Normandie Héritage

Barflieu.
Le Bouais-Jan - Décembre 1937


Auteur : L. Guilbert

Mots clé :

Alfred Rossel

|

Barfleur

|

Parler régional normand

|

Chansonnette normande
(Air : Je Bredangue de Alfred Rossel)

Refrain

J’aime BARFLIEU, j’sis pas tout seu
Et si j’tiens à sque no l’chante
Ch’est pour que d’tout temps no vante
Not’ BARFLIEU not biaue BARFLIEU.
J’aime BARFLIEU j’sis pas tout seu
J’tiens à sque tout l’monde le chante.

1er couplet

BARFLIEU su p’tit port de mé
Tout au bout du Val-de-Saire
Qu’no visite dedpis l’mais mai
Jusqu’à je n’sais pus qui faire (lire foire)
Bi d’sétrangis viennent t’cheu nous
Pour passer l’temps d’la vacanche
Et d’après s’qu’ils en disent tous
Chez l’pu joli coin d’ la Manche.

Parlé Ah vère, bi seux qu’vère chez t’û joli coin, aveu ses grain s hôtels, you qu’les gens sont si bi r’cheux et là qui trôunt une si boun’ table, et ste graind’ grève à l’abri des rochis d’ la masse, you qu’no z’aime à s’rinçot l’été su l’ galet, et pour ceux qui veulent assister ès offices, not’ belle église toute remplie d’électricito, ya d’ qué nn’ête égalué, parai ?

J’aime BARFLIEU.

2e couplet

A proximito d’ Chilbourg
Vous aie tout pour y condire
L’train, l’autobus, lçà dans l’bourg.
Qué encoûe que j’dais vous dire ?
Ah si ! si l’coeu en dit
D’vêe nous choux, nous poumes de terre,
Prenait l’tue-vaque û midi
Faîtes û toûe par dans nous terres.

Parlé Hé pis, ch’ n’est pé tout ! pour ceux qu’aiment à s’prom’ner au clai d’ leune, qui s’nallent derrire l’église l’sei après la taimbée d’la gnie, i verront l’graind phare de Gatteville qui s’mïe dans la mé, ch’est cha qu’est jolie à vêe ! et pour ceux qui n’ont pé l’ vertige i pourront l’visiter d’joue.

J’aime BARFLIEU.

3e couplet

S’ qui pliaie et pliaira tout l’temps
Chest nous belles fêtes, nous régates
il y fait tréjoue biau temps
Les gens disent qu’no les épattent
I’n manque ri pour s’amusot
Courses à velles, courses à la nage,
Des biaux jvas d’ boués pour les ptiots,
Lancement du canot d’ saovtage.

Parlé No s’y vend des turlututus pour les fissets, ya jusqu’à une marchande de frites, et une aôte de cornus chest pour qui ! Mais coume no dit parfeîs chacun prend son pliaisi you qui l’troûe, parai ? mé, chest à la terrase dû café à guetthïie l’va et l’vîent en b’vant une boune moque de pur jus (Ya t’y po û dicton qui dit qu’celui qui naît dans l’ Val-de-Saire ne pourra jomais s’passer d’bère ?)

J’aime BARFLIEU.

4e couplet

Nous matelots sont d’forts gaillards,
Qui n’ont pé poûé d’la tempête
Vent, crachin ou bi brouliard
Non, ri d’toucha n’ les arrête
D’vant Crabet ou sous Moûelard.
Les vus vont aveu lûes pliattes
Péqui crevettes et roumards
Qu’en rentrant no lus acatte.

ParléEt les jeunes, ah ! m’en préchie pé, no n’sait jomais you qui sont, i n’ peuvent pé t’ni en plieche chest pour qui, mais quant i rentrent dans l’port aveu lû baté, j’en counnais iun qui s’ cherge de l’s’arrêtées, chest l’graind vent d’amont, i n’sont pé souvent cousins aveu li j’ vaou l’ caotionne.

J’aime BARFLIEU.