Les jardins du Champ de Bataille


mots cléMots clé :

Jardins

|

Le Neubourg

|

Champ de Bataille
Le Château du Champ de Bataille - Le Neubourg © Yvan Moreau

Texte présenté lors de la remise du prix Henri Texier II à L’Institut de France, sous la Coupole, le lundi 18 Novembre 2002. Introduction et conclusion : Franck Ferrand.

A propos du Champ de Bataille, Jean de La Varende écrivait : «  Ici règne l’ampleur. Le décor n’intervient qu’après la déclaration de puissance. » Cette idée a guidé Jacques Garcia lorsqu’il a recréer, à partir de rien ou presque, des jardins qui sans doute avaient été somptueux, mais dont le temps avait effacé jusqu’à la dernière trace.

Seul un bout de croquis avait échappé à l’oubli : né probablement de la main de Le Nôtre, ce document désignait à grands traits l’emplacement de la Grande Terrasse, le dessin des vieilles broderies de buis, les anciens bosquets de part et d’autre, ainsi que les proportions des Carrés de Diane et d’Apollon. Ces rares éléments d’époque ont été restitués scrupuleusement ; et pour le reste, ce sont eux qui ont donné la mesure et la tonalité des nouveaux jardins.
Rejetant l’option d’une reconstitution anachronique de jardins français à la mode du Grand Siècle, Jacques Garcia devait prendre d’emblée le parti d’une œuvre contemporaine puisant à la source antique. L’inspiration du moment dans les formes de toujours : tel aura été le principe directeur d’un parc résolument actuel, éclos dans le cadre d’une structure classique.

Les bâtiments et les cours

Comme tous les lieux inachevés, celui-ci manquait de dénominations ; aussi convenait-il de fixer, d’une manière définitive, les noms des édifices et de leurs accès. L’ensemble architectural n’est pas sans rappeler la grandeur des palais romains.

Passé l’Avant-cour avec son Echiquier, le visiteur franchit l’Arc du Créquois avec ses Canons pour entrer dans le Carrousel. De part et d’autre s’élèvent le corps de logis et les Grandes Ecuries. Plus loin, par-delà l’Arc du Triomphe des Saisons, le regard franchit le Potager du Jeu de Cartes (à venir) pour se perdre sur l’horizon du Plan d’Eau (à venir).
L’ensemble représente la Vanité en deçà de la Matière.

L’inspiration d’ensemble

Le grand axe des nouveaux jardins peut être considéré, par ceux qui le souhaitent, comme une évocation des différents degrés reliant l’univers matériel (corps de logis) vers l’univers immatériel. Ces plans distincts sont : le degré minéral - le degré végétal - le degré animal - le degré de l’humanité - le degré de la conscience - le degré de la lumière et le degré de l’esprit.
L’axe transversal évoque le fini et l’infini, l’intériorité à droite du grand axe, l’extériorité à sa gauche.

Les Sept Degrés

Le premier, le degré minéral, englobe le corps de logis, la Grande Terrasse et ses prolongements, les marches de pierre avec les sphinges et les deux bassins appelés Cabinets de Marbre. Le prolongement de la Grande Terrasse conduit à un Portique à droite (évoquant la civilisation), à l’Allée des Sphinges à gauche.

Le degré végétal s’étend, sur le grand axe, jusqu’au bassin circulaire. Il comprend, au centre, les Dentelles (symbole de germination), elles-mêmes bordées par des cabinets de verdure. A droite, le Bosquet de l’Erèbe [c’était l’entité qui préexistait à la création. Fils de Chaos et frère de Nyx (la nuit), Erebos symbolisait la mort dans sa dimension fertile et nécessaire, parce que régénératrice] évoque une végétation chaotique mais régénératrice ; au-delà l’Arbre Remarquable figurant la forêt primitive. A gauche, le Bosquet de l’Eden [désignant le paradis terrestre, ce terme hébreux n’appartient pas à la mythologie gréco-romaine mais à l’ancien testament. Il recouvre l’entité parfaite, achevée et délicieuse - qui survit à la création] évoque une végétation ordonnée, aérienne (symbole de pureté et d’abandon) ; au-delà se retrouvent les anciens Carrés de Diane et d’Apollon (à venir), témoins des premiers jardins disparus.

A la frange du degré végétal et du degré animal, le bassin circulaire, appelé la Source, est une évocation de l’océan originel ; les dauphins qui le peuplent symbolisent déjà le règne des animaux marins.

Le degré animal s’étend de part et d’autre de l’esplanade venant après la Source. A droite, le kiosque de la Salamandre (évoquant le règne des reptiles), symbolise la régénérescence à l’issue de l’Erèbe ; au-delà s’étend le miroir aux Biches (évoquant le règne des mammifères), orné du Temple de Cyparisse [Favori d’Apollon volé au dieu Pan, ce jeune berger, forcé à tué sa propre biche, avait imploré les dieux de lui accorder, pour ce crime, le deuil éternel ; aussi le changèrent-ils en cyprès, l’arbre funéraire]. C’est l’ancrage. A gauche, la Fourmilière (évoquant le règne des insectes) symbolise la perfection présidant à l’Eden ; au-delà s’étend la pièce d’eau des Cygnes (évoquant le règne des oiseaux), ornée du trésor de Léda [Epouse du roi de Sparte, elle fut aimée de Jupiter, qui s’était transformé en cygne pour lui plaire. Des œufs qu’elle mit au monde sortirent deux couples de jumeaux : Castor et Pollux, Hélène et Clytemnestre]. C’est l’envol.

Le degré de l’humanité comprend dans l’axe, une perspective appelée la Voie, cernée par deux séries de douze paliers d’eau (symboles du double cheminement matériel et spirituel de l’être humain). La Voie est bordée de promenades en surplomb ; la première, à gauche, s’ouvre en son centre sur un lieu de représentation, le Théâtre de Verdure, évoquant la sociabilité, la seconde à droite s’ouvre sur un lieu de méditation, l’Hermitage (à venir).

Le degré de la conscience correspond à la zone de l’escalier d’eau qu’on appelle les Marches. Il symbolise le passage de la vie terrestre à la vie céleste. Notons à cet égard que la partie du jardin située au-delà des Marches, est invisible depuis la Voie.
Sur l’axe transversal, ce degré comprend le pavillon dit Volière d’Actéon [Pour avoir violé l’intimité de Diane au bain, ce grand chasseur fut transformé en cerf par la déesse, et ainsi dévoré par ses propres chiens], symbolisant la mutation ; à gauche le pavillon dit Serre de Morphée [Dieu des songes, fils de Nyx (la nuit), il apportait aux hommes le sommeil en les effleurant de la tige du pavot qu’il tenait dans sa main droite. Morphée se déplaçait en volant, porté par des ailes de papillon] symbolisant la sublimation.

Le degré de la lumière correspond à la zone du canal appelé le Reflet. Il symbolise le rayonnement de l’esprit.

Le degré de l’esprit culmé par la sphère au sommet de la colonne.

Ainsi prennent corps, au Champ de Bataille, des jardins où chaque visiteur est convié à développer sa propre réflexion. L’ambition artistique de Jacques Garcia trouve ici sa concrétisation la plus aboutie ; où le créateur, parvenu au terme de son œuvre, reprend, pour la faire sienne, cette définition de Daniel Boulanger : «  Embellir, c’est se sauver du peu, s’élever au-dessus de soi. Je crois au sonnet, à la cantate, à la Sixtine. »


Le château du Champ de Bataille - Le Neubourg
Crédit photos : Yvan Moreau & C. Ioannidis

Champ de Bataille
Le Château du Champ de Bataille vu de la Source © Yvan Moreau
Champ de Bataille
La Source - Jardins du Château du Champ de Bataille © C. Ioannidis
Champ de Bataille
Le Temple de Léda - Jardins du Château du Champ de Bataille © C. Ioannidis
Champ de Bataille
Le Temple de Léda - Jardins du Château du Champ de Bataille © C. Ioannidis
Champ de Bataille
Le Théâtre de verdure - Jardins du Château du Champ de Bataille © Yvan Moreau
Champ de Bataille
Les marches - Jardins du Château du Champ de Bataille © C. Ioannidis




4150 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®