Normandie Héritage

Poules et coqs de race Merlerault. 


Auteur : Normandie Héritage

Mots clé :

Le Merlerault

|

Pays d’Ouche

|

Races avicoles normandes

|

Coq de race Merlerault © Jean-Claude Girard

Volaille fermière au port fier et élégant, d’une surprenante vivacité, réputée pour sa rusticité , sa qualité de chair et de ponte , mentionnée dans le « Journal d’agriculture pratique » de 1857, la race de Merlerault, également dénommée Merleraux, apparentée aux races de Crèvecœur et de la Flèche dont elle reprend certaines caractéristiques génétiques, est originaire des environs de la commune du Merlerault située dans le Pays d’Ouche, au sud-est d’Argentan.

Ce volatile, de belle taille, haut sur pattes et de forme trapue, d’un poids avoisinant 3 kilogrammes chez le coq et 2,5 kilogrammes chez la poule, qui affectionne les grands espaces, est tout particulièrement bien adapté aux conditions climatiques qui règnent généralement en Normandie, notamment à la mauvaise saison.

La race de Merlerault, dont le standard a été défini au début du 20ème siècle, est aisément reconnaissable à la forme de son abdomen bien développé, à son plumage noir, couleur ardoise foncé, souple et bien fourni, ponctué de reflets verts. Dotée d’un bec assez court, de couleur sombre virant au noir, légèrement recourbé vers le bas, d’orifices nasaux évasés, de barbillons, longs et réguliers, dépourvus de barbe, d’oreillons de taille moyenne, bien visibles, de couleur blanche, de deux yeux vifs et ardents couleur jaune orangé, la tête, large et voûtée, est surmontée d’une crête, d’un rouge intense, constituée de deux cornes formant un V et d’une huppe, régulière et symétrique, constituée de plumes blanches et noires.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la race de Merlerault, comme de nombreuses races anciennes, victimes du productivisme et de la désertification de nos campagnes, dont l’effectif ne permet pas d’assurer l’avenir, fait de nos jours l’objet de mesures de sauvegarde de la part de collectionneurs, d’éleveurs particuliers, d’associations et de fermes conservatoires.