Normandie Héritage

La parabole de l’enfant prodigue. 


Auteur : nc

Mots clé :

Langue Normande

|

Pont-Audemer

|

Régionalisme

|

Le retour de l'enfant prodigue - Huile sur toile - Maximilien Luce

Un père avait deux effants ; l’cadet li dit ment cha :
— Man père, baillez mai ce qui deit m’erveni d’vot’bien.
Et le bonhomme déguenassit s’n’ergent et leux sépartagit san de quoi.
Après que le pus jeune eût hallé à san père le pus qu’il put, il s’ensauvit dans un endreit oyoù qu’il mâquit tout ce qu’il avait, dans des dépotayers et des much ‘tan-pot , avec un tas de braudées, de quaimands et autres genées.
Drès qu’il eut tout envalé ment un saffre, et qu’il en fut hâqué au point de rebouquer dessus, il arrivit eune grande fameine ; et comme i n’avait point eune crôte à se fourrer dans la goule, il eut quasiment la faimvalle.
I dévala devers la ville, et trouvit à se placher cheux un moussieu, qui l’envéyit ava lés camps pour garder lés pourcias et lés treues.
Il eût bien voulu, ilau, pûcher à même les claffrées d’écales, de peires blèques et de pluquettes que les cochons baffraient, pour remplir sa falle ; mais pièches ne li en baillaient. Et pis sa pannée était en loques, il était nu-gambes ; il avait bein freid.
Il s’dit en tout par li : J’sieux un blot, un vrai atot  ; y a dans la maison de nos gens des garchons de querrue et des batteux en grange qui mangent des pies et des flambées quand no cuit, tandis que mai, ichit j’nai tant seulement pas un miet de d’qui à me mettre dans le gavion.
Faut que j’prenne m’n’équeurce, et que j’men voige cheux nos gens. J’dirai à man père : — J’sieux un sotas, un piant ; j’ai tout mâqué ; j’en ai ben deu, allez et je n’sis pus deigne d’être appelé vot’ fils. Traitez mai ment le drenier des journaliers qu’os avez l’endreit.
I se levit et s’n’allit après san père, mais quand stichitte le vit si pitiable et si loquetu, il en crétit, et courant à li, i se jetti à sen cô et l’embrachit.
L’éffant, qu’était pas mal coinche, lit dit : — Man père, j’ai bigrement mal agi envers vous ; j’en bisque assez, marchez ; mais annuit j’sieux bien duit.
Le bonhomme li réponnit : — Pisque te v’la, n’causons pus de cha. Et i dit à ses gens : — Baillez li une plaude toute risant neuve et un capet ; mettez li des cauches aux gambes et des galoches ès pieds ; fourrez li le deit dans un annet.
Allez étout quérir un viau gras ; tuez le ; mêler y le salé qu’est dans la tinette ; tirez de la meilleure bèchon et du pré ; faut que j’fachions eune fière boustifaille .
Pa’ce que man garchon, que v’la, avait mouru et il est ersuscité ; il était adiré et il est artrouvé. Et on c’menchit à bouffer le fricot d’eune rude fachon.
Pendant cha, l’ainné fils qu’était ava la campagne à rêquer des pommes à beire, ervint cheux ses gens. Quand il approchit, il fut bein surprins de veir de la mâquaille comme si c’était dans les gras-jours.
Et il app’lit un des gens pour saveir qui que c’était que tout cha, et pour qui tout su feton là.
Stichitt li réponnit : — C’est vot’ besot qu’avait fiché le camp et qu’est arvenu dans la débine ; et vot’ père, au lieur de quêcher, l’a débraudé et requinpé, et pis il a c’mandé de tuer le viau gras.
Ah ! c’est ment cha ! qu’i dit, i faut se déjuquer de la turne et mâquer san de quoi pour qu’on vous fasse des repas de Lisieux ! c’est de la gabegie ; j’veux pas être témoin d’ces giries là.
Mais san père l’aperchut et li dit : — Vi t’en aveu nous, fieu.
Et stichitte li réponnit : — Man ch’père, v’là tout plein des années que j’vos sers sans rebouquer sus ce que vous m’avez c’mandé, malégré cha, vous ne m’en avez jamais baillé ni chai, ni béchon, ni ergent, pour me régaler aveu d’s amis.
Mais vot’ aut’ effant s’ensauve ; i va mâquer tout san de quoi avec d’autres manjurias et des gouines  ; il revient tout décaduit, et vous vous baillez n’sai cobien d’détourbier à s’n égard !
Le père li dit : — V’la ben du bagout, et su potin là c’menche à m’éluger. N’sais tu pas bein qu’tout ce que j’ai est à tai et qu’tu seras aussi bein étoré qu’là été tan frère ?
Mais quand le mauvais gas qu’était adiré est ertrouvé ; quand stila qu’avait mouru est ersuscité, fallait pas l’effoucher ni l’erbuter ; au contraire, fallait choquer pour fêter san retour.

Petit dictionnaire du Patois Normand
en usage dans l’Arrondissement de Pont-Audemer
Louis-François Vasnier, 1862

Logo officiel Normandie Héritage © normandie-heritage.com
Gestion de contenu spip(3.0.17)
Copyright © normandie-heritage.com
Tous droits de diffusion et de reproduction réservés.