Armoiries et Drapeaux de Normandie


mots cléMots clé :

Plantagenêts

|

Armoiries et drapeaux de Normandie
P’tits Cats : de gueules aux deux léopards d’or, armés et lampassés d’azur, passant l’un sur l’autre

Les drapeaux aux couleurs de la Normandie, frappés de deux ou de trois léopards d’or sur fond de gueules, hérités de l’époque féodale, sont les symboles vivants d’une Histoire à l’échelle du continent européen, d’une identité et d’une culture, profondément ancrées dans la mémoire collective, dont les influences et la notoriété dépassent très largement les limites de nos frontières régionales.

En 1066, lors de la bataille d’Hastings, ni l’étendard de Saint-Pierre , visible à plusieurs lieues à la ronde, pas plus que les imposants boucliers normands en forme d’amande, tapissant les collines et les vallons du champ de bataille, ne permettent de distinguer Guillaume de Normandie, au plus fort de la mêlée. Aussi, est-il contraint d’ôter son casque et d’haranguer ses hommes pour faire taire la rumeur de sa mort qui gagne les rangs de son armée, quand son cheval touché par un trait de javelot se dérobe, lui faisant mordre la poussière.

A la fin du 11ème siècle, l’art héraldique supplante les anciens modes de ralliement — la voix et la tenue vestimentaire des combattants — utilisés depuis l’Antiquité. Les premiers étendards font leur apparition sur les champs de bataille vers 1080. La face avant des boucliers se pare de couleurs vives, de symboles peints, gravés ou dessinés, empruntés à la flore, à la gent animale ou au bestiaire fantastique d’inspiration antique. Indissociable du droit médiéval, mode d’expression artistique, le blason s’impose, partout en Europe, comme un moyen de reconnaissance et d’identification visuelle à la fois simple, fiable et rapide.

L’Histoire des armoiries de Normandie est intimement liée à celle du blason de Geoffroy V le Bel Plantagenêt , d’azur, à six lions d’or posés 3, 2 et 1 , que lui avait offert son beau-père Henri 1er , fils cadet de Guillaume le Conquérant, duc de Normandie et roi d’Angleterre, lors de son mariage en 1128 avec Mathilde de Normandie. Son héritier, Henri II d’Angleterre, comte d’Anjou, du Maine et de Touraine, duc de Normandie et roi d’Angleterre, s’inscrivant dans la tradition familiale arbore les armoiries de son père en substituant, à quelques années d’intervalle, le fond d’azur au fond de gueules, les lions d’or en semis à deux léopards d’or , armés et lampassés d’azur, passant l’un sur l’autre , symboles de noblesse, de force et de bravoure. Au 12ème siècle, Richard 1er, dit Cœur-de-Lion, opte successivement pour les armes de Poitiers , d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or, puis pour un blason de gueules aux deux lions affrontés d’or avant d’adopter, en 1195, celui de gueules aux trois léopards d’or, armés et lampassés d’azur, passant l’un sur l’autre, plus connu sous le nom de "Treis Cats", symbolisant l’alliance entre les duchés de Normandie et d’Aquitaine.

En 1204 le roi de France, Philippe Auguste, s’empare du duché de Normandie par la force des armes. S’ensuit la Guerre de Cent Ans. Les armoiries Plantagenêt se fondent dans le blason royal d’Angleterre . Au 14ème siècle, les souverains anglais y ajoutent les lys de France marquant ainsi leurs prétentions au trône de France . Hasard ou ironie de l’Histoire, Charles V de France réplique en prenant les lions Plantagenêt, réduits au nombre de deux, pour blason de la Normandie, donnée en apanage aux héritiers de la couronne de France ; faisant ainsi siennes les armoiries portées deux siècles auparavant par Henri II d’Angleterre.

Sous la Révolution française , l’Assemblée constituante abolit les droits féodaux et les privilèges des classes, des provinces, des villes et des corporations dans la nuit du 4 août 1789, mettant ainsi fin à l’usage des armoiries jusqu’au début du Premier Empire .

Ce n’est qu’au cours du 20ème siècle que les drapeaux des provinces de France, respectant pour la plupart les règles du blasonnement d’avant la Révolution, se généralisent. En 1937, Jean Adigard des Gautries, écrivain, historien et philologue normand, ardent défenseur de l’unité normande, propose un drapeau, à croix de Saint Olaf éclatée , destiné à réunir sous une seule et même bannière les partisans des deux et des trois léopards. Bien que rappelant les origines scandinaves de la Normandie, ce drapeau rouge et or, aux couleurs identiques à celles du drapeau traditionnel (exception faite du bleu azur manquant), ne rencontrera pas le succès escompté ; les Normands lui préférant, dans leur grande majorité, celui frappé des deux léopards .

Armoiries et drapeaux de Normandie
Treis Cats : de gueules aux trois léopards d’or, armés et lampassés d’azur
Armoiries et drapeaux de Normandie
Drapeau à la Croix de Saint-Olaf créé par Jean Adigard des Gautries en 1937




7245 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®