Le Percheron


mots cléMots clé :

Perche

|

Percheron
Cheval Percheron © Normandie Trait - Brecey

Le cheval Percheron est, sans l’ombre d’un doute, une des figures les plus emblématiques du patrimoine rural de Normandie. Selon certaines sources, cette race chevaline ancienne, imprégnée de sang arabe et de sang espagnol , réputée pour sa rusticité, sa robustesse, sa puissance, son endurance, ses allures, son esthétisme et sa docilité, aurait vu le jour dans le Perche, aux confins des actuels départements de l’Orne, de l’Eure, de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et de la Sarthe, dans la seconde partie du haut Moyen Âge, un peu moins de deux siècles avant les invasions normandes.

D’une hauteur au garrot comprise entre 1,65 m à 1,85 m pour un poids de 900 à 1200 kg à l’âge adulte, cet équidé de grande taille, à la fois robuste et élégant, à la robe de couleur gris pommelé plus ou moins prononcé, noir de jais ou blanche, doté d’une impressionnante musculature, se caractérise par un corps relativement compact, des membres courts et robustes, bien d’aplomb, une croupe arrondie, des épaules massives, une encolure longue et épaisse, une tête carrée, au profil rectiligne, surmontée d’oreilles effilées légèrement inclinées vers l’avant.

Bien qu’excellente monture, si le fait que le Percheron ait pu servir de destrier durant la période du Moyen Âge fait encore débat , il semble par contre admis qu’aucune race de trait n’existait avant la première révolution industrielle quand bien même les ancêtres du Percheron, plus agiles et de plus petite taille que les chevaux d’aujourd’hui, étaient déjà utilisés dès le 17è. siècle à la traction des diligences.
A partir de 1815, l’organisation de foires et l’attribution de primes d’encouragement, doublées d’une demande croissante de Percherons de trait lourd et de Percherons légers, dits « diligenciers », concourent à la renaissance et au succès d’une race en perte de vitesse au sortir de la révolution française et des guerres napoléoniennes. Ce succès sans précédent, que rien ne viendra contredire jusqu’à son apogée, au début du 20e. siècle, et ce malgré l’arrivée du chemin de fer, se traduit notamment par les premières exportations de Percherons notamment vers les Etats-Unis, aux environs des années 1839, 1870 et 1880, qui donneront naissance au Percheron américain. En 1876, la Norman Percheron Association, première association d’élevage de Percherons au monde à ouvrir un registre en race pure, est créée à Chicago par un groupe d’éleveurs américains. En 1877, La Norman Percheron Association change de dénomination pour devenir la Percheron Association, refondée en 1905 sous le nom de Percheron Society of America, devenue depuis la Percheron Horse Society of America. Au mois de juin 1883, le stud-book du Percheron et la Société Hippique Percheronne de France voient le jour. Entre 1880 et 1920, le Percheron, prisé pour son aptitude au travail, pour son endurance et ses qualités d’améliorateur, connaît un succès planétaire. Durant cette période, des milliers de chevaux Percheron sont exportés vers les cinq continents : vers l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne, la Russie, les continents Sud et Nord américain, l’Afrique du Sud, l’Australie et le Japon. « La race percheronne est celle qui jouit alors en Europe et dans le monde entier, de la plus haute considération. [...] Cette réputation ne saurait être comparée qu’à celle du cheval anglais » .

Pendant la Première et la Seconde Guerre Mondiale des milliers de percherons, réquisitionnés pour tracter des pièces d’artillerie et des véhicules lourdement chargés, périssent, le plus souvent dans des conditions effroyables, sur les champs de bataille. La paix revenue, la race Percheronne décline peu à peu, pendant l’entre-deux-guerres face à la concurrence farouche de l’Ardennais, puis au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale sous l’effet de la généralisation de la mécanisation de l’agriculture et des moyens de transport . Dans les années 1970, la race Percheronne française, moribonde, menacée de consanguinité, est, comme de nombreuses racines équines, convertie en bête à viande. En moins de deux décennies, la Société Hippique Percheronne de France, regroupant plusieurs centaines d’éleveurs, épaulée par les Haras nationaux, réalise la prouesse de donner naissance à une nouvelle race percheronne, rajeunie, débarrassée de son embonpoint, plus en adéquation avec les besoins de nos sociétés modernes, composée de percherons Diligenciers, orientés vers l’attelage, et de trait-percherons, destinés à la traction et au débardage.
Un vent de renouveau souffle à nouveau sur la race percheronne qui connaît , depuis quelques années, un succès croissant tant en France qu’à l’étranger, auprès du grand public, de particuliers, d’éleveurs et de collectivités territoriales ; ce mouvement se traduisant entre autre par la redécouverte de métiers anciens, la création de filières de formation de meneurs et d’ateliers de construction de matériels modernes de traction animale, comme les maringotes du Mont-Saint-Michel, réminiscence des voitures de Genêts.



1467 vues
Evénementiel, Agenda
Evénementiel, Agenda culturel et festif ...
Météo Normandie
Actualités & Prévisions Météo en Normandie ...
sites et blogs normands Annuaire des sites et des blogs normands ... gastronomie, restaurants, cafés de pays Restaurants et Cafés de Pays en Normandie ...
sortir, rendez-vous Rendez-vous annuels et périodiques normands ... fiches recettes, cuisine normande Recettes et Spécialités de Normandie ...
Page d'accueil imprimer la page fil rss Mentions légales Système de Gestion de contenu spip(3.0.17) - Tous droits de diffusion et de reproduction réservés
Copyright © normandie-heritage.com - Marque déposée ®