Normandie Héritage

Utah Beach. 


Auteur : Normandie Héritage

Mots clé :

Cotentin

|

D-Day ou Jour J

|

Plages du Débarquement

|

Utah Beach

|

6 mai 1944 : Vol de reconnaissance au-dessus du secteur d'Utah Beach 6 juin 1944 : L’USS Nevada ouvre le feu sur le secteur d’Utah Beach © US National Archives 6 juin 1944 : L'USS Arkansas bombarde les points d'appui allemands d'Utah Beach © US National Archives 6 juin 1944 : Péniche lance-fusées LCTR (Landing Craft Tank Rocket) en action © US National Archives 6 juin 1944 : LCVP (Landing Craft Vehicle Personnel) Higgins boats et  et M4A2 Sherman III DD (Duplex Drive) en approche du secteur d'Utah Beach © US  National Archives Carte des secteurs de débarquement de la 4ème Division d'Infanterie US le 6 juin 1944 © US National Archives 6 juin 1944 : Premières vagues d'assaut sur le secteur d'Utah Beach © US War Department National Archives 6 juin 1944 : Débarquement de renforts sur le secteur d'Utah Beach © US National Archives 6 juin 1944 : Chars amphibie M4A2 Sherman III DD (Duplex Drive) sur la plage d'Utah Beach © US National Archives 6 juin 1944 : Utah Beach sous le feu d'un canon de 88 © US National Archives 6 juin 1944 : Franchissement du mur antichar © US National Archives 6 juin 1944 : Débarquement de troupes d'infanterie dans le secteur Tare Green © US National Archives 6 juin 1944 :  Le Général Barton (au centre) au poste de commandement de la 4ème Division d’Infanterie américaine sur la plage d'Utha Beach © US National Archives 6 juin 1944 : Progression des troupes alliées sur la chaussée Numéro 1 © US National Archives 6 juin 1944 : M4A2 Sherman III DD (Duplex Drive) du 70th Tank Battalion échoué sur la plage d'Utah Beach © US National Archives 6 juin 1944 au soir : Prisonniers allemands sur la plage d'Utah Beach © US National Archives 11 juin 1944 : Engins filoguidés Goliath aux mains du 7th Naval Beach Battalion © US National Archives 12 juillet 1944 : Le Brigadier Général Théodore Roosevelt Jr. à Ste-Mère-Eglise Personnels du 111th Naval Construction Battalion sur le Causeway d'Utah Beach © US National Archives 1er août 1944 : le Général Leclerc sur le Causeway d'Utah Beach La plage de Saint-Martin-de-Varreville aujourd'hui © JCG Vestiges du causeway de Saint-Martin-de-Varreville © JCG Point d'appui allemand WN10 - Casemate H612 abritant un canon de 75 mm - Plage des Temples -Saint-Martin-de-Varreville © JCG Point d'appui allemand WN10 - Plage des Temples -Saint-Martin-de-Varreville © JCG Intérieur du point d'appui allemand WN10 - Plage des Temples -Saint-Martin-de-Varreville © JCG Tobrouk- Plage des Temples -Saint-Martin-de-Varreville © JCG Blindé M4 Sherman - Musée de la Madeleine © JCG Le Musée de la Madeleine (ex. point d'appui allemand WN5)- Sainte-Marie-du-Mont © JCG LCVP(Landing Craft Vehicle Personnel) Higgins boat - Musée de la Madeleine © JCG LVT(Landing Vehicles Tracked) Alligator - Musée de la Madeleine © JCG

Au matin du 6 juin 1944, le jour n’est pas encore levé à l’est de l’estuaire de la Douves, que la première vague d’assaut de la Force U s’apprête à débarquer sur la côte orientale de la presqu’île du Cotentin, par un temps maussade et une mer démontée.

Repérée aux premières lueurs du jour par des sentinelles allemandes, l’armada alliée entame le bombardement des côtes dès 5h36 du matin. Jusqu’à 6h10, les cuirassés USS Nevada et USS Arkansas, les croiseurs et les destroyers alliés, positionnés à une quinzaine de kilomètres au large des côtes normandes, pilonnent les points d’appuis allemands, dont les batteries d’Azeville et de Crisbecq, et les positions tenues par la 709ème division d’infanterie allemande. A 6h10, l’aviation alliée entre en action. Tandis que des bombardiers B26 Marauder de la 9ème US Air Force pilonnent les lignes ennemies, que six Douglas Boston Mk III A du Groupe de bombardement Lorraine déploient un écran de brouillard artificiel destiné à dissimuler la flotte alliée aux yeux de l’ennemi , les chasseurs Supermarine Spitfire MkV du groupe de chasse II/2 Berry survolent sans relâche le champ de bataille. A 6h30, une première vague d’assaut, composée d’hommes de la 4ème DI et de la 90ème DI, appuyée par les tirs de destroyers, de dix-sept péniches lance-fusées (LCTR) et de seize péniches d’artillerie, prend pied sur la plage codée UNCLE RED, au lieu-dit-La Madeleine, face au WN5 servi par 44 hommes du 919e IR, des réservistes âgés amalgamés avec de jeunes recrues, sous le commandement du lieutenant Arthur Jahnke ,tout juste âgé de 23 ans.

Quelques minutes se sont à peine écoulées que deux vagues d’assaut composées de 12 et 16 chars amphibies M4A2 Sherman III DD du 70th Tank Battalion se ruent sur la plage, semant la panique dans les rangs ennemis. Les premiers éléments de la 4ème Division d’Infanterie américaine du général Barton , menés par le brigadier général Théodore Roosevelt . privés de leurs navires de contrôle et déportés par les courants à plus de 1500 mètres au sud de leur objectif initial, accostent à marée basse entre La Madeleine et la Grande-Dune. La quasi absence de riposte de la garnison allemande, la faible densité d’obstacles disséminés sur la plage et le soutien efficace des chars amphibies aidant, les 500 mètres séparant la première vague d’assaut des dunes surplombant la plage sont franchis au pas de charge sous des tirs de mitrailleuses sporadiques, entrecoupés de coups de feu imprécis et d’explosions d’obus.

Alors que les équipes de la 1ère Brigade du Génie américain , profitant de la marée descendante, s’emploient à démanteler les obstacles encombrant, à déminer la plage et à ouvrir une brèche d’une cinquantaine de mètres de large dans les défenses ennemies, troupes et matériels affluent, vagues après vagues, face à la sortie 2, au lieu-dit La Madeleine. 30 000 soldats américains et 3 500 véhicules devant être débarqués dans la journée, , le Général Théodore Roosevelt, dans l’impossibilité d’utiliser les chaussées 3 et 4 situées plus au nord, à l’ouest de Saint-Martin-de-Varreville, à la sortie du secteur TARE GREEN sous le feu ennemi, décide de déboucher au plus vite par la sortie 2, à la jonction des secteurs UNCLE RED et VICTOR, avant que l’ennemi ne revienne de sa surprise .

A 7h00 le WN5 est neutralisé. En moins de deux heures les points d’appui ennemis cèdent sous la pression alliée. Plusieurs brèches sont ouvertes dans le mur antichar. Dix heures du matin n’a pas encore sonné que six bataillons, empruntant les chaussées et les digues surplombant les marécages inondés, progressent à l’intérieur des terres à la rencontre des unités parachutistes de la 101ème Division aéroportée chargée, avec la 82ème Division, de contrôler les accès aux plages, d’établir un point de fixation entre Sainte-Mère-Église et Chef-du-Pont et de contrôler la route Nationale 13 menant à Cherbourg. À 12h00, le Major General Raymond O. « Tubby » Barton envoie le message « plages nettoyées, routes en construction, peu d’opposition… » au général Bradley. Le 6 juin 1944 à 14h00, les troupes américaines libèrent Ste-Marie-du-Mont.