Le Goéland argenté


mots cléMots clé :

les oiseaux de Normandie

|

Goéland argenté
Goéland argenté © Stephen Meese - Fotolia.com

Espèce marine de la famille des Laridés, le goéland argenté, ou Larus argentatus, à pattes roses, aisément reconnaissable à ses cris stridents et plaintifs, à son bec puissant, de couleur jaune, ponctué d’une petite tache rouge située au niveau de la mandibule inférieure, à sa tête et à son ventre blanc, à ses ailes grises et aux pointes de ses rémiges noires mouchetées de blanc s’étendant jusqu’à la queue, est un oiseau nicheur qui affectionne tout particulièrement les ilôts rocheux, les falaises, les promontoires, les cordons de galets et les massifs dunaires qui bordent le littoral normand.

Remarquable voilier, ce grand oiseau, aux ailes en forme de W inversé, d’une envergure pouvant atteindre 160 cm, est tout à la fois capable de planer et voler au ras de l’eau qu’en altitude. Migrateur, au caractère sociable, le Goéland argenté vit et se nourrit en colonie ; une colonie pouvant compter jusqu’à plusieurs dizaines voire plusieurs centaines ou milliers d’individus. C’est le plus souvent dans des nids, constitués de brins d’herbes, de brindilles et/ou d’algues séchées, regroupés en dortoirs dissimulés dans les galets ou au creux d’anfractuosités de parois rocheuses inaccessibles, que chaque année, au début du printemps, naissent deux ou trois oisillons semi-nidifuges qui prendront leur envol après cinq à sept semaines d’existence. C’est généralement vers l’âge de deux à quatre ans que les juvéniles, ou Grisets, troquent leur plumage gris-brun sale, moucheté de blanc, contre un plumage adulte définitif.

Au cours des années 1980, le développement des infrastructures industrielles et touristiques, sources de nourriture abondante et variée, et la disparition progressive de ses principaux prédateurs ont notablement contribué à l’accroissement de cette espèce protégée . En quête de nouveaux territoires, cet oiseau bruyant, intelligent, réputé pour son adaptabilité, a progressivement investi les villes du littoral avant de s’installer au cœur même des grandes métropoles normandes auxquelles il s’est rapidement acclimaté, au grand dam des populations citadines.

Si les mollusques, les crustacés, les crevettes grises, les crabes verts, les étoiles de mer et les poissons marins composent traditionnellement son ordinaire, le Goéland argenté, omnivore opportuniste à tendance carnivore, se nourrit également de vers de terre, de petits mammifères terrestres, d’oeufs et d’oisillons d’huitriers pie et de vanneaux huppés nichant à découvert, voire de graines ou de déchets alimentaires.

goéland argenté
Goéland argenté © Jean-Claude Girard
goéland argenté
Goéland argenté © Jean-Claude Girard




978 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®