Un pipeline nommé PLUTO


mots cléMots clé :

Bataille de Normandie

|

D-Day

|

Pluto

|

pipeline PLUTO
Pipeline PLUTO sur la route de Port-en-Bessin

Les vestiges du pipeline PLUTO qui, il y a plus de soixante ans, reliait Cherbourg à l’île de Wight, gisent encore de nos jours, par plusieurs dizaines de mètres de fond, au large des côtes de Normandie. Ce projet hautement stratégique, classé ultra-secret, imaginé en 1942 par Lord Mountbatten, chef des Opération Combinées, aura, au même titre que les Mulberries d’Arromanches et de Saint Laurent-sur-Mer, largement contribué à la victoire sur l’occupant. Il aura, sans discontinuer, alimenté les troupes alliées en carburant, tout au long de leur progression depuis les plages de Normandie jusqu’au cœur de l’Allemagne Nazie.

Au début du mois d’avril 1942, à l’issue d’une démonstration d’un nouveau modèle de lance-flammes, Geoffrey Lloyd du Pretroleum Warfare Department demande à Lord Mountbatten s’il peut, éventuellement, lui rendre un service. Ce à quoi, Lord Mountbatten lui répond sans hésiter « Pourriez-vous poser un pipeline sous la Manche ? ».

Imaginer une conduite, à la fois flexible et résistante, pouvant supporter la pression et les courants sous-marins, capable d’acheminer d’impressionnantes quantités de carburant sous très haute pression sur des centaines de kilomètres ; tel était le défi que venait de lancer Lord Mountbatten aux ingénieurs britanniques. Malgré l’extrême complexité du problème posé, la réponse ne tarde pas à venir. Le 15 avril 1942, Clifford Hartley, ingénieur en chef à l’Anglo-Iranian Oil Company , propose une solution reposant sur l’utilisation de conduites souples pouvant être posées en quelques jours à la manière des câbles téléphoniques sous-marins. Le 10 mai suivant, un kilomètre de conduite, raccordé à des pompes à haute pression, est testé avec succès sur la rivière Medway. En décembre 1942, le HMS Holdfast pose environ 50 kilomètres de canalisation, en pleine mer, entre Swansea et Ilfracombe ; un prototype grandeur nature qui servira, d’une part, à des fins d’expérimentation et , d’autre part, à alimenter en carburant la région de Bristol.

En 1943, alors que dix compagnies britanniques, épaulées par des entreprises américaines, mettent en production deux nouveaux types de canalisation , Donald Banks prend la direction du projet PLUTO et lance l’opération BAMBI . C’est sur l’île de Wight vidée de ses habitants et proche des plages de Normandie, dans les ruines de l’Hôtel Royal de Shanklin qu’est installée une première station de pompage. Vingt huit de ces pompes , camouflées dans des bâtiments maquillés en magasins, en garages ou en pavillons pour échapper aux reconnaissances et aux bombardements aériens ennemis, sont construites, dans le plus grand secret, à Shanklin et à Sandow.

Au matin du 6 juin 1944, le projet PLUTO bien que fin prêt ne sera en fait pleinement opérationnel que quelques mois plus tard, après la Bataille de Normandie. Dans les premiers jours suivant le D-Day , des pétroliers positionnés au large des côtes normandes approvisionnent directement les plages à l’aide de deux canalisations de faible diamètre ; une solution temporaire précédant l’ouverture de deux dépôts, situés entre les secteurs américains et anglais, à Port en Bessin et à Sainte Honorine des Pertes, quelques semaines plus tard.

Entre le 13 et le 21 août 1944, deux oléoducs PLUTO sont déployés entre l’île de Wight et Querqueville, à l’ouest de Cherbourg. Chaque jour, jusqu’à la fin des hostilités et en fonction de l’avancée des troupes alliées, plus de 4.000.000 de litres de carburant seront acheminés, au travers des conduites de 15 cm de diamètre, vers des centres de stockage établis à proximité de La Haye du Puits, Lessay, Saint-Lô, Vire, Domfront, Alençon, Chartres, Dourdan et Chalon sur Marne. Le 3 octobre 1944, BAMBI cesse toute activité au profit de DUMBO, des ports du Havre, de Cherbourg, de Dieppe et de Boulogne.

Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule. PLUTO continue à fonctionner encore quelques mois avant d’être démantelé. Tous les éléments pouvant être récupérés sont démontés entre 1946 et 1949. Seuls subsistent, encore de nos jours, quelques rares vestiges éparpillés ça et là et des stèles commémoratives, dont la plaque apposée en 1958 à Shanklin et le monument du port pétrolier érigé en 2004 à Port-en-Bessin, qui rappellent aux touristes de passage l’histoire de ce formidable exploit technologique.

pipeline PLUTO
Alimentation d’un Conum © IWM
pipeline PLUTO
Pose d’une conduite sous-marine à partir d’un Conum © IVM
Pipeline PLUTO
Cuves et Oléoduc PLUTO du Mont Cauvin
Pipeline PLUTO
Installations pétrolières du Mont Cauvin
Pipeline PLUTO
Dépot de Carburant d’Etreham
pipeline PLUTO
Dépôt de carburant à proximité du château de Collières - Pérou


pipeline PLUTO
Terminal pétrolier du port de Cherbourg - Grande digue de Querqueville
pipeline PLUTO
Opérations de démantèlement du pipeline PLUTO
pipeline PLUTO
Stèle commémorative - Port-en-Bessin, Port pétrolier du Débarquement © JCG




8262 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®