L’Abbaye du Mont-Saint-Michel


mots cléMots clé :

Avranchin

|

Baie du Mont-Saint-Michel

|

Mont-Saint-Michel

|

Patrimoine Mondial

|

abbaye du Mont-Saint-Michel
Le Mont-Saint-Michel - Eau forte de Georges Gobô (1876-1958)

Rocher aride et inhospitalier, battu par les flots et les vents du large, isolé du monde au milieu d’une baie immense, le Mont-Tombe, jadis, ancien lieu de culte gaulois dédié à Bélénos, dieu du soleil, par les tribus abrincates , fut pendant longtemps le refuge d’ermites en quête de méditation. Ce lieu mythique, qui beaucoup plus tard allait devenir le Mont Saint-Michel, entre dans l’histoire au début des années 700 de notre ère.

La Légende d’Aubert

Une légende dit, qu’à cette époque, Aubert, évêque d’Avranches, aurait eu une vision. L’Archange Saint-Michel lui serait apparu à trois reprises lui ordonnant de construire un sanctuaire au sommet du mont. Au cours de l’année 708, Aubert construit un oratoire et consacre le lieu à l’Archange Saint-Michel. La légende de Saint Aubert, inspirée semble t’il de celle de Monte Gargano en Italie, considérée comme une substitution de cultes, conditionnera, pendant plusieurs siècles, le comportement des habitants de la région mais aussi de tout l’occident chrétien qui, attiré par l’étrangeté du lieu, ne tardera pas à venir en pélerinage à Saint-Michel-en-Tombe.

C’est ainsi qu’en l’an 800, Charlemagne, couronné empereur d’Occident, met son empire sous la protection de Saint Michel. Un siècle plus tard, en 933, peu de temps après la naissance du duché de Normandie et après avoir annexé l’Avranchin aux mains des Bretons depuis 868, Guillaume Longue Epée, second duc de Normandie, fait édifier une première église sur le rocher.

La Merveille de l’Occident

Il faut attendre 966, pour que le Mont prenne un nouvelle dimension. Cette année là, Richard 1er, duc de Normandie, décide d’y faire construire une abbaye. Le nouvel édifice, de style préroman caractéristique de l’époque carolingienne, dont la construction est confiée à une congrégation de moines bâtisseurs bénédictins, ne cesse de s’agrandir et de s’embellir au fil des années jusqu’en 992 ; date à laquelle le monastère touché par la foudre est endommagé par le feu. Malgré ces avatars, l’abbaye est totalement rebâtie à la veille du premier millénaire.

Richard II de Normandie, dont le mariage avec Judith de Bretagne, fille du Comte de Rennes, est célébré en 1017 au Mont Saint-Michel, décide à son tour d’y faire édifier, dans le plus pur style normand, une vaste abbaye et de nouveaux bâtiments en granit venu par bateau des îles Chausey distantes d’une trentaine de kilomètres. Les travaux, conduits par Guillaume de Volpiano, débutent dès l’année 1023. La nouvelle abbatiale, construite au sommet du roc, dont la construction est achevée quarante ans plus tard, en 1063, s’appuie sur les voûtes des chapelles souterraines , situées en contrebas.

En 1066, le monastère du Mont Saint-Michel apporte son soutien au duc Guillaume de Normandie dans sa quête du trône d’Angleterre. Il en est généreusement récompensé en recevant en retour des donations sous forme de propriétés et de terres outre-Manche au nombre desquelles une petite île, située à l’ouest des Cornouailles, qui, modelée à l’image du Mont, devient un prieuré normand du nom de Mont Saint-Michel de Penzance (Saint Michael’s Mount).

En 1103, trois travées de la nef, probablement fragilisées par la masse de l’édifice, s’effondrent sur le dortoir et la voûte du promenoir. En 1112, la foudre frappe à nouveau et réduit à l’état de ruines la plupart des bâtiments conventionnels. En 1136, l’abbaye reconstruite, à laquelle est venue s’ajouter entretemps une grande tour clocher, prend de plus en plus d’emprise sur le rocher. A la fin du XIIe siècle, sous l’influence de Robert de Thorigny avec l’appui du roi Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, l’abbaye du Mont Saint-Michel atteint son apogée. C’est à cette époque que la façade occidentale de l’église, aujourd’hui disparue, se pare de deux grandes tours semblables, dit-on, à celles de l’Abbaye de Jumièges.

En 1204, le breton Guy de Thouars allié du roi de France, entreprend le siège du Mont. Cette ultime tentative bretonne visant à conquérir le Mont se solde par un échec. Après en avoir incendié le bourg et massacré la population, il se voit en effet contraint de battre en retraite sous les puissantes murailles d’une abbaye réputée imprenable. Malheureusement, l’incendie qu’il a lui-même allumé s’étend à l’ensemble de l’édifice sacré faisant des toitures et des charpentes la proie des flammes. Poursuivant sa funeste chevauchée vers le Cotentin, ce dernier récidive en saccageant la cathédrale d’Avranches. Horrifié devant la barbarie et les exactions de son allié breton mais aussi craignant pour le salut de son âme, Philippe Auguste fera don à l’abbé Jourdain, responsable du monastère, d’une immense somme d’argent qui pourvoira à la reconstruction des bâtiments détruits mais aussi à la construction de la salle des chevaliers, du cloître aux arcades en pierre de Caen et, côté mer, sur la face nord, de la Merveille qui est achevée en 1228, après vingt cinq années de travaux. En 1609, un clocher à lanternon couvert d’un toit de style baroque se substitue à la grande flèche édifiée par Guillaume de Lamps un siècle plus tôt.

Ce joyaux architectural et religieux de l’époque médiévale, témoin du savoir-faire des ouvriers et maîtres-batisseurs normands, emblème et fierté de toute une région, resté inachevé , connaît peu à peu le déclin puis la déchéance au cours des siècles qui suivent. C’est au cours d’un pèlerinage qu’il effectue en 1472 que Louis XI fait transformer une partie de l’abbaye en prison. Plus tard, sous le règne des rois Louis XIV et Louis XV, le rocher surnommé la « Bastille des mers », c’est sous lettre de cachet qu’on entre au Mont. Pillé et saccagé sous la révolution française , le Mont Saint-Michel fait figure de forteresse sinistre où sont, tour à tour, emprisonnés Chouans et prêtres réfracataires. Sous la Restauration, le roi Louis XVIII transforme l’abbaye en maison de force et en lieu de relégation pour les prisonniers politiques . En 1863, ce haut-lieu de la chrétienté ne doit son salut qu’à un décret publié par l’empereur Napoléon III qui met ainsi fin à 300 ans de vie carcérale au Mont Saint-Michel. Devenu propriété des Monuments Historiques, le Mont fait dès lors l’objet de toutes les attentions de la part de Edouard Jules Corroyer chargé de sa restauration jusqu’en 1888, de Victor Petitgrand puis de Paul Gout jusqu’en 1923 et de Yves-Marie Froidevaux à partir de 1957.

Ce n’est qu’en 1966, soit 175 ans après le départ de la dernière communauté religieuse chassée par la Révolution, que l’Abbaye du Mont Saint-Michel renoue avec son passé religieux en accueillant ses premiers moines Bénédictins venus de l’Abbaye du Bec-Hellouin. Classé au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1979, le Mont qui, aujourd’hui, a retrouvé son lustre d’antan et sa vocation première, attire par millions visiteurs, fidèles et pèlerins venus des quatre coins du monde pour admirer la Merveille et s’y recueillir.

abbaye du Mont saint-Michel
Dessin du projet de restauration du Mont-Saint-Michel, Edouard Corroyer, 1873
abbaye du Mont saint-Michel
Dessin du projet de restauration du cloître de l’abbaye, Edouard Corroyer, Juin 1876
abbaye du Mont-Saint-Michel
Les remparts du Mont-Saint-Michel à marée haute © JCG
abbaye du Mont-Saint-Michel
Les remparts et la Tour Demi-Lune du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont-Saint-Michel
Le cloître de l’abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont-Saint-Michel
Le grand escalier - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont saint-Michel
La Salle de l’Aquilon - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont saint-Michel
La Salle des gros piliers - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont saint-Michel
La salle des gros piliers - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont saint-Michel
La Salle du réfectoire de l’abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont-Saint-Michel
La salle des Chevaliers - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG
abbaye du Mont-Saint-Michel
La statue de l’archange Saint-Michel - Abbaye du Mont-Saint-Michel © JCG




15003 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®