Le chevesne


mots cléMots clé :

chevesne
Chevesne / Squalius cephalus © Christophe Lecocq

Le chevesne ou chevaine, appelé aussi Leuciscus cephalus, fait partie de la famille des Cyprinidés. Le chevesne, bien présent en Normandie, apprécie tout particulièrement les eaux vives. Ce poisson de belle taille, puissant, de surcroît très méfiant, toujours sur le "qui-vive", et de ce fait difficile à capturer, est un poisson prisé des pêcheurs sportifs.

Son corps fuselé, rond et puissant, surmonté d’une caudale de couleur sombre, est recouvert d’écailles argentées bordées d’un fin liseré noir lui donnant un aspect réticulé. Son dos de couleur brune à noir verdâtre contraste avec ses flancs argentés ou de couleur bronze, selon les individus, et son ventre blanc tirant sur le gris. Les nageoires ventrales et l’anale, de teinte rouge orangée, sont bien développées. Sa tête massive, basse et légèrement arrondie est dotée d’une large bouche, bordée de lèvres épaisses, qui dissimule une mâchoire puissante équipée de dents acérées et légèrement recourbées. Gare aux morsures ! Sa taille se situe le plus souvent entre dix à trente centimètre et peut , dans les cas extrêmes, dépasser soixante centimètres pour un poids de quatre à cinq kilos.

Si le chevesne apprécie les rivières aux eaux rapides, fraîches et bien oxygénées, il ne dédaigne pas les courants lents, les eaux troubles et stagnantes comme celles des lacs de barrage. Actif en toutes saisons, même en hiver, il évolue généralement en bancs. Le chevesne est réputé pour sa voracité. Son menu est le plus souvent composé d’insectes, de larves, de têtards, de vers, de végétaux voire d’algues, de mousses mais aussi de graines et de fruits. Peu difficile, ne reculant devant rien, il n’est pas rare de trouver Leuciscus cephalus en quête de pâture à la sortie ... des égouts. Avec l’âge, notre omnivore peut volontiers se transformer en redoutable carnassier faisant des grenouilles et autres mulots son ordinaire.

Le chevesne atteint sa maturité sexuelle après deux à quatre années d’existence selon qu’il soit mâle ou femelle. Les périodes de pontes se situent entre avril et juin de chaque année, dès que la température de l’eau avoisine ou dépasse les 15°C et ce, après une migration vers des zones propices à la reproduction le plus souvent situées en eau courante. Les œufs fécondés, légèrement gluants, de couleur brune tirant sur le jaune, d’un diamètre d’un peu plus d’un millimètre et au nombre de 20 000 à 200 000 par ponte, se déposeront et se fixeront sur les pierres et les graviers du fond, sur les herbiers avoisinants ou sur des branches immergées. La croissance des alevins bien qu’assez rapide, ceux-ci devront cependant patienter près de sept ans avant d’atteindre une taille d’environ trente centimètres.



1803 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®