Normandie Héritage

Dreknor.
Un rêve aux couleurs de la Normandie


Auteur : Normandie Héritage

Mots clé :

Carentan

|

Cotentin

|

Dreknor

|

Période Viking

|

Le Dreknor sous voiles au large des côtes du Cotentin © Association Dreknor Marc et Nathalie Hersent,  cofondateurs du projet Dreknor Printemps 2003  : Pose la quille du Dreknor - Terre plein des Mielles - Cherbourg  ©  Association Dreknor Mise en place du pied de mât © Association Dreknor Mise en place des bordés © Association Dreknor Le pont en cours d'achèvement  © Association Dreknor Membrures et bordés du Dreknor © JCG 5 décembre 2006 -  Essai de flottabilité  dans le port des Flamands ©  Association Dreknor 14 juin 2008 : Baptême du Dreknor au ponton J de port Chantereyne © JCG 14 juin 2008 :  Baptême du Dreknor au ponton J de port Chantereyne © JCG 24 Juin 2008 : Escale du Dreknor dans le port de Barfleur © Louis Lefèvre 24 juin 2008 : Première mise sous voile au large de Saint-Vaast-la-Hougue © Louis Lefèvre 29 juin 2008 : Le Dreknor amarré au bassin Saint-Pierre de Caen © JCG 3 Juillet 2008 : Arrivée du Dreknor dans le port de Rouen © Association Dreknor 3 Juillet 2008 : Arrivée du Dreknor dans le port de Rouen © Association Drekno 14 Juillet 2008 : Armada 2008 - Descente de la Seine de Rouen à Honfleur © Louis Lefèvre Le Dreknor sous voile sur le canal de l’Orne © Alain Lajoye Le Dreknor propulsé à la rame en rade de Cherbourg © Association Dreknor Le Dreknor propulsé à la rame en rade de Cherbourg © Association Dreknor 12 juin 2009 :  La Normandie débarque à Paris  © JCG Paris, le 12 juin 2009 : le Dreknor amarré au quai de Javel © JCG 12 juin 2009 : le Dreknor amarré au Quai de Javel à Paris © Louis Lefèvre Remise du BIP à la Présidente de l'association Dreknor par G. d'Aboville © JCG Le Dreknor  face aux falaises de Saint-Valéry-en-Caux  © JCG Brest 2012 : escale du Dreknor dans le port du Diben (Finistère) © JCG Brest 2012 : Le Dreknor et le Gaïa, bord à bord, en rade de Brest © Louis Lefèvre 20 juin 2013 : Le Dreknor amarré à Carentan, son nouveau port d'attache © JCG

L’histoire du Dreknor, drek comme drekki (mot norrois désignant un dragon) et nor comme Normandie, commence à l’automne 1999 quand la réplique d’une galère cosaque du XVé siècle, bordée à clin, entre dans le port de Cherbourg, sous le regard intrigué de Marc et Nathalie Hersent. Quelques mois plus tard, au cœur de l’été 2000, nos deux Cherbourgeois, dont Nathalie, laquelle n’a pas oublié ses racines ukrainiennes, qui ont tous deux, entre temps, eu l’occasion de séjourner à bord dudit navire et de se lier d’amitié avec les membres de l’équipage, décident de se lancer, à leur tour, dans un incroyable défi : construire un bateau - « le plus beau » comme dira Marc - représentatif de l’histoire et du patrimoine maritime dont la Normandie est issue. C’est alors que commence un rêve fou dont voici le récit.

Après avoir compulsé de nombreux ouvrages, parcouru une impressionnante documentation, Nathalie et Marc jettent finalement leur dévolu sur un bateau, mais pas n’importe lequel : un esc(h)oi normand datant de la fin du haut Moyen Age . Le bateau d’Oseberg et le langskip de Gokstad, deux des trois navires exposés au musée Viking d’Oslo, retiennent leur attention. Malgré les précieux conseils obtenus auprès de spécialistes, parmi lesquels Max Vinner et Arne Emil Christensen des musées de Roskilde au Danemark, et d’Oslo en Norvège, malgré les plans en leur possession, Nathalie et Marc ne parviennent toujours pas à arrêter leur choix. C’est finalement à l’occasion d’un séjour en Norvège, au cours duquel ils nouent des relations et découvrent, avec étonnement, le Gaïa, une réplique du Gokstad construite en 1991 à proximité de Bergen, que Nathalie et Marc trouveront la réponse qu’ils cherchent désespérément depuis des mois. Après avoir longtemps hésité entre l’Oseberg, à la structure élancée, à l’étrave et aux bordages finement sculptés, et le Gokstad à l’allure imposante et majestueuse, c’est finalement ce dernier qui remporte leurs suffrages. Commence alors une incroyable aventure qui durera cinq ans, un rêve fou, porté à bout de bras par une équipe de bénévoles, déterminés et talentueux, rassemblés au sein de l’Association Dreknor, qui deviendra en peu de temps le centre d’intérêt, la fierté et le symbole de toute une région.

Réplique historique, classée Bateau d’Intérêt patrimonial, inspirée d’un navire viking découvert en 1880 sous un monticule funéraire près de la ferme Gokstad, dans la région de Sandefjord en Norvège, sa quille et son étrave sont constituées de 5 pièces de bois. Sa coque entièrement réalisée en chêne, pouvant accueillir un équipage de 30 personnes, est composée de 16 bordages, disposés de chaque côté, se chevauchant légèrement selon le type de construction dite "à clins". Les bordages d’abord rivetés, les rivets sont peu à peu remplacés par des clous de fer, forgés sur place et à la main. Plus de 4500 clous de fer auront été nécessaires à la construction de Dreknor. Chaque membrure est fixée à la coque par des cordages ; ce mode de fixation donnant une certaine élasticité au navire en cas de forte tempête. Le pied de mât , réalisé en une seule pièce taillée dans la masse, pèse à lui seul 1200 kg. Cette pièce, appelée jadis ’kjerringa’ (’vieille femme’ en norois), supporte le mât équipé d’une voile carrée unique d’une surface de 120 m² pouvant propulser le navire à une vitesse de 13 à 15 nœuds contre 5 nœuds à la rame.

Baptisé le 14 juin 2008 à Cherbourg par son Excellence M. Bjorn Skogmo, Ambassadeur de Norvège en France, Dreknor prend pour la première fois la mer le 24 juin 2008. Après avoir fait escale dans les ports normands de Barfleur, Saint-Vaast-la-Hougue, Carentan, Ouistreham, Caen et Honfleur, le Dreknor entre, toute voile dehors, dans le port de Rouen le 3 juillet 2008 en fin d’après-midi sous les acclamations d’un public conquis. Le 14 juillet 2008, fier du succès rencontré lors de l’Armada de Rouen 2008, Dreknor s’affiche en ouverture de la grande parade de Rouen à la mer avant de rejoindre, deux jours plus tard, Cherbourg, son fjord d’attache.