Normandie Héritage

La bréquette. 


Auteur : Blanche Senn

Mots clé :

Langue normande

|

Une annaée you qu’les confirmations s’étaient trouvaées atergies, Monseigneur et son grand Vicaire vintent dans la parouesse pour la cérémounains qu’eu lieu dans l’ r’ haut d’étaé, et à c’h’t’ occasion là y eu un grand dainaé au probytère coum’ de juste.
Phrasie, l’cordon blieu ordinaire de moucieu l’ t’churaé, à part un’ miet de lapin l’dainmanche, des œufs à la coque et d’la soupe aux choux, n’ se connaît guère dans les frichtis du grand monde coum’ o dit, si byn qu’ moucieu l’ tchurée, n’ voulant qu’ ryn n’pêche çu jou là avait prins en extra l’ancien chef t’chusigny du « Coq d’Or », qu’avait tout ordounaé, tout préparaé, mins la table d’veille en r’quemandant byn à Phrasie de n’ryn dérangyi. N’y paé d’ souan qu’dit Phrasie, jamais je n’ pourrais r’met cha si byin coum’ cha y est !
D’effet, y n’restait pus dans l’grand buffet qu’une assiette, un’ soupyre et un’ vûlle tasse écouaée, mais paé d’verre.
Dans qué qu’vous allez bère, moucieu l’t’churaé, quo dit coum’ cha ? Ne te tracasse pas ma bonne, j’ai mon quart de soldat, je vais boire dedans cela me rappellera l’ancien temps ; toi tu as la tasse de tous les jours, n’approche pas de la salle à manger.
Je n’sais pas si j’vous ai dit qu’chu jou là, il faisait caud coum’ à la goule d’un four : no dépurait d’suer. Moucieu l’t’churaé v’nait d’s’n aller porter l’bon Gieu à la poure Nestaine de Founets qu’allait trépassaé, quand Phrasie qui s’était assoupie deux s’condes entendit drélindaé la sounette. Byn vite ol’ r’dréchit son bounet et s’n’allit vaez que qu’no voulait. Dret coum’ ol’ ouvrait la porte o s’ trouvi bec à barbe avo un jeune abbé qu’était l’Secrétaire de l’Evêché et qu’o print pour un desservant des parouesses vaisaines.
« Puis-je voir M. le curé, je vous prie ma bonne. Ah nennin ! pas tout d’suite, mais y n’est paé louan, j’ n’crais pas qui terje. Mais entrez vous mettre à l’ombre moucieu l’Abbé, y fait caud d’rors dret coum’ en enfaé. L’prêtre la suzit en souriant. Oll’ fit assire dans l’ parloir et s’creut obligie la vûlle bavouze, d’li t’nain conversation : « Si chu temps là dure, j’érons un ‘ belle fête d’man, paraé moucieu l’Abbé ». – Oui en effet. – Ah vous savez, Monseigneur pourra s’régalaé, j’ai tué 8 poulets ? – Vous n’avez l’intention de les faire tous manger à Monseigneur ? – Ah mais, y mang’ra c’ qui voudra, byn seux ! mais ya 28 couverts, vous en s’rez raid’ seux, moucieu l’Abbé ; man maître n’a oublié personne des prêtres d’alentou .. Veyant que l’prêtre n’avait paé bien idaie d’ li t’nain l’ bachin, o s’ ravisit : Mais j’y pense, mon pour moucieu l’Abbé, vous bayriez p’tête byn un verre de cidre bochy pour vous rafraichy de c’te chaleu là ! Moucieu l’ Curé n’ m’érait pas pardouané de n’ paé vous avaé offert qui qu’ sei en l’ attendant. Mais qu’o dit, enco byn aut’ saé, j’n’avons paé d’verres et n’o ma bien d’fendu d’touchy aux syns qui sont sus la table ; bah ! j’y pense, vous avaés l’air d’un jeune houm’ tout simplement coum’ était not’ Seigneur Jésus-Christ, t’naez, j’vais vous prêter la moque dans qué que j’baé.
Quand l’Abbé entendit Phrasie préchy qu’oll’ allait ly prêter sa moque et qui vit la bouonn’ femme aveu sa roupie au naez, et son d’vantet en telle de pouque il érait voulu r’fusaé, mais coument faire, l’ cidre était versé fallait l’ baire. – Y tournait et ratournait la tasse qui n’tait paé des pus nettes, pis avisant un’ petite brèque, y s’dit : « Je vais boire à cet endroit, elle n’y a sûrement pas posé ses lèvres », et faisant contr’ fortune bouon queu, y viguit la tasse ».
Quand il eut fini d’ baire, Phrasie, qui n ’avait cessy de l’ fixer tandis qui b’vait, l’i dit coum’ cha en riochant :
« Lô, moucieu l’Abbé, vous êtes tout coum’ maé, j’ai itout l’habitude de tréjours bère par la bréquette ... ».
Je n’sais pas si l’cidre à byn grilly, d’pis chu temps là, l’ petit secrétaire del’Evêché n’a jamais peu senti l’cidre d’ not’ creu, y dit coum’ chan qu’ cha n’ ly réussit pas.

Le Coin des Patoisants.
Le Bouais-Jan - Mars 1937.