Normandie Héritage

Les idées de Marotaine. 


Auteur : E. Jeanne-Aubey

Mots clé :

Langue normande

|

D’temps à aôte, j’vas vais la vûle Marotaine Laimprire à Vairenguebé. Vous savaez bi, cte p’tite parouesse qui touque à la gentille rivîre qu’no zappelle le Fy – qui va s’jetaer dans la Douve – et pis à l’Etencliain et au bouais de Limo. Ch’est quasiment un couen perdu , you qui s’passait aôtfais de quié d’pé naturé, et you qu’les gens ont enco d’sidaés pei coumme ailleurs. Le fin normand qu‘était Frainçouais Enault les counaissait bî, et si vous n’avaez pé lûzu les histouères qu’il en raconte, vous avez perdu l’occasion d’vous dialataer la rate.

Donc, la vûle Marotaine, qu’avait été basse tchu mes grainds, d’meure dans une petite maison, tout prais du bouais. O vît d’avei quatre vingt dys ains, mais ol a enco tout san boun sens. Un dinmanche l’arlevaée, j’li tumbi su le dos, juste coumme o mougeait une rôtie au bère doux. Quaind j’lus embrachie sus les deux jouês, j’lis dis coumme cha : « Ma pour Marotaine, j’sis bin arjuée, j’trache une servainte pour traire et je n’sais en trouva qui faiche m’n affaire. Tu pourrais p’tête m’en enseigni yeunne ? »
« Ah ! pas de cha Lisette, que m’répounit la vûle. D’ mariage et d’ louage, faut pé s’en dmentaer, no n’en a q’ du d’sagrément. Et pis, les bouonnes basses achteu, ch’est des oiziaux rares, les syins qui l’zont les gardent »

Ah ! dans man temps, ch’nétait pé si arjuaint. Les filles de maison mettaient la man à la pâte. Levaées dès pétro-jacquiet, habillys d’court, les pîds dans les chabots d’bouais, on s’nallaient aveuc lus caennes de thuivre cliaires coumme un mireux, traire au marais. O trottaient gaillardement, car lûs larges cotillons d’droguiet ou d’indianne lûs laissaient toute liberté pour grimpaer les fossaés ou saoter les frettes. O trayaient vite et bî. Parfais, au mitain d’ l’ouvrage ô s’butaient un moi, remplyssaient l’ baôchon d’ la caenne, et b’vaient à longue halenne le lait tout mousseux. Cha lû dounnait du ton pour aguevaer l’trava. Quaind ch’était fait, la triolette rétchurait sa caenne aveuc un bouesson d’herbe, lavait ses daigts dans le rigolet et pis, hop : En un tourneman o vous hissait cha sûs s’n’éapole. Ah ! qu’ol était gentille, yeunne dé ses mans sus la hainque, l’aôte tendaient l’ tenon, et marchaint d’un pas cadenchi. Parfais, au sai, surtout l’dinmanche, ô rencontrait s’namoureux qui v’nait au devaint d’ li. La cherge passait dans ses bras pus quiérus et y s’en r’venaient joliment, en s’ faisaint des agrioches.

Achteu, les filles portent des caoches de souaie et des p’tits soulis décoltaés, lûs robes sont si étraites qui n’ peuvent pé s’accroupi. L’étoffe est minche coumme une fûle de papy cha n’a pas d’ duraée. J’en voudrais pas seulement pour allaer pissi. Allous zen traire aveuc d’ pareils attifiaux ! Et c’ qui ya d’ pire, chest qui n’ya pas qu’ les pîds terrous qui font chès embarras là. Ch’est toutes les jeunesses d’achteu. Par ixemple, jrêchy leu d’allaer en vélo ou bi au cinéma, vous êtes seurs qu’y sont là ; putôt deux coups qu’iun. Quaind j’pense que duraint cinquainte ains, par vents et maraées, dans les maovaises caches, parfais sur l’quéton, mais souvent à pîd, j’ai quierré l’lait d’quinze vaques, j’me dis qu’la junesse d’agni n’aime pé la terre coumme je l’aimions aôtfais. Mes vûles mans en sont racornies d’lavai mangniée taint et taint d’coups. Mais quaind j’ les guiette j’ me dis qu’ ch’est les mans naires qui font mougi l’ pan biainc. J’huhis l’zépaoles quaint j’vai passaer toutes ces pérounelles attifaées coumme des perroquiets et qu’on l’air piaintaées sûs des épingues. Les gens d’aotfais avaient pus d’savai faire dans lû p’tit daigt qu’yeux dans toute leu personne. Les machennes de toute espèce qu’ no za inventaées dedpis quiques zannées, cha n’sert qu’à affeignantaer les gens. Et pis toutes lûs distractions, le cinéma, la Téhessef, cha lûs donne de drôles d’idaées. J’ te l’ dis ma fille : No n’aime pûs la Terre ».
Et coumme j’répondais à Marotaine : « Ch’est l’ progrès, l’évolution des temps ». E bi, qu’om’ dit : « Trache une servainte et si tu peux en dénichi une bouonne, garde-la coumme la prunelle de tes urs. Mais, veux-tu m’navis : tous chainge et rî n’amende ».

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.