pâé mette
Dains vot’ liv’, Moussieu d’Aur’villy !)

I m’ dit … q’ cha s’rait dans l’arrîre …
… qu’ cha s’rait dû … car z’aviez v’loppaé
D’z’éccrivassîs de tout’ magnires
Qui s’débaaôchaient trop d’la biautâé,
A ch’té là fallait pas qu’i touquent,
Ou, sans cha, pour les quétillyi,
Vous preniez l’fouet de nos cach’ pouques,
Moussieu Jeul’ Barbey d’Aur’villy !

A ch’té saison no s’ sentait r’vivre :
L’ postillon d’ Valloign vous ram’nait
Au Mont où, savant coumm’ ses livres,
L’Abbé Anger vous espérait !
Achteu, au pyi d’ la Délivrance,
Ch’est la glouèr qui vous racondit
Au vrronl’ment d’ sa bell’ diligence,
Moussieu Jeul’ Barbey d’Aur’villy !

Et, quand par sûs la Sangsuryire
Tournient courlis et gri-hérons,
Les fée’ assis’ près d’nos rivyîres,
Dans l’marais tout bian, vous tiss’ront
Un mantet d’feumaie qui crachaine,
Que not’ Cotentin tout entyi
Piéch’ra coumme eunn’ graind limousaine
Sûs Maît’ Jeul’ Barbey d’Aur’villy !

(Patois du Nord de la Manche et particulièrement des régions de Lessay, la Haye-du-Puits).

Le Bouais-Jan - Décembre 1937.
En l’honneur de Jules Barbey d’Aurevilly.