Les personnages maléfiques


mots cléMots clé :

    La Demoiselle de Gruchy

    Sa demeure se situait dans ce village de la commune de Gréville dans la Manche. C’était une magicienne cruelle et impitoyable, capable de se transformer en toutes sortes d’animaux. Elle attirait chez elle les jeunes gens, puis une fois lassée, les transformait en animal ou bien en plante. Sans pitié pour ceux qui essayaient de lui résister, elle les faisait éventrer et mettait leurs entrailles à sécher sur des haies d’aubépines.

    Son pouvoir lui serait venu, dit-on, d’une peau magique ou d’une haire dont elle avait l’habitude de se revêtir. On disait qu’il lui suffisait simplement de la toucher pour devenir soudainement invincible. Cependant un matin, surprise dans son sommeil, ne pouvant s’emparer de sa haire, elle put enfin être emmenée sans résistance vers son funeste destin.

    Le Moine de Saire

    Cet être fourbe et malfaisant s’évertue, depuis des lustres, à égarer et à tromper les imprudents avec pour unique dessein d’attenter à leurs vies. C’est sur le bord de mer, lors des tempêtes, lorsque le vent mugit et que les vagues s’écrasent avec fracas sur les rochers, qu’on le rencontre le plus souvent. Au loin, sur la mer, des cris de détresse se font entendre. Malheur à celui qui s’élancerait au secours de ce pauvre bougre se débattant au milieu des flots qui n’est, en fait, que le moine de Saire cherchant à entraîner une nouvelle victime vers les abysses.

    Deux légendes ont cours sur l’origine de sa damnation :

    Ce moine aurait été le fils d’un riche propriétaire qui , à l’occasion, l’aurait chargé de percevoir les redevances de ses fermiers. Un jour, il néglige de délivrer le reçu à l’un d’entre eux venu le payer. Son père réclame alors son dû au paysan qu’il croit défaillant. Devant les protestations du fermier, le moine, qui a déjà dépensé l’argent, jure "Que le diable m’emporte à l’instant dans la mer si j’ai reçu cet argent". Aussitôt, dans un fracas de tonnerre, une main surgit du conduit de cheminée et emporte le moine parjure. Depuis ce jour, nul ne l’a jamais revu autrement que sous la forme d’apparitions telels celles que je viens de vous conter.

    Dans une autre légende, le moine aurait été l’intendant du seigneur de Réville. Celui-ci était souvent absent de son domaine, n’y revenant que pour y chercher de l’argent, nécessaire à son existence aventureuse. Pendant ce temps, sa femme et le moine y menaient grand train, aux frais du seigneur. Un jour, celui-ci reparaît, réclamant son trésor, mais les caisses sont vides. Le moine ne sait que faire, et envisage de recourir au malin. Le diable, toujours aux aguets, aussitôt apparaît et propose un marché : de l’argent à volonté pendant dix ans, après quoi il viendra prendre l’âme de l’infortuné. Acculé, le moine signe le parchemin. Il pense pouvoir se jouer du démon en faisant pénitence et en implorant la Sainte Vierge, et ce pendant l’année précédent l’échéance. Seulement, au bout de cinq années, le diable réapparaît, venant chercher le moine. Celui-ci proteste bien, mais le démon réplique : "En enfer les nuits comptent pour des jours", et emporte le malheureux. Mais en récompense des nombreuses âmes que sa vie de débauche lui a rapporté, le diable lui consent une faveur. Il lui permettra certains jours de revenir sur Terre, à condition de faire bonne chasse au profit de l’enfer, tâche dont il s’acquitte depuis, avec grande conscience.

    Le Sire de la Lande-Patry

    Selon la légende, un des sires de la Lande-Patry dans l’Orne, qu’on appelait Ganne, fut de son temps la plus grande terreur de la région. Commettant pillages, meurtres, enlèvements et incendies à la tête d’une troupe de cavaliers, il n’avait de cesse que de répandre, dans les campagnes, terreur la désolation, s’en prenant aux plus humbles et aux plus pauvres.

    Longtemps, les tentatives pour s’emparer de Ganne demeurèrent sans succès. Il ne manquait jamais de ressource pour échapper à ses poursuivants. Même assiégé dans son château, il parvenait à s’enfuir par quelques souterrains secrets ou en se dissimulant dans un cadavre de cheval qu’on transportait derrière ses ennemis. Mais un jour, pris dans une embuscade, il tomba sous le nombre et fut capturé. Soigneusement masqué, on l’apporta à son domaine. A la châtelaine venue aux devants des paysans qui arrivaient au château, on demanda quel sort réserver à un scélérat aux mains couvertes de sang. Celle-ci ordonna qu’on l’enferme dans un tonneau aux paroies garnies de pointes, puis roulé du haut d’une colline. C’est ainsi que Ganne dût subir le supplice qu’il avait entendu dicter, par sa propre femme, aux paysans.



    4662 vues
    Evénementiel, Agenda
    Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
    Météo Normandie
    Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
    sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
    sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
    Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
    Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®