Robert le Magnifique


mots cléMots clé :

Falaise

|

Falaise
Stèle retraçant la rencontre entre Robert de Normandie et Arlette de Falaise - Val d’Ante © JCG

Robert 1er de Normandie, fils cadet de Richard II, Comte d’Hiémois, n’a que dix sept ans lorsqu’il accède au pouvoir après en avoir écarté Nicolas, fils de son défunt frère Richard III mort empoisonné. Comme ses prédécesseurs, Robert de Normandie, pendant les huit années que durera son règne, n’aura de cesse d’asseoir son autorité et de faire prospérer le Duché.

Quand Robert ceint la couronne de duc de Normandie, la Duché est en proie à l’insubordination de seigneurs en révolte contre le pouvoir ducal tandis, qu’à l’extérieur, les relations avec la Bretagne et l’Angleterre ne cessent de s’envenimer. C’est en ancien rebelle repenti , et d’une main de fer, qu’il impose son autorité et mate la rebellion. C’est ainsi qu’au cours de l’année 1027, notre jeune duc prend d’assaut la forteresse d’Alençon, contraignant Guillaume 1er Talvas, Comte de Bellême, à capituler de manière humiliante . Un peu plus tard, apprenant que l’évêque Hugues de Bayeux recrute des soldats et renforce les défenses de son château d’Ivry en vue de défier son autorité, Robert assiège la forteresse d’Ivry et force Hugues de Bayeux à négocier son exil contre un sauf-conduit pour ses compagnons d’infortune.

Le plus souvent absent, occupé à guerroyer, Robert, qui n’est pas marié, voit sa descendance assurée dans les derniers jours de l’An 1027 par la venue au monde d’un fils prénommé Guillaume, né d’une union more danico avec une jeune-fille du nom d’Arlette dont il s’était épris du temps où il était encore Comte d’Hiémois et qu’il séjournait fréquemment à Falaise.

En 1030, Robert 1er de Normandie part en guerre contre Alain III, Comte de Rennes et duc de Bretagne, qui refuse de lui prêter allégeance. Devant ce refus, Robert fait fortifier la frontière sur le Couesnon avant d’envahir la Bretagne. A son retour en Normandie, il apporte son aide aux enfants d’Emma et d’Ethelred le mal avisé, Alfred et Edouard exilés et réfugiés à Rouen. Tout en laissant planer la menace d’une intervention armée en Angleterre, il somme Knut le Grand d’abdiquer. Cet ultimatum restant sans réponse, il rassemble une flotte de guerre à Fécamp qui, prise dans une violente tempête, est emportée au large de Jersey où elle séjournera quelque temps, avant d’être pour partie désarmée tandis que d’autres navires iront piller les côtes bretonnes aux environs de Dol. C’est alors que le duc de Bretagne lance une contre-offensive en direction de l’Avranchin. Mal lui en prend : son armée décimée par les troupes normandes conduites par Alfred le Géant et Néel de Saint-Sauveur, Alain III, défait, n’a pas d’autre solution que de se soumettre et prêter hommage au duc de Normandie .

L’année suivante, à la mort du roi de France Robert le Pieux, de la même manière qu’il avait précédemment pris fait et cause pour les enfants d’Ethelred et qu’il était intervenu en Flandre pour porter secours au Comte Baudoin IV , Robert apporte son soutien au jeune roi Henri 1er que sa mère Constance tente d’écarter du trône au profit de son frère cadet. Henri 1er, ayant réussi à faire valoir ses droits, fait don à Robert du Vexin Français pour service rendu.

Courageux, cultivé et généreux, Robert de Normandie, à qui tout semble réussir, devient, pour tous, Robert « le Magnifique », Robert « le Libéral » . En 1031, paix et prospérité règnent en Normandie. C’est sans compter sur la famine et la peste qui s’abattront sur le duché l’année suivante et sur le changement de comportement de Robert qui, en janvier 1035, probablement influencé par les nombreux pélérinages en Terre Sainte qui, en ce début de Millénaire, se multiplient dans toute la Chrétienté , annonce son départ prochain pour Jérusalem non sans avoir, au préalable, fait reconnaître son fils Guillaume, qui n’est encore qu’un enfant, comme héritier légitime à la couronne ducale, à l’unanimité des barons normands réunis à Fécamp autour de l’Archevêque de Rouen .

Après avoir franchi les Alpes, séjourné à Rome puis à Byzance, Robert arrive à Jérusalem au printemps 1035. Au début de l’été, alors qu’il est sur le chemin du retour, accablé par la chaleur, tenaillé par la maladie, Robert le Magnifique meurt prématurément le 2 juillet 1035 à Nicée , loin d’une Normandie dont la destinée repose désormais sur les épaules d’un enfant de sept ans.

Falaise
Les remparts et les anciens fossés du château de Falaise © JCG
Falaise
Grand donjon et tour Talbot du château ducal de Falaise © JCG
Falaise
La fontaine d’Arlette - Le Val d’Ante - Falaise © JCG
Arlette de Falaise - 1986 - Statue d'André de la Horie - Huy (Belgique)
Arlette de Falaise - 1986 - Statue d’André de la Horie - Huy (Belgique)




7980 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®