L’opération Gambit


mots cléMots clé :

D-Day

|

Opération Gambit

|

Opération Neptune

|

débarquement de Normandie
6 juin 1944 - le submersible X23 du Lieutenant de George Honour au large des côtes normandes

Le vendredi 2 juin 1944, en fin de journée, les lieutenants de vaisseau Kenneth Robert Hudspeth et George Honour, chargés d’installer des appareils de signalisation optique et radio-électrique, face aux côtes normandes, afin de guider les contingents anglo-canadiens des forces "S" et "J" vers leurs zones de débarquement, s’apprêtent à prendre place à bord de deux sous-marins de poche X-Craft appartenant à la 12ème flotille sous-marine de la Royal Navy.

A 21 heures 30, l’opération Gambit, programmée dans le cadre de l’opération Neptune, est lancée. Les HMS X-20 et X-23, assemblés dans les usines Broadbent de Huddersfield et Markham de Chesterfield, équipés chacun de moyens de transmission, de balises et d’un mât télescopique surmonté d’un feu à éclat, quittent discrètement le port de Plymouth, avec cinq hommes à bord. A l’issue d’un périple de deux jours en Manche, les deux submersibles, pris en remorque par les chalutiers HM Sapper et Darthema, sont largués en pleine mer par 50°22’N de latitude et 0°50W de longitude vers 4h30 du matin dans la nuit du 3 au 4 juin 1944 . Après avoir franchi sans encombres les champs de mines ennemis, les deux submersibles parviennent moins d’une heure plus tard en vue des côtes normandes. Le 4 juin 1944 à midi, les deux navires espions, respectivement positionnés à 20 miles de distance l’un de l’autre, face à Ouistreham Riva-Bella et au Hamel, font surface afin d’observer la côte. La nuit suivante, vers 1 heure du matin, les équipages avisés par un message codé émis par la BBC du report du débarquement allié, en raison des conditions météorologiques défavorables, ouvrent les purges pour se poser à nouveau sur le fond.

Le mardi 6 juin 1944, à 4 heures 45 du matin, après 74 heures effroyables passées sous l’eau, le lieutenant George Honour et ses hommes recroquevillés dans la pénombre, entassés dans l’habitacle exigu, froid et humide du HMS X-23 , imités par ceux du X-20 , font surface à un mile des côtes, à portée des canons allemands. Dans les minutes qui suivent, le message codé « Padfoot ... Padfoot ... Padfoot » leur intimant l’ordre de passer à l’action est diffusé sur les ondes. Transis de froid, engoncés dans leurs combinaisons étanches, à la merci d’une mer démontée, les hommes des lieutenants George Honour et Ken Hudspeth se mettent à l’ouvrage. Malgré les conditions météorologiques épouvantables, les obligeant à abandonner contre leur volonté le canot pneumatique destiné à positionner une balise radio aux abords de la plage, les mâts de 5,50 mètres de haut supportant les phares à éclat sont déployés et érigés en moins de 20 minutes. A 5 heures 20, les balises radios et les rampes de signalisation, indétectables depuis la côte, portant jusqu’à 5 miles au large, sont mises sous tension.

Au même moment, la plus grande armada de tous les temps, composée de 4266 navires de transport et de 722 navires de guerre, s’étirant sur un front de plus de 35 kilomètres, déchire l’horizon. A peine trente minutes plus tard, aux premières lueurs du jour, l’artillerie navale alliée et les bombardiers de la 8ème Air Force, suivis par des milliers de salves de roquettes lancées depuis des LCT(R) , noient les défenses allemandes sous un déluge de fer et de feu.

Au coeur de la bataille, à portée des tirs ennemis, les lieutenants George Honour, Ken Robert Hudspeth et leurs hommes, pris entre deux feux, reclus dans leurs cercueils d’acier, réduits au rang de simples spectateurs, assistent impuissants aux premières heures du débarquement ; aux bombardements, aux premières vagues d’assaut, aux premiers combats, à l’arrivée sur "Juno" des blindés mis à l’eau à proximité du rivage et au ballet des chars DD, guidés par signaux radio électriques, naviguant en direction de "Sword" Beach ...

Alors que la Bataille de Normandie ne fait que commencer, pour les dix hommes des HMS X-20 et HMS X-23, conscients du devoir accompli, le Jour-J touche à sa fin. En cours de journée, les deux submersibles, dont on aperçoit seulement le pavillon hissé sur le X-23 , tournant le dos à la côte, se fraient un chemin parmi les chalands de débarquement afin de rejoindre la haute mer où les attendent les chalutiers chargés de les ramener en Angleterre.



2305 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®