Normandie Héritage

Les Messes à D’laïde.


Auteur : P. Guéroult

Mots clé :

Parler régional normand

|

« Comme je me savais en Normandie, le pays de la terre où l’on entend le mieux les choses de la vie pratique, et où la politique des intérêts domine tout à tous les niveaux … - P. Barbey d’Ayrevilly

Ded’pis trente-chinq ains, Gustin Pesqueux était sur la ferme de la Goublinerie, forte position d’un miot pus d’trais chent vergies d’bouone terre. Il avait amassaé lanré un bouon pyid d’caôche et passait pour un fermyi cossu.
Y a vingt ains, no l’app’lait, Gustin, tout court, dans l’jou d’angni, ch’est Maîte Gustin, et, Quaind i s’artirera — s’i s’artire quiqu’coup — cha s’ra : Moucieu Pesqueux.

Mais, hélos ! Janmais i n’buttera. Il a tréjous pius d’n’avaé paé d’oûqui vive sus ses vurs ains !
— « I crévera sous l’harnais », comme dit c’te maôvaise tête de Pierrot du Houmet, qu’il a mîns d’r’hors de techeu li, pasqu’i b’vait trop.
_ A qui qu’cha li servira d’amassaer du byin, s’i n’ peut s’n’éjoui quand i s’ra vûx ? Il est bouon d’ête ménagi, et les gens d’ parchin l’sont, mais à trop et à trop p’tit, n’y a paé d’mesure, coume no dit. Maître Gustin était trop à prendre sus tout : jusqu’à sus l’mougi d’ses basses et d’ses valets.
Sa fème, D’laïde — eune byin bouone cryateure — n’tait paé tréjous à neuche d’aveu li. Y avait parfais du câtu dans la maison, pasqu’o l’i t’nait tête. Gustin qu’était habituaé à vais tout pliaer sous li, disait à ceux qui s’trouvaient lo, quand i s’avaient du brit :
« Comme eune vûle mule, ch’est têtu, c’qu’ol à la tête, o n’la paé oû ... dos ».

Y a syix s’mannes, D’laïde s’sentit hâzyire, un sé, en r’venaint d’traire. O s’couchit, et la graind basse li fît eune rôtie oû bère, mais cha n’li fît ryin. La gnit o fut prinse de fyivre, et, sus l’matin, Gustin, byin gênaé, s’en feut sus la Grise à pid-de-galop, qu’ri l’merchin du bourg.
Ni merchin, ni merchaines, ryin n’iy fît, oû bout d’deux jours, D’laïde passit.
Gustin, malgré qu’cha li coûtit byin, n’peut paè faire aôtrement – rapport és gens – que d’payi un enterrement coume i faôt à sa fème, et, dès l’jou d’ampraés, i s’armînt à l’ouvrage, quasiment coume si de ryin n’était.

La s’manne qui sûzit l’enterrement, i s’n’ allit oû probytère, pour payi l’tchuraé.
l’abbé Viquelan l’fit assyire, et y caôsitent un miot d’la défunte, pis des terres, du labou, des r’vans et d’la séq’rèche…
Oû bout d’un quart d’heure, coume Gustin partait, l’tchuraé l’artint par le bras et li dit :
— « Ne ferez-vous pas dire des messes pour le repos de l’âme de la défunte ? »
Gustin s’attendait eune miette à c’te question-là, mais malgré tout, i feut un miot surgoulaé. Soument, i s’arprint vite et répounit :
— « Créyous qu’cha s’ra byin utile ? »
— Comment ! En voilà une question !
— Vère, moucieu l’tchuraé, j’demainde paé mûx que d’payi, mais j’voudrais iête seûs qu’cha servira à quiqu’sé.
— Vous ne croyez pas à l’efficacité des messes ?
— Si, byin seûs qu’si ! ch’est justement par rapport à cha ... J’y ai byin pensaé ... Entre nous, moucieu l’tchuraé, dites-mè, D’laïde, iou qu’vo crayiz qu’ol est ach’teu ?
— Dame ! Au ciel ... probablement.
— Mais, alors, s’olle est oû cyil, i n’y a paé besouan d’messe pour qu’o seit mûx ; s’olle est dans l’enfé, no n’en sort paé, qu’no diche des messes ou qu’no n’en diche paé.
— Et si elle est au Purgatoire ?
— Combyin d’temps, qu’vo crayiz qu’olle érait à faire ?
— On ne peut savpoir : dix, vingt, trente, cinquante ans ... peut-être davantage. Les messes contribueront à diminuer sa peine.
— Eh byin, voulous que j’ vous diche, moucieu l’tchuraé, s’olle est en Purgatoire, n’y a paé in’tou qu’faire de messes : o’n’voudra paé n’n’avaé l’démenti, ; têtue coume j’la counais, o n’n’érait-y pour mille ains, o voudra faire son temps.

Le Coin des Patoisants.
Le Bouais-Jan - Mars 1939.