La Grive musicienne


mots cléMots clé :

les oiseaux de Normandie

|

Grive musicienne
Grive Musicienne © Jean-Claude Girard

Oiseau nicheur de taille moyenne, de la famille des Turdidés, réputé pour son chant mélodieux et flûté , ainsi que pour son aptitude à imiter, à s’y méprendre, celui d’autres espèces, telle la fauvette ou le merle noir, la grive musicienne, ou Turdus philomelos, qui affectionne tout particulièrement les buissons, les haies bocagères, les forêts, les sous-bois, les jardins et les parcs arborés, fait partie des passereaux les mieux représentés sur l’ensemble du territoire normand.

De forme élancée, plus trapue que sa cousine la grive mauvie, la grive musicienne, d’une envergure de 33 à 36 centimètres pour un poids inférieur à 100 grammes, qui ne mesure guère plus de 23 à 24 centimètres de l’extrémité du bec jusqu’à la queue, est aisément identifiable à son vol puissant et rapide, à son plumage à dominante fauve, à ses flancs et à sa poitrine mouchetés, au dessous de ses ailes ocre marron tirant sur le jaune, à sa queue droite, relativement courte et étroite, à son bec, droit et pointu, légèrement incurvé vers le bas, à ses grands yeux brun foncé et à ses pattes de couleur rose pâle.

Si cette espèce omnivore, se nourrit essentiellement, selon la saison, d’insectes, de chenilles, de lombrics, de limaces, de baies ou de fruits mûrs, de préférence tombés au sol, la grive musicienne, bien connue pour sa propension à consommer jusqu’à satiété tous les escargots à portée de bec, ne rechigne pas, l’hiver venu, quand la nourriture vient à se faire rare, à venir se servir en graines et en graisse dans les mangeoires et les nichoirs installés dans les parcs et les jardins.

La grive musicienne, se reproduit entre deux et trois fois par an, dès la fin du mois de mars jusqu’à milieu de l’été. Les œufs de couleur bleu clair, mouchetés de taches brunes, rousses ou noires, au nombre de 3 à 5 par ponte, sont déposés dans un nid, constitué de brindilles, d’herbe, de mousse, de feuilles mortes et de boue séchée, dissimulé dans les anfractuosités de murs en ruine, dans les ramures basses des arbres, au sol à l’abri des buissons ou au pied des talus. La couvaison, assurée le plus souvent par la femelle, s’étale sur une période de onze à quinze jours. Les oisillons nidicoles, couverts d’un long duvet beige clair, nourris d’insectes, de larves et de vers, quittent le nid pour prendre leur envol une quinzaine de jours après leur naissance, avant d’acquérir leur indépendance deux à trois semaines plus tard.



1245 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®