Normandie Héritage

La parenta des Dubost et des Pigouchet.


Auteur : Ch. L. V.

Mots clé :

Parler régional normand

|

Dans not’ hanmet, deux bouns vaisins Francouais Dubost et Jean Pigouchet, restais porte à porte.
Y n’étais pé parents més grand s’amins, tous deux étais restas veuvis aveu chacun lûs p’tiotes Flavie Dubost et Rose Pigouchet.
Les deux p’tiotes grandites et d’vintes dé belles filles, les pères printent de l’an sans êtes des vullars y l’avais cessé d’êtes jann’, mais dans la forche d’ l’âge et en boun’ sainta y fésais enco l’effet d’ solides gas.

Un jou qui d’visais sû l’su d’lus porte, Francouais dit tout d’un coup à Jean : « Entre donc baire un coup jé quiqu’ sai à t’ dire ».
Quant y fures attabias, Francouais après avé trachy coument qu’menchy, s’décidi :
— Di donc, Jean, veux tu m’donna ta fille Rose en mayiage ?
Jean sursâoti :
— Diablie et mé qui voulais t’ démanda Flavie.
— Eh by, ch’est cha, j’té doun’ ma fille et tu m’ doun la tyinn’, j’ ferons quat’ heureux.
— Vèr, si les files consentes. Dans l’cas contraire, no n’pourrai by n’entendu pas les forchimes si vueles y l’éront seurement l’ consentement d’ lus gens !
Et les filles consentites. Les deux neuches s’ fîtes ensembles, tout l’hanmet fut d’ la fête.

Chacun des deux était dév’nun l’ biau-père de l’aôte et en même temps san biau-fils pique chacun était mayié à la file de l’aôte. Dé même que les deux fommes étais belle mère et belle fill’ l’un’ de l’aôte.
Francouais Dubost et Rose Pigouchet eûtes eun’ file : Hortense Dubost. D’ lu côta Jean Pigouchet et Flavie Dubost eûtes un garçon : Jules Pigouchet ; Ch’est là qu’ la piche dé fi qu’manche à s’ méla.
Jules Pigouchet est l’ frère dé Rose, la mère à Hortense Dubost. Y l’est dont l’onclié à Hortense, mès Hortense est la seu à Fliavie Dubost, la mère à Jules Pigouchet. Ol’ est donc la tante à Jules, alors Jules est by l’onclié à sa tante et lé n’veu d’ sa nièche et Hortense la tante à s’n’ onclié et la nièche à san n’veu.
Et si quant y l’éront l’âge y pouvais s’ mayié et avé des p’tiots, ch’est la qu’ la parenta s’rai tout à fait embrouillie, les p’tiots à Jules s’rais itou ses cousins germains pi qu‘y serais les p’tiots d’sa tante et ses p’tits n’veux pi qu’y s’rais l’s’éfants d’ sa nièche. Et pour un’ raison parelle Hortense s’rai, en même temps qu’ la mère dès ses p’tiots lûs cousin’ germain’ pi quy s’rais les p’tiots dé s’n’onclié et lus grand’ tante pi quy s’rais les p’tiots d’san n’veu.

Cha n’ira pé jusque là, la loué n’autorise pé l’mayiage d’un onclié n’veu d’aveu sa tante nièche. Mais y s’mayieront quand même et s’ils ont famille chacun d’lus bord, Jules s’ra tréjous, l’grand’ onclié et l’cousin german des p’tiots d’Hortense et Hortense, la grand’tante et la cousaine german’ des p’tiots à Jules et si un jou ou l’aute y ia un héritage la d’dans, l’notair’ qui s’ra chergi d’ z’affair’s et qui s’ra savant, coum un notair ch’est l’ cas dé l’ dir arrivra by à demela cha mais y ien a pu d’un qui n’voudrai pé y êtes à sa pièche.

Le Coin des Patoisants
Le Bouais-Jan -Septembre 1937.