Normandie Héritage

L’ z’aventures de Mayotaine. 


Auteur : Amédée Legendre

Mots clé :

Langue normande

|

Je n’vous avais pé dit qu’Mayotaine était dans l’faisant valy. Oh ! quique vergies de terre, mais ol avait tout d’même doze-trois vaques et û maôvais ch’vâ qu’ol app’lait Mouton.

Tréjous ô tempêtait après Mouton. Ch’était û pour vû ch’va qu’était bon pour la r’traite .

Ou sé à la fraîche n’o rencontrait souvent Mayotaine les deux mains derryre son dos, t’nant le lico r’morquant sa vûle carne.

Quand par hasard o rencontrait quequ’un qu’avait le temps de digoisy, ô répétait tréjous le même lichouin.

— Bonsé, vô n’counaissie pé quequ’un qui voudrait m’débarasser d’Mouton ? Raide seûr qui m’arriv’a quique maôtures d’aveu ly, ar’ tout d’temps les babaines l’y branlent, et y marche la tête entre les gambes !

No z’était enco ou bon vû temps you qu’no prêchait d’goubyins et d’gens qui s’transformaient en bêtes.

L’tchuré de la paroiesse qui counnaissait l’refrain et qui n’avait pu digérer l’jou d’la mort du Bon- Dieu et les vingnes du Seigneur, se jura de jouer û bon tou à Mayotaine.

U sé qu’la gnit était timbaée, not t’churé attendy Mayotaine, y n’attendy pé longtemps, ol arrivait traînant son Mouton coumme à s’n’habitude.
Y s’mint à marchy d’conserve aveu le ch’va, ly tiri son lico, se l’passi sous l’bras et susi Mayotaine.

Ma fé coumme il n’avait ryin à faire, y print son brévire et baissi la tête en récitant des prières.

Clopin-clopant, Mayotaine arrivy t’cheu luy et quant ô vint pour rentra Mouton ol avizy l’ t’churé.

Les qu’veux y’ en dréchitent sû la tête , et se sauvant à toutes gambes ô s’réfugy t’cheu ses vêsins, lû raconta s’n’ aventure :

— Ah ! ma fé d’du, bouonnes gens, j’savions t’y pé byin qui m’arriv’ait des maôtures d’aveu mon ch’va, les babaines l’y branlaient n’o véyait byin qu’chétait pour prier l’bon Dieu.