Normandie Héritage

Les feuves *. 


Auteur : Raid Vrai

Mots clé :

Langue normande

|

C’hest biei vu passo mais je m’en rappelle encore coume si c’hétait d’agni. Dans la coumenne y avait un tchuré bi estimo qu’était lo depuis d’s’ annas et avait prin eune servante quand il arrivit sus l’âge – il’t’ait biei logi dans le probitai et tout y était biei rangi – il avait en pu un gardin qu’était frumo d’aveu ceux de ses vaisins et vaisainnes par des haies d’épaines maintiannes que no taillait tous l’s’ans.
Le gardin était grand mais dans su temps lo, les gens ne gangnaient po chire et ne regardaient po à faire des corvaés d’houneu. Coumme de biei entendu le tchuré était le premi servi.
No ne mangeait po de chai coume à ch’theure mais no tapait su les légeumes, no faisait des herbies de pais, de feuves à en r’bouqui.

Ch’t’annae lo les feuves avaient biei douno et Virginins qu’était autant économe que dévouée avait décido d’en servir dès qu’olles futes à panne nouées – Ol’ eut biau en tchure à tous les repas l’herbi ne diminuait po et les feuves vinrent à durchi.
Le tchuré s’enhardi un sé a demando à Virginins des feuves dérobaes.

Virginins comprint ma, et sa docilito et san dévoiement l’empèchirent de prichi. Toute la gnuit o ne froumit po un u à l’idée de servo des feuves dérobaes – ch’est volo qu’o ravaudit jusqu’à l’heu de se levo – Tant pis quo s’dit, faut que j’obeisse et san maître n’était pas entro dans l’église por dire sa messe que Virginins avait fait le tou du gardin et aviso que les feuves de la vule Mathuraine étaient moins avanchies et la haie d’épainnes une miétinette moins épaisse – Seue que personne ne la veyait. Virginis en moins de temps que de vous le raconto avait passo la haie, dérobo des feuves à la Mathuraine et remgambo la raie non sans avo senti les épaines.

A midi sonnant, le plat de feuves était servi, Virginins qui les savait moins dures attendait un compliment mais ri qu’à la veue du plat et sans en gouto, le tchuré l’y dit à panne assis : Je vous avez demandé des feuves dérobées, Virginie, et vous n’avez rien fait.

Por du coup, Virginins fut vesquie, ne su po resto docile et répliquit tout de suite avec mauvaise humeu – Mousieu le tchuré, ah ! si ! ch’est des feuves dérobées, je vous l’assertifie jé to les trachi et volo dans le gardin de la Mathuraine en enfourquant la haie et j’en i les tchusses toutes ensanglantaés, voulez vous vaies …

Le Coin des Patoisants.
Le Bouais-Jan - Mars 1939.

* Le patois étant une langue parlée, et, par conséquent, phonétique, le patois ne peut avoir d’orthographe régulier.