Normandie Héritage

En revenant des Noces.
Chansons Populaires des Provinces de France - 1860


Auteur : nc

Mots clé :

L’amour, tel qu’on l’entendait autrefois, joue un grand rôle dans les chansons normandes comme dans cette chanson bien de chez nous, intitulée « En revenant des Noces », dont les paroles ne sont pas sans rappeler « à la claire fontaine ».

En revenant des noces,
J’étais bien fatiguée ;
Au bord d’une fontaine,
Je m’y suis reposée.
La, la, la,
Tra, la, la,
Déri,
Tra, la, la,
La.

Au bord d’une fontaine,
Je m’y suis reposée,
Et l’eau était si claire
Que je m’y suis baignée.
La, la, la, etc.

Et l’eau était si claire,
Que je m’y suis baignée.
A la feuille d’une chêne
Je m’y suis-t-essuyée.
La, la, la, etc.

A la feuille d’une chêne
Je m’y suis-t-essuyée.
Caché dans le feuillage,
Un rossignol chantait.
La, la, la, etc.

Caché dans le feuillage,
Un rossignol chantait.
Chante, beau rossignol,
Toi qui a l’coeur tant gai ;
La, la, la, etc.

Chante, beau rossignol,
Toi qui a l’coeur tant gai ;
Je ne suis pas de même,
Je suis bien affligée.
La, la, la, etc.

Je ne suis pas de même,
Je suis bien affligée.
Pour un bouton de rose
Que trop tôt j’ai donné.
La, la, la, etc.

Pour un bouton de rose
Que trop tôt j’ai donné ;
Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier.
La, la, la, etc.

Je voudrais que la rose
Fût encore au rosier,
Et que mon ami Pierre
Fût encore à m’aimer.
La, la, la, etc.

Et que mon ami Pierre
Fût encore à m’aimer ;
Que le roi qui l’appelle,
Fût mort et enterré.
La, la, la, etc.

Que le roi qui l’appelle,
Fût mort et enterré.
Car bientôt par la reine
Il sera-t’appelé.
La, la, la, etc.

Car bientôt par la reine
Il sera-t’appelé,
Dans sa chambre de marbre
On le fera monter.
La, la, la, etc.

Dans sa chambre de marbre
On le fera monter,
Et dans son beau lit d’ore,
Ell’ me fra-t-oublier.
La, la, la, etc.

Et dans son beau lit d’ore,
Ell’ me fra-t-oublier ;
Puis on le fera pendre
Pour l’avoir trop aimé.
La, la, la,
Tra, la, la,
Déri,
Tra, la, la,
La.