Normandie Héritage

Manoun des Hâot-vents . 


Auteur : Fernand Lechanteur

Mots clé :

Manoun des Hâots-Vents, ol est belle et bllounde
Et ses graunds uus gris sount graunds coume la mé.
J’aimerais muus l’avei qué touot l’or du mounde,
Mais ol est mariée, je n’ai paé l’ dreit d’ l’aimer.
J’ai l’ quoeu débâochi quaund j’ m’en vas rêvaunt
A Manoun la Douche, Manoun des Hâots-Vents.

Manoun des Hâots-Vents, ol est triste et belle.
Ch’ tait sus l’asseiraunt d’eun biâo jou d’avril ;
Eun ouésé chauntait qu’ l’amour ch’est mervèle
Et j’ laissis men quoeu à mitan s’ouovri.
O m’ dit : "Men pouore Jeaun..." et j’ la vis s’ sâovaunt
Manoun, triste et belle, Manoun des Hâots-Vents.

Manoun des Hâots-Vents, ol est belle et fyire.
Si ol a souffert, qui qui peut l’ savei ?
S’ n houme est eun soutoun, chaqueun peut vous l’ dire,
qui bounheu do li qu’o pouorrait avei ?
Mais vos n’ verrez pyiche s’en âler d’ rivaunt
Manoun la Fyirté, Manoun des Hâots-Vents.

Manoun des Hâots-Vents, ol est belle et sage
Et n’y éra janmais sus lyi ni sus mei,
D’ vents d’ goule dauns l’ hammé ni d’ bas rapsâodages.
Mais ryin n’ m’opposera, même mort, dé l’aimer.
Veire, j’aimerai tréjous, après coume dévaunt,
Manoun, ma Manon, Manoun des Hâots-Vents.